Farmers get warm around a fire as they gather for a protest outside the European Parliament ahead of an EU summit in Brussels.

Jean Delaunay

« Ursula, nous sommes là ! » : la colère des agriculteurs européens atteint Bruxelles pour protester contre le sommet européen

Des centaines de tracteurs se rassembleront jeudi place du Luxembourg, dans la capitale belge.

Sur l’autoroute Paris-Bruxelles, des agriculteurs en colère ont écrit en immenses lettres jaunes visibles de loin : « Ursula, nous sommes là ! »

Cette décision a été mise sur la route avec autant de défi que de désespoir, avertissant la Commission européenne, Ursula von der Leyen, de ne pas ignorer les appels des agriculteurs en faveur de meilleurs prix et de moins de bureaucratie.

L’Union européenne tient un sommet jeudi – et von der Leyen, ou tout autre dirigeant européen présent, regardera par la fenêtre la foule d’agriculteurs qui manifestent dans la rue.

Des centaines de tracteurs se rassembleront jeudi place du Luxembourg, dans la capitale belge, pour appeler les dirigeants européens à mettre fin aux accords de libre-échange entre l’Union européenne et les pays tiers.

Ils souhaitent une révision des accords tels que le Mercosur, pour que les importations soient soumises aux mêmes règles que les produits agricoles européens et que la bureaucratie « coûteuse » des réglementations agricoles et environnementales soit assouplie et simplifiée.

Mercredi soir, les premiers tracteurs avaient déjà commencé à s’arrêter autour du siège du Parlement européen à Bruxelles, et dès le petit matin, les klaxons de la caravane se faisaient également entendre près du bâtiment principal de la Commission européenne, en face du Conseil, où se réunissent les dirigeants européens.

Des tracteurs sont garés alors que les agriculteurs se rassemblent pour une manifestation près du siège du Conseil européen en prévision du sommet de l'UE à Bruxelles.
Des tracteurs sont garés alors que les agriculteurs se rassemblent pour une manifestation près du siège du Conseil européen en prévision du sommet de l’UE à Bruxelles.

Partout en Europe, l’indignation continue

Mercredi, les agriculteurs ont bloqué davantage de routes en Belgique, en France et en Italie pour perturber le commerce dans les principaux ports et d’autres secteurs stratégiques, intensifiant ainsi la pression à l’approche du sommet européen à Bruxelles.

La police française a arrêté mercredi 91 manifestants qui ont pris d’assaut le plus grand marché alimentaire d’Europe, ont indiqué des sources policières. Des véhicules blindés ont bloqué les entrées du vaste marché de Rungis, au sud de la capitale française.

La grande question est : pourquoi les agriculteurs protestent-ils maintenant ?

Au cours des deux dernières années, les problèmes auxquels sont confrontés les agriculteurs ont atteint une masse critique.

Des sécheresses, des incendies et des inondations sans précédent, imputés au changement climatique, ont dévasté les cultures. La pandémie de COVID-19 a frappé l’économie. La guerre menée par la Russie en Ukraine a fait monter en flèche les prix de l’énergie. Il y a eu une inflation galopante, les produits agricoles étant souvent incapables de suivre le rythme.

« Les agriculteurs européens subissent des pressions croissantes de toutes parts », a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Maroš Šefčovič. Il a expliqué que dans le sud de l’Espagne, certains réservoirs d’eau n’avaient que 4 % de leur capacité. Les incendies de forêt ont détruit environ 20 % du revenu agricole annuel de la Grèce.

En termes de liquidités, Šefčovič a déclaré que la valeur de la production céréalière a chuté de 30 % l’année dernière, passant de 80 milliards d’euros à moins de 60 milliards d’euros. « Il faut donc penser au fait que les revenus des agriculteurs diminuent », a-t-il déclaré.

Des agriculteurs tiennent des panneaux routiers à l'envers indiquant Paris sur une autoroute bloquée, le mercredi 31 janvier 2024 à Chilly-Mazarin, au sud de Paris.
Des agriculteurs tiennent des panneaux routiers à l’envers indiquant Paris sur une autoroute bloquée, le mercredi 31 janvier 2024 à Chilly-Mazarin, au sud de Paris.

La Commission européenne envisage des concessions

Ces rassemblements s’inscrivent dans le cadre de manifestations agricoles dans les 27 pays de l’UE qui ont montré comment quelques centaines de tracteurs peuvent paralyser la circulation dans les capitales de Berlin à Paris, Bruxelles et Rome.

Des millions de personnes à travers le bloc ont été confrontées à des perturbations et ont eu du mal à se rendre au travail, ou ont vu leurs rendez-vous chez le médecin annulés parce que les manifestations leur bloquaient le chemin.

« Cela a évidemment un impact économique important. Pas seulement pour notre entreprise, mais pour de nombreuses entreprises en Flandre et en Belgique », a déclaré Sven Pieters de la société de transport ECS du port belge de Zeebrugge, sur la mer du Nord.

« Il est important que nous les écoutions », a déclaré le Premier ministre belge Alexander De Croo. « Ils sont confrontés à d’énormes défis », de l’adaptation au changement climatique à la lutte contre la pollution, a-t-il déclaré.

La Commission européenne a annoncé son intention de protéger les agriculteurs des exportations de guerre bon marché de l’Ukraine et de leur permettre d’utiliser certaines terres laissées en jachère pour des raisons environnementales.

Ces projets doivent encore être approuvés par les 27 États membres du bloc et par le Parlement européen, mais ils représentent une concession soudaine et symbolique.

Laisser un commentaire

quatre × trois =