Convicted mass murderer Anders Behring Breivik sits in the makeshift courtroom in Skien prison on the second day of his parole hearing in 2022

Jean Delaunay

Un tueur de masse tente de poursuivre la Norvège pour violation présumée des droits humains

Le tueur le plus prolifique de Norvège en temps de paix affirme que sa vie en prison en cellule d’isolement est illégale.

Anders Behring Breivik, l’extrémiste de droite norvégien qui a tué 77 personnes dans un attentat à la bombe et à l’arme à feu en 2011, tentera pour la deuxième fois lundi de poursuivre l’État norvégien pour violation présumée de ses droits humains.

Le pire tueur de Norvège en temps de paix affirme que son isolement cellulaire depuis son emprisonnement en 2012 équivaut à un traitement inhumain au sens de la Convention européenne des droits de l’homme.

La Norvège privilégie la réhabilitation plutôt que la rétribution – et Breivik se déroule dans un complexe de deux étages avec une cuisine, une salle à manger et une salle de télévision avec une Xbox, plusieurs fauteuils et des photos en noir et blanc de la Tour Eiffel au mur.

Il dispose également d’une salle de fitness avec poids, tapis roulant et rameur, tandis que trois perruches volent autour du complexe.

Les personnes en deuil poussent le cercueil de Bano Abobakar Rashid, 18 ans, première victime de la fusillade d'Utoeya à être enterrée, dans une église de Nesodden, près d'Oslo, en Norvège, en 2011.
Les personnes en deuil poussent le cercueil de Bano Abobakar Rashid, 18 ans, première victime de la fusillade d’Utoeya à être enterrée, dans une église de Nesodden, près d’Oslo, en Norvège, en 2011.

Néanmoins, son avocat, Øystein Storrvik, affirme qu’il est impossible pour Breivik – qui s’appelle désormais Fjotolf Hansen – d’entretenir des relations significatives avec quiconque venant du monde extérieur.

Il ajoute qu’empêcher son client d’envoyer des lettres constitue une autre violation de ses droits humains.

Une réclamation similaire formulée par Breivik en 2016 a été acceptée, mais l’affaire a ensuite été annulée par un tribunal supérieur. Elle a ensuite été rejetée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Le tueur a demandé une libération conditionnelle en 2022, mais il a été jugé qu’il n’avait montré aucun signe de réadaptation.

Le 22 juillet 2011, Breivik a tué huit personnes dans un attentat à la bombe à Oslo avant de se rendre dans un camp de jeunes d’un groupe politique de centre-gauche sur l’île d’Utøya. Habillé en policier, il a traqué et abattu 69 personnes, pour la plupart des adolescents.

L’année suivante, Breivik a été condamné à une peine maximale de 21 ans de prison, assortie d’une clause – rarement utilisée dans le système judiciaire norvégien – selon laquelle il pourrait être détenu indéfiniment s’il était toujours considéré comme un danger pour la société.

Depuis lors, il n’a montré aucun remords pour ses attaques, qu’il a présentées comme une croisade contre le multiculturalisme en Norvège.

Beaucoup considèrent les flirts de Breivik avec les tribunaux comme une tentative d’attirer l’attention sur sa cause et même de se retrouver une fois de plus sous les projecteurs internationaux. Il a été accusé de cela lors de son procès pénal.

Lisbeth Kristine Røyneland, qui dirige un groupe de soutien pour les survivants des attaques et les familles endeuillées, se dit « satisfaite de la décision » de ne pas autoriser la diffusion en direct de ses commentaires sur cette affaire judiciaire.

L’État rejette les allégations de violations des droits de l’homme formulées par Breivik.

Dans une lettre adressée au tribunal, le procureur Andreas Hjetland a écrit que Breivik s’était jusqu’à présent montré peu réceptif aux travaux de réhabilitation.

Il était « donc difficile d’imaginer quelles allègements majeurs en termes de peines seraient possibles et justifiables ».

Le procès se tiendra lundi au gymnase de la prison de Ringerike, à deux pas d’Utøya.

Toute personne qui estime que ses droits ont été violés par un État peut saisir la CEDH.

Si le tribunal estime que tel est le cas, il peut se prononcer contre un État et lui ordonner de verser une indemnisation.

Toutefois, le tribunal n’est pas habilité à annuler les décisions nationales ou à annuler les lois nationales.

Laisser un commentaire

4 × 2 =