Jack Harrison, the veteran the last surviving of the World War II prisoner-of-war breakout from Stalag Luft III, is seen with other prisoners-of-war in this undated photo

Jean Delaunay

Une exposition à Londres retrace la « Grande évasion » et d’autres évasions de prisonniers de la Seconde Guerre mondiale

De la machine à écrire de PG Wodehouse dans un camp polonais aux cartes cachées dans un jeu de cartes, l’exposition dévoile des histoires captivantes de résilience et de créativité en temps de guerre.

Il y a huit décennies, au milieu des troubles de la Seconde Guerre mondiale, un groupe de 76 détenus audacieux ont réussi une évasion remarquable d’un camp de prisonniers de guerre allemand, se frayant un chemin dans une forêt enneigée.

Cela s’est terminé tragiquement pour la plupart des évadés. Trois d’entre eux parvinrent à se mettre en sécurité, les autres furent repris et 50 d’entre eux furent exécutés sous l’ordre d’Adolf Hitler.

Néanmoins, l’événement est devenu connu sous le nom de « Grande évasion », crédité pour avoir embarrassé les Allemands et célébré dans un film mettant en vedette Steve McQueen qui a pris des libertés avec les faits – mais est devenu une légende.

Aujourd’hui, pour marquer son 80e anniversaire, une nouvelle exposition aux Archives nationales de Londres explore les évasions de tous types – certaines physiques, d’autres créatives – pour atténuer l’ennui et les tourments de la captivité parmi les prisonniers de guerre et les civils détenus dans les camps d’internement en Europe et Asie.

Dévoiler les histoires remarquables des captifs de guerre

Un membre du personnel observe un affichage numérique présentant des photos d'identification de prisonniers de guerre et d'internés étrangers, qui font partie de l'exposition « Great Escapes » aux Archives nationales.
Un membre du personnel observe un affichage numérique présentant des photos d’identification de prisonniers de guerre et d’internés étrangers, qui font partie de l’exposition « Great Escapes » aux Archives nationales.

L’exposition, intitulée « Grandes évasions : captifs remarquables de la Seconde Guerre mondiale », est le fruit de l’acquisition de 200 000 documents par les Archives nationales, qui abritent une vaste collection s’étendant sur un millénaire.

Roger Kershaw, l’un des conservateurs, partage que les histoires contenues dans ces documents, englobant des personnes d’horizons divers, résonnaient vivement avec l’expérience humaine de la captivité en temps de guerre.

« Avec ces documents, vous obtenez également des photographies. Ils ont donc apporté une histoire vraiment colorée, qui, selon nous, captiverait vraiment le cœur des gens venant voir une exposition », explique Kershaw.

Rapport du recensement de 1921 de PG Wodehouse.
Rapport du recensement de 1921 de PG Wodehouse.

L’une des expositions présente l’écrivain britannique PG Wodehouse, qui vivait en France en 1940 lorsqu’il a été arrêté comme « étranger ennemi » et emmené dans un camp en Pologne et détenu pendant près d’un an.

Au cours de son année d’incarcération, il a persuadé le commandant de lui procurer une machine à écrire et il a écrit deux romans, dont « Money in the Bank ».

Un exemplaire du livre est exposé, ainsi qu’une carte d’interné sur laquelle son nom est mal orthographié et un article du Saturday Evening Post sur sa vie d’interné.

« L’endroit où ils se sont rendus était évidemment confiné et les gens s’ennuyaient beaucoup. Il y a beaucoup d’ennui. Et il a réussi à faire campagne avec succès auprès du commandant pour obtenir une machine à écrire portable », explique Kershaw.

Parmi les objets exposés figurent non seulement des documents et des photographies, mais également un jeu de cartes comportant une carte cachée, une boussole intelligemment dissimulée dans une brosse à chaussures et une botte de vol conçue avec une doublure zippée en peau de mouton pour la transformer en chaussure civile pour aider quelqu’un se mélange.

Stalag Luft III : Le décor de la Grande Évasion

Une photo de Guy Griffiths qui cachait un message secret pour le MI9 dans un petit écrit envoyé depuis le Stalag Luft III par son codétenu Peter Gardner.
Une photo de Guy Griffiths qui cachait un message secret pour le MI9 dans un petit écrit envoyé depuis le Stalag Luft III par son codétenu Peter Gardner.

L’exposition revisite également le Stalag Luft III, le camp de guerre où s’est déroulée la « Grande Évasion ».

Construit sur un sol sablonneux avec des casernes surélevées pour empêcher les tentatives de creusement de tunnels, le camp abritait des officiers tels que Bertram « Jimmy » James, un artiste d’évasion prolifique.

Pendant un an, ces hommes ont secrètement creusé trois tunnels – nommés Tom, Dick et Harry. Alors que les Allemands ont découvert le premier tunnel, les autres sont restés inaperçus.

Le plan initial était de faire sortir 200 hommes par le tunnel Harry, mais la nuit de l’évasion, le premier homme qui en sortit réalisa que le tunnel ne s’étendait pas aussi loin au-delà du grillage qu’ils l’avaient prévu.

Seuls 76 personnes ont réussi à s’en sortir avant qu’un garde ne remarque des empreintes de pas dans la neige.

Adolf Hitler était tellement enragé par cette évasion qu’il avait ordonné l’exécution des 73 hommes repris, et les nazis ont finalement décidé d’en tuer 50 – le tout en violation des Conventions de Genève sur le traitement des prisonniers de guerre.

Après la guerre, les meurtres des aviateurs alliés faisaient partie des procès de Nuremberg et plusieurs officiers de la Gestapo furent condamnés à mort.

« Great Escapes: Remarkable Second World War Captives » se déroule jusqu’au 21 juillet 2024 aux Archives nationales de Londres.

Laisser un commentaire

treize − 6 =