Un tribunal suédois acquitte un homme accusé d'avoir envoyé des technologies sensibles en Russie

Jean Delaunay

Un tribunal suédois acquitte un homme accusé d’avoir envoyé des technologies sensibles en Russie

Sergueï Skvortskov affirme avoir demandé une autorisation légitime pour transférer une technologie potentiellement sensible.

Un tribunal de Stockholm a acquitté jeudi Sergueï Skvortsov, un homme d’affaires russo-suédois accusé d’avoir transmis illégalement des technologies aux services de renseignement russes.

« La principale question dans cette affaire est de savoir si les activités de l’accusé auraient pu conduire à de l’espionnage », mais l’accusation « n’a pas été en mesure de prouver » que telle était son intention, a déclaré le juge Jakob Hedenmo dans un communiqué.

Les procureurs avaient requis cinq ans d’emprisonnement contre Skvortsov, qui a déménagé en Suède avec sa femme dans les années 1990 et qui aurait utilisé les sociétés d’import-export qu’il dirigeait pour transférer du matériel électronique.

Il a été arrêté et détenu en novembre 2022, et son procès pour « activités illégales de renseignement » s’est tenu à huis clos en septembre. Il a été libéré par le tribunal le 9 octobre, qui a jugé qu’il n’y avait « plus aucune raison » de le placer en détention.

Au cours du procès, l’accusation a fait valoir que Skvortsov avait agi en tant qu’« agent d’approvisionnement » pour des technologies dont le transfert vers le système militaire russe est normalement interdit.

Selon des experts cités par les médias suédois, une telle technologie aurait pu être utilisée pour la recherche sur les armes nucléaires.

« La Russie a besoin de technologie. Il existe un système d’approvisionnement russe et ce système est géré par les services de renseignement. Skvortsov et ses deux sociétés font partie de ce système », a déclaré le procureur Henrik Olin lors du procès.

Selon Olin, les accusés « représentaient un risque sérieux pour les intérêts de sécurité nationale de la Suède et des États-Unis », les deux pays visés par les transferts de technologie sur une période d’une dizaine d’années.

Menaces internationales

Selon le procureur, les technologies exportées provenaient principalement des États-Unis. En 2016, les autorités américaines ont arrêté et jugé plusieurs personnes qui avaient approvisionné le système militaire russe en appareils électroniques, a-t-il rappelé.

« L’analyse des autorités américaines est que l’accusé a suivi leurs traces », a déclaré M. Olin avant le procès.

Skvortsov insiste sur le fait qu’il est un homme d’affaires légitime qui a demandé une autorisation officielle pour exporter ses produits.

L’accusation a fait valoir que les autorisations visaient à « lui donner une apparence de légitimité », mais qu’il a utilisé de faux noms de partenaires commerciaux, n’a pas fourni d’informations sur les équipements exportés et a fourni de fausses informations sur les utilisateurs finaux, selon le procureur.

Cependant, l’avocate de Skvortsov, Ulrika Borg, a fait valoir que l’enquête n’avait pas prouvé que le ressortissant russo-suédois appartenait au système russe.

« Il a témoigné qu’il était un homme d’affaires ayant de nombreux contacts dans divers domaines, des légumes à Roscosmos », a-t-elle précisé, faisant référence à l’agence spatiale russe.

« L’accusation a ciblé des personnes affirmant qu’elles étaient membres ou liées aux services de renseignement russes, simplement parce qu’elles habitaient dans la même rue », a-t-elle ajouté.

Le Premier ministre suédois Ulf Kristersson a déclaré en juillet que son pays était confronté à « la situation sécuritaire la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale ».

Mardi, il a décrit la Russie comme l’une de ces menaces, soulignant que Moscou voyait d’un mauvais oeil la demande d’adhésion de la Suède à l’OTAN et son soutien à l’Ukraine.

Laisser un commentaire

trois × deux =