Free Stock Art Illustration of Dating App Couple Social Media Relationship Man Woman Stock Photo. EU stars were added.

Jean Delaunay

Une application de type Tinder permet aux électeurs de rechercher des amis électoraux

Une association de jeunes professionnels a trouvé une solution pour stimuler la participation des jeunes aux élections européennes.

Vous ne savez pas encore pour qui voter aux élections européennes ? Cette application est peut-être faite pour vous.

Aujourd’hui (30 avril) a eu lieu le lancement à Barcelone de Palumba, une nouvelle application de conseils de vote. Seul un groupe sélectionné d’utilisateurs précoces testera la version bêta de l’application avant qu’elle ne soit rendue publique le 9 mai ; Journée de l’Europe.

Le principe est simple : comme sur le site de rencontre populaire Tinder, les utilisateurs « swipent » vers la droite pour les propositions avec lesquelles ils sont d’accord et vers la gauche pour celles qui ne leur plaisent pas. De plus, l’application propose des options d’approbation ou de désapprobation légère, ainsi qu’une réponse neutre. Les réactions aux propositions sont ensuite « comparées » avec un groupe politique du Parlement européen et redirigées vers les listes nationales correspondantes en fonction de l’origine de l’utilisateur.

L’algorithme prend en compte les manifestes et les déclarations publiques, mais aussi les schémas de vote historiques du Parlement européen, car pour les utilisateurs de Palumba, il « montre mieux ce qu’ils font et pas seulement ce qu’ils disent qu’ils feront ».

Palumba ne correspondra pas seulement aux partis politiques mais, comme pour un profil de rencontre classique, en cliquant sur la proposition, plus de détails seront donnés : dans ce cas, les définitions et le contexte politique provenant de sources vérifiées.

Palumba UE
Palumba UE

Briser la bulle européenne

Née en août 2023 lors du Forum européen d’Alpbach dans les Alpes autrichiennes, l’idée cherchait à traduire la « bulle européenne » dans le langage quotidien des jeunes pour déclencher une conversation politique et les pousser à voter. « La logique n’est pas d’influencer le vote dans une direction, mais de faire comprendre qu’il y a des partis qui soutiennent leurs idées et donc, cela vaut peut-être la peine de voter », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Thomas Garnier, secrétaire et coordinateur R&D de Palumba.

Le projet est paneuropéen : disponible dans plus de 30 langues (y compris les dialectes régionaux) et dans les 27 États membres. Le nom reflète également cet engagement. Palumba est la contraction de « columba palumbus », nom latin du pigeon commun, répandu partout en Europe. « Le pigeon est dans la vie quotidienne de chacun, il crée ce lien que nous avons trouvé vraiment cool », a déclaré le président de Palumba, Pol Villaverde.

Le lancement de l’application bêta coïncide avec la nouvelle phase de la stratégie de communication du Parlement européen, que Palumba entend compléter. « Nous essayons vraiment d’atteindre là où ils ne sont pas en mesure d’atteindre », a déclaré Villaverde, ajoutant que le Parlement est « très conscient des limites de sa capacité à atteindre les personnes qui ne sont pas encore convaincues ».

Les effets viraux sont la clé du concept de l’application. L’interface a été conçue pour être agréable et facile à partager sur les réseaux sociaux. Les utilisateurs peuvent partager leurs résultats – tels que leurs engagements politiques les plus importants – pour les afficher et les comparer avec leurs amis d’une manière similaire à « Spotify Wrapped », une fonction qui permet aux utilisateurs de Spotify de partager leurs chansons ou artistes les plus écoutés de l’année.

En juin prochain, quelque 365 millions de personnes auront le droit de voter aux élections européennes, parmi lesquelles de nombreux jeunes électeurs pour qui les réseaux sociaux constituent une ressource vitale pour faire campagne. Quatre pays – la Belgique, l’Allemagne, Malte et l’Autriche – permettront aux jeunes de 16 ans de voter ; en Grèce, l’âge minimum pour voter est de 17 ans.

Une recette qui a déjà fait ses preuves

Des dizaines d’applications de conseils de vote ont déjà été utilisées en Europe et à l’étranger, avec des effets positifs avérés sur la participation électorale. « Nous ne réinventons pas la roue » a admis le président de Palumba.

Lors de la campagne présidentielle de 2022 en France, une application similaire appelée « Elyze » est devenue populaire, atteignant plus de 1,2 million de téléchargements en deux semaines. Cependant, l’application a été critiquée pour ses résultats prétendument biaisés, l’opacité de son code source et la quantité de données privées collectées ainsi que sa faible protection.

Conscient du risque potentiel ou des critiques, Palumba a déclaré que l’application s’engage à collecter un minimum de données, à adopter des mesures de protection robustes contre les ingérences étrangères et à être totalement indépendante des partis politiques ou des sponsors. De plus, le code source de l’application est accessible au public, garantissant ainsi la transparence.

Laisser un commentaire

treize + seize =