Scientists find how lung cancer mutations impact treatment response

Jean Delaunay

Une étude révèle comment les mutations du cancer du poumon peuvent influencer la réponse au traitement

Les chercheurs ont de nouvelles connaissances sur la manière dont deux mutations génétiques spécifiques influencent la réponse au traitement du cancer du poumon.

Pourquoi certains cancers du poumon sont-ils plus difficiles à traiter que d’autres ? Une équipe de chercheurs a peut-être trouvé un nouvel indice.

Une étude récente a révélé que deux mutations génétiques spécifiques influencent les cellules cancéreuses et les rendent plus susceptibles de résister au traitement.

Les mutations concernent les gènes EGFR, impliqué dans la croissance cellulaire, et TP53, qui participe à la régulation de la division cellulaire et à la prévention des tumeurs.

Les mutations de ces protéines sont souvent des caractéristiques du cancer, c’est pourquoi l’équipe de chercheurs de l’University College London (UCL), du Francis Crick Institute basé au Royaume-Uni et d’AstraZeneca les a étudiées à l’aide de modèles murins et in vitro.

Ils ont publié leurs conclusions dans la revue Nature Communications.

Le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) est l’une des formes les plus courantes de cancer du poumon, représentant 80 à 85 pour cent d’entre eux.

Les mutations de l’EGFR, qui signifie gène du récepteur du facteur de croissance épidermique, sont très fréquentes dans ce type de cancer, permettant aux cellules cancéreuses de se développer plus rapidement. On le retrouve également souvent chez les patients qui n’ont jamais fumé.

Des traitements ciblant cette mutation, appelés inhibiteurs de l’EGFR, sont disponibles depuis plus de 15 ans avec des résultats mitigés. Certains patients ont vu leurs tumeurs cancéreuses diminuer avec le traitement tandis que d’autres ont eu une moins bonne réponse.

En comparant les examens de patients traités avec un inhibiteur de l’EGFR appelé osimertinib, les chercheurs ont découvert que chez les patients présentant uniquement les mutations de l’EGFR, la taille des tumeurs diminuait en réponse au traitement.

Cependant, chez les patients présentant à la fois les mutations EGFR et TP53, les résultats étaient plus complexes.

Alors que certaines tumeurs ont diminué, d’autres ont grossi, témoignant d’une résistance aux médicaments. Ce phénomène est appelé « réponse mixte » et constitue un défi pour le traitement.

Les chercheurs ont utilisé un modèle murin présentant les deux mutations et ont découvert que dans les tumeurs résistantes aux médicaments chez la souris, davantage de cellules cancéreuses doublaient leur génome, ce qui entraînait des copies supplémentaires de leurs chromosomes.

« Nous avons montré pourquoi une mutation p53 est associée à une pire survie chez les patients atteints d’un cancer du poumon non lié au tabagisme, qui est la combinaison de mutations EGFR et p53 permettant le doublement du génome », Charles Swanton, de l’UCL Cancer Institute et du Francis Crick. Institute, a déclaré dans un communiqué.

« Cela augmente le risque de développement de cellules résistantes aux médicaments en raison d’une instabilité chromosomique », a-t-il ajouté.

Ouvrir la voie à de meilleurs soins

Le cancer du poumon est le quatrième cancer le plus fréquent et la première cause de décès liés au cancer dans l’UE, représentant plus de 20 pour cent de ces décès.

Seulement environ un tiers des patients atteints d’un CPNPC de stade quatre et d’une mutation de l’EGFR survivent jusqu’à trois ans.

Alors que les médecins testent les patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules pour détecter les mutations de l’EGFR et de p53 afin de guider le traitement, il n’existe actuellement aucun test largement utilisé pour détecter le doublement du génome entier.

Les chercheurs développent un outil de diagnostic pour identifier cette mutation spécifique.

« Une fois que nous pourrons identifier les patients présentant à la fois des mutations EGFR et p53 dont les tumeurs présentent un doublement du génome entier, nous pourrons alors traiter ces patients de manière plus sélective », a déclaré le Dr Crispin Hiley, de l’UCL Cancer Institute.

« Cela pourrait signifier un suivi plus intensif, une radiothérapie précoce ou une ablation pour cibler les tumeurs résistantes, ou l’utilisation précoce de combinaisons d’inhibiteurs de l’EGFR, comme l’osimertinib, avec d’autres médicaments, notamment la chimiothérapie », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

cinq × 5 =