A woman walks across an intersection near monitors showing Japan

Milos Schmidt

Une poignée de yens – un gain pour les touristes au Japon alors que les prix dans les magasins baissent

Alors que le gouvernement japonais intervient pour renforcer sa monnaie, la faiblesse du yen par rapport à l’euro et au dollar a entraîné une stimulation surprise du tourisme.

La saison des fleurs de cerisier en mars est toujours une période populaire auprès des touristes qui visitent le Japon. Cette année, cependant, ce n’est peut-être pas la seule raison pour laquelle plus de 3,1 millions de visiteurs – un record sur un mois, selon l’Office national du tourisme du Japon – ont visité le Pays du Soleil Levant.

Les touristes étrangers profitent au maximum de leurs devises plus fortes, comme l’euro et le dollar, pour bénéficier d’un taux de change avantageux avec la monnaie plus faible du Japon.

Même si la chute du yen nuit aux ménages japonais, les visiteurs au Japon profitent de la différence de change, selon l’agence de presse AFP.

Les dépenses moyennes par personne des touristes étrangers ont augmenté de 52 % entre janvier et mars de cette année, a rapporté l’agence, par rapport à la même période de 2019. Il s’agit de la dernière année de comparaison en raison de la pandémie de Covid-19.

Un ramen à 1 000 yens coûtait alors 8 euros, contre 5,8 euros en début de semaine. Et une montre de luxe coûtant 5.600 euros en 2019 ne vaut désormais « que » environ 4.000 €. Les touristes peuvent également bénéficier d’allègements fiscaux sur présentation de leur passeport.

Un avantage aussi bien pour les touristes étrangers que pour les grandes entreprises locales

Un yen faible est souvent considéré comme une aubaine pour « Japan Inc », car il contribue à rendre les exportations commerciales, telles que les exportations automobiles de Nipon, moins chères à l’étranger et augmente les bénéfices lorsque les revenus de l’étranger sont ramenés au pays.

Cependant, dans le même temps, cela augmente le coût des matières premières, des aliments et du carburant, ce qui nuit aux agriculteurs qui importent des engrais aux petits fabricants qui dépendent de pièces de rechange en provenance de Chine.

Les petites entreprises emploient la plupart des travailleurs au Japon et ne peuvent pas se permettre de répercuter la hausse des coûts en augmentant leurs prix de vente sur un marché concurrentiel.

Quel est l’avenir du yen ?

L’EUR/JPY a prolongé ses pertes pour la troisième séance consécutive, s’échangeant autour de 164,60 lors de la séance européenne de vendredi. Le yen japonais (JPY) s’est renforcé vendredi suite à une intervention potentielle du gouvernement japonais, marquant le deuxième incident de ce type en une semaine, selon Reuters.

Le 29 avril, la monnaie a chuté par rapport au dollar à 160,17 yens, un niveau atteint pour la dernière fois en 1990. Elle s’est ensuite redressée.

Le 1er mai, une forte hausse a porté la monnaie japonaise à 153,04 yens pour un dollar, avant de retomber légèrement. Malgré cela, à la clôture des négociations, la devise japonaise était encore en hausse de 2,08% sur la journée, un bond important sur un marché où les fluctuations quotidiennes sont souvent limitées à quelques dixièmes de point de pourcentage.

Les données de la Banque du Japon (BoJ) ont révélé que les autorités japonaises pourraient avoir dépensé environ 3,66 billions de yens au 1er mai pour soutenir le yen. Plus tôt dans la semaine, le ministère japonais des Finances est également intervenu sur le marché, investissant potentiellement environ 6 000 milliards JPY (36 milliards €).

Selon Bloomberg, Masato Kanda, le plus haut diplomate japonais en matière de change, a refusé de confirmer directement l’intervention mais a indiqué que le ministère des Finances avait l’intention de divulguer des données connexes d’ici la fin du mois.

Malgré la forte baisse de sa monnaie, la banque centrale japonaise a laissé son taux directeur inchangé fin avril, le maintenant entre 0% et 0,1%, et gardant un ton plutôt conciliant.

Il s’agissait d’une pause attendue après que la BoJ a commencé à normaliser sa politique monétaire en mars, lorsqu’elle a mis fin à ses taux d’intérêt négatifs, l’outil le plus spectaculaire de sa politique ultra-accommodante.

Laisser un commentaire

vingt − 2 =