This image provided by Intuitive Machines shows its Odysseus lunar lander over the near side of the moon following lunar orbit insertion on Feb. 21, 2024.

Jean Delaunay

Une entreprise privée réalise le premier alunissage américain depuis plus de 50 ans

L’atterrissage a ramené les États-Unis à la surface pour la première fois depuis les célèbres marcheurs lunaires Apollo de la NASA.

Un atterrisseur privé a effectué jeudi le premier atterrissage américain sur la Lune depuis plus de 50 ans, mais n’a réussi qu’à renvoyer un signal faible jusqu’à ce que les contrôleurs de vol se dépêchent d’établir un meilleur contact.

Malgré une communication inégale, Intuitive Machines, la société qui a construit et géré l’engin, a confirmé qu’il avait atterri à la verticale. Mais il n’a pas fourni de détails supplémentaires, notamment si l’atterrisseur avait atteint sa destination prévue, près du pôle sud de la Lune. La société a mis fin à sa diffusion en direct sur le Web peu de temps après avoir identifié un signal faible et isolé provenant de l’atterrisseur.

« Ce que nous pouvons confirmer, sans aucun doute, c’est que notre équipement est à la surface de la Lune », a rapporté le directeur de la mission Tim Crain alors que la tension montait dans le centre de contrôle de l’entreprise à Houston.

Steve Altemus, PDG d’Intuitive Machines, a ajouté : « Je sais que c’était un moment difficile, mais nous sommes à la surface et nous transmettons. Bienvenue sur la lune.

Les données commençaient enfin à affluer, selon une annonce de la société deux heures après l’atterrissage.

L’atterrissage a ramené les États-Unis à la surface pour la première fois depuis les célèbres marcheurs lunaires Apollo de la NASA.

« L’atterrissage d’une vie »

Intuitive Machines est également devenue la première entreprise privée à réussir un alunissage, un exploit réalisé par seulement cinq pays. Une autre société américaine, Astrobotic Technology, a tenté sa chance le mois dernier, mais n’a jamais réussi à atteindre la Lune et l’atterrisseur s’est écrasé sur Terre. Les deux sociétés font partie d’un programme soutenu par la NASA visant à relancer l’économie lunaire.

Astrobotic a été parmi les premiers à relayer ses félicitations. « Une réalisation incroyable. Nous sommes impatients de vous rejoindre sur la surface lunaire dans un avenir proche », a déclaré la société via X, anciennement Twitter.

Les machines intuitives « ont réussi l’atterrissage de leur vie », a tweeté l’administrateur de la NASA, Bill Nelson.

Les dernières heures précédant l’atterrissage ont été chargées de stress supplémentaire lorsque le système de navigation laser de l’atterrisseur est tombé en panne. L’équipe de contrôle de vol de la société a dû mettre en action un système laser expérimental de la NASA, l’atterrisseur faisant un tour supplémentaire autour de la lune pour laisser le temps au changement de dernière minute.

Les employés d'Intuitive Machines applaudissent lors d'une soirée de montre quelques instants après qu'ils soient devenus la première entreprise commerciale à atterrir en douceur sur la Lune le 22 février 2024 à Houston.
Les employés d’Intuitive Machines applaudissent lors d’une soirée de montre quelques instants après qu’ils soient devenus la première entreprise commerciale à atterrir en douceur sur la Lune le 22 février 2024 à Houston.

Ce changement étant enfin en place, Ulysse descendit d’une orbite d’écrémage de la lune et se guida vers la surface, visant un endroit relativement plat parmi toutes les falaises et cratères proches du pôle sud.

Alors que l’heure d’atterrissage prévue s’écoulait, les contrôleurs du centre de commandement de l’entreprise attendaient avec impatience un signal du vaisseau spatial situé à environ 400 000 kilomètres de distance. Après près de 15 minutes, la société a annoncé avoir reçu un signal faible de l’atterrisseur.

Lancé la semaine dernière, l’atterrisseur à six pieds en fibre de carbone et en titane – culminant à 4,3 mètres – transportait six expériences pour la NASA. L’agence spatiale a donné à l’entreprise 118 millions de dollars (109 millions d’euros) pour construire et faire voler l’atterrisseur, dans le cadre de ses efforts visant à commercialiser les livraisons lunaires avant le retour prévu des astronautes dans quelques années.

Japon, Russie, Chine et Inde dans la course

L’entrée d’Intuitive Machines est la dernière d’une série de tentatives d’atterrissage de pays et d’entreprises privées cherchant à explorer la lune et, si possible, à en tirer parti. Le Japon a réussi son alunissage le mois dernier, rejoignant ainsi les triomphes précédents de la Russie, des États-Unis, de la Chine et de l’Inde.

Les États-Unis se sont retirés du paysage lunaire en 1972 après que le programme Apollo de la NASA a envoyé 12 astronautes à la surface. Astrobotic de Pittsburgh a tenté sa chance le mois dernier, mais a déraillé à cause d’une fuite de carburant qui a entraîné la plongée de l’atterrisseur dans l’atmosphère terrestre et son incendie.

La cible d’Intuitive Machines était à 300 kilomètres du pôle sud, à environ 80 degrés de latitude et plus près du pôle que tout autre vaisseau spatial. Le site est relativement plat, mais entouré de rochers, de collines, de falaises et de cratères pouvant contenir de l’eau gelée, ce qui constitue une grande partie de son attrait. L’atterrisseur a été programmé pour choisir, en temps réel, l’endroit le plus sûr à proximité du cratère dit Malapert A.

L’atterrisseur à énergie solaire devait fonctionner pendant une semaine, jusqu’à la longue nuit lunaire.

Outre les expériences technologiques et de navigation de la NASA, Intuitive Machines a vendu de l’espace sur l’atterrisseur à Columbia Sportswear pour faire voler son tout nouveau tissu de veste isolante ; le sculpteur Jeff Koons pour 125 mini-figurines lunaires ; et l’Université aéronautique Embry-Riddle pour un ensemble de caméras permettant de capturer des images de l’atterrisseur en descente.

Laisser un commentaire

19 − treize =