Une enquête de l'UER révèle une « russification » agressive en Ukraine occupée

Jean Delaunay

Une enquête de l’UER révèle une « russification » agressive en Ukraine occupée

Le réseau de journalisme d’investigation de l’Union européenne de radiodiffusion affirme que Moscou a systématiquement éradiqué l’identité ukrainienne dans les territoires de l’Est illégalement annexés. Son rapport indique que « enfreindre ou ignorer les règles russes peut rendre difficile la survie ».

Au cours d’une enquête approfondie de plusieurs mois, le réseau de journalisme d’investigation de l’UER a découvert que des millions de personnes vivant dans des zones occupées, notamment Donetsk, Louhansk et certaines parties de Kherson et Zaporizhzhia, se voient refuser l’accès aux services de base tels que les retraites, les soins de santé et la libre circulation, à moins qu’elles n’acceptent Citoyenneté russe et prêter allégeance à la Russie.

Les habitants ont déclaré aux journalistes que les autorités russes avaient menacé de retirer les enfants aux parents sans passeport russe.

Une nouvelle législation signée par le président russe Vladimir Poutine en avril stipule que les résidents qui n’auront pas acquis la citoyenneté d’ici juillet 2024 seront considérés comme des « étrangers ou apatrides » et pourront être expulsés.

Selon le reportage des journalistes, dans les endroits où les règles de Moscou s’appliquent, les enfreindre peut rendre difficile la survie, mais y adhérer pourrait entraîner des poursuites pour collaboration de la part de l’État ukrainien.

Selon l’enquête de l’UER, des témoignages oculaires et des témoignages d’experts révèlent des cas de torture, de coercition, d’expulsion, d’effacement culturel et d’endoctrinement militaire, contraires au droit international et équivalant dans certains cas à de possibles crimes de guerre.

Les personnes interrogées ont parlé d’une propagande pro-russe implacable.

« La tâche des Russes était d’éliminer l’existence de l’Etat ukrainien ici, dans la région de Kherson », a déclaré Alexandre Samoilenko, chef du conseil régional de Kherson.

 » Et de suggérer que les habitants de la « Novorossija », ou des « petits Russes » comme ils les appelaient, vivaient et vivent ici. Et que les gens qui vivent ici n’ont rien à voir avec l’État ukrainien, ni avec la culture ukrainienne, etc.

Le rapport révèle que Moscou influence la jeune génération à travers le programme éducatif.

Les cours scolaires sont dispensés en langue russe et l’histoire dans une perspective russe.

Les manuels scolaires ukrainiens sont interdits.

Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, a déclaré que le système éducatif vise à effacer l’identité ukrainienne des enfants.

« Fondamentalement, le manuel est un outil de propagande. Cela prive les enfants ukrainiens de l’accès à leur propre culture et à leur propre histoire. Et elle essaie de transformer ces enfants en citoyens modèles que la Russie souhaite qu’ils deviennent », a-t-elle déclaré.

Les efforts de russification dans l’est de l’Ukraine se sont accélérés depuis l’invasion militaire de l’année dernière.

Les historiens ukrainiens affirment que le Kremlin a fait tout son possible pour gagner le cœur et l’esprit des populations locales.

Il a pris le contrôle des médias et érigé des panneaux publicitaires avec des photos de tsars et de commandants russes dans l’espace public.

Le Réseau de journalisme d’investigation de l’UER, s’appuyant sur les compétences des journalistes des membres de l’UER DR, LRT, ORF, RSI, RTVE et UA:PBC, a mené plus de 20 entretiens avec des experts, des témoins et des victimes de torture pour exposer ces questions.

Moscou a décliné les invitations à être interviewé pour le rapport.

Laisser un commentaire

cinq − un =