Une « supernova » de l'action climatique est nécessaire à la COP28 pour maintenir l'Accord de Paris sur la bonne voie, selon l'ONU

Milos Schmidt

Une « supernova » de l’action climatique est nécessaire à la COP28 pour maintenir l’Accord de Paris sur la bonne voie, selon l’ONU

Les gouvernements du monde entier sont encore « largement en retard » en matière d’action climatique, selon un nouveau rapport de l’ONU sur le changement climatique.

Les gouvernements du monde entier sont encore « largement en retard » en matière d’action climatique, selon les Nations Unies.

Une nouvelle analyse des plans climatiques nationaux en amont de la COP28 révèle qu’ils sont encore insuffisants pour maintenir la hausse de la température mondiale dans les limites de l’Accord de Paris.

Selon les plans actuels des pays, les émissions de gaz à effet de serre augmenteront de 9 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2010. Mais les émissions doivent diminuer de 45 pour cent par rapport aux niveaux de 2010 d’ici la fin de cette décennie pour limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5°C.

« Le monde ne parvient pas à maîtriser la crise climatique », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

« C’est le message du dernier rapport de la CCNUCC, qui fournit une preuve supplémentaire que le monde reste largement en retard pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius et éviter la pire catastrophe climatique. »

Les gouvernements font de « petits pas » en matière d’action climatique

Le rapport analyse les plans d’action climatique, ou contributions déterminées au niveau national (NDC), des 195 signataires de l’Accord de Paris. Il comprend une vingtaine de projets nouveaux ou actualisés soumis jusqu’au 25 septembre de cette année.

Même avec des efforts accrus de la part de certains pays, cela montre qu’il faut désormais agir bien davantage pour éviter les pires impacts du changement climatique.

La chute à une augmentation de 9 pour cent des émissions ne représente qu’une amélioration marginale par rapport aux 11 pour cent observés dans le rapport de l’année dernière et aux 14 pour cent par rapport à 2021. Le secrétaire exécutif de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a déclaré que les gouvernements font de « petits pas » pour éviter la crise.

Le premier Bilan mondial – un bilan des progrès réalisés vers la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris – sera probablement l’un des principaux objectifs de la COP28.
Le premier Bilan mondial – un bilan des progrès réalisés vers la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris – sera probablement l’un des principaux objectifs de la COP28.

« Le rapport de synthèse des plans nationaux sur le climat publié aujourd’hui souligne la nécessité d’agir avec plus d’ambition et d’urgence pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris – il n’y a tout simplement plus de temps pour les retards », a déclaré le président de la COP28 et chef de la société pétrolière d’État des Émirats arabes unis. Sultan Al Jaber.

« La COP28 doit être un tournant historique dans cette décennie critique pour que les parties saisissent le moment du Bilan mondial pour s’engager à relever leurs ambitions et à s’unir, agir et obtenir des résultats qui maintiennent les 1,5°C à portée de main sans laisser personne de côté. »

Le Bilan mondial contribuera-t-il à améliorer les plans climatiques ?

Le premier Bilan mondial – un bilan des progrès réalisés vers la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris – sera probablement l’un des principaux objectifs de la COP28 à Dubaï cette année. Il éclairera la prochaine série de CDN que les pays devront proposer d’ici 2025.

« Le rapport sur le bilan mondial publié cette année par l’ONU sur le changement climatique montre clairement que les progrès sont trop lents », déclare Stiell.

« Mais il présente également la vaste gamme d’outils et de solutions proposés par les pays. Des milliards de personnes s’attendent à ce que leurs gouvernements se saisissent de cette boîte à outils et l’utilisent. »

Le rapport Bilan mondial publié cette année par l’ONU sur le changement climatique montre clairement que les progrès sont trop lents.

Simon Stiell

Secrétaire exécutif de l’ONU Changement Climatique

L’analyse de la CCNUCC indique que les émissions diminueront de 2 % d’ici la fin de la décennie par rapport à ce qu’elles étaient en 2019. Même si cela montre que les émissions sont susceptibles d’atteindre un pic d’ici 2030, cela ne démontre toujours pas la tendance rapide à la baisse, selon la science. est nécessaire pour éviter un réchauffement catastrophique.

Et pour atteindre ce sommet, tous les éléments des CDN des pays – qui décrivent les efforts et les actions spécifiques qu’ils entreprennent pour réduire les gaz à effet de serre et s’adapter au changement climatique – doivent être mis en œuvre. Cela inclut les conditions conditionnelles qui dépendent de l’accès au financement, à la technologie et à la coopération internationale.

Guterres affirme qu’il est temps pour une « supernova d’ambition climatique dans chaque pays, ville et secteur ».

« Les délais de zéro émission nette doivent être accélérés afin que les pays développés y parviennent le plus près possible de 2040 et les économies émergentes le plus près possible de 2050. »

La capacité énergétique renouvelable doit être renforcée, ajoute-t-il, et le charbon et les combustibles fossiles doivent être progressivement éliminés. Les pays développés doivent également rétablir la confiance en respectant leurs engagements en matière de financement climatique.

« La COP28 doit être le lieu idéal pour combler de toute urgence l’écart en matière d’ambition climatique », selon António Guterres.

Laisser un commentaire

neuf + dix-neuf =