Playwright Svetlana Petrichuk, left, and theatre director Yevgenia Berkovich prior to a court hearing in Moscow on 8 July.

Jean Delaunay

Un tribunal russe emprisonne un dramaturge et un metteur en scène de théâtre pour « justification du terrorisme »

Evguenia Berkovitch et Svetlana Petrichuk ont ​​été condamnées à six ans de prison chacune, dernier développement en date d’une répression incessante de la dissidence et de la liberté d’expression en Russie.

Un tribunal de Moscou a condamné lundi un metteur en scène de théâtre et dramaturge à six ans de prison, accusé d’avoir « justifié le terrorisme » dans une pièce sur des femmes russes épousant des membres du groupe État islamique en Syrie.

La réalisatrice indépendante Yevgenia Berkovich et la dramaturge Svetlana Petrichuk ont ​​été condamnées à six ans de prison, soit un an de moins que la peine maximale, pour la mise en scène de leur pièce Finist le brave faucon. Elles étaient déjà en prison depuis plus d’un an, en attente de leur procès.

En plus d’être emprisonnées, les deux femmes se verront interdire « d’administrer des sites Internet » pendant trois ans après leur libération.

Selon le média russe RBK, le procureur a affirmé que les femmes avaient des « idéologies islamiques extrêmement agressives » et se formaient une « opinion positive » de l’État islamique.

Berkovich et Petrichuk ont ​​tous deux rejeté à plusieurs reprises les accusations portées contre eux.

Lors d’une audience, Berkovich a déclaré au tribunal qu’elle avait « mis en scène la pièce pour prévenir le terrorisme », et Petrichuk a fait écho à son sentiment.

Lors des audiences préliminaires, les avocats des femmes ont souligné que la pièce avait été soutenue par le ministère russe de la Culture et avait remporté deux prix Golden Mask, la récompense théâtrale la plus prestigieuse de Russie. En 2019, elle a été lue devant des détenues d’une prison pour femmes en Sibérie, et le service pénitentiaire d’État russe a fait l’éloge de la pièce sur son site Internet, selon l’avocat de Petrichuk.

La dramaturge Svetlana Petrichuk, à gauche, et la metteuse en scène de théâtre Yevgenia Berkovich avant une audience au tribunal à Moscou le 8 juillet.
La dramaturge Svetlana Petrichuk, à gauche, et la metteuse en scène de théâtre Yevgenia Berkovich avant une audience au tribunal à Moscou le 8 juillet.

L’arrestation de ces deux femmes en mai dernier a suscité l’indignation de la communauté artistique russe. Une lettre ouverte de soutien à la réalisatrice et dramaturge, lancée par le journal indépendant Novaya Gazeta et affirmant que la pièce « véhicule un sentiment antiterroriste absolument clair », a été signée par plus de 16 000 personnes depuis leur arrestation.

Des dizaines d’acteurs, réalisateurs et journalistes russes ont également signé des déclarations sous serment demandant au tribunal de libérer Berkovich et Petrichuk en attendant l’enquête et le procès.

En référence aux poèmes écrits par Berkovich critiquant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Rachel Denber, directrice adjointe pour l’Europe et l’Asie centrale à Human Rights Watch, a écrit sur X que les femmes ont été condamnées « sur la base d’accusations totalement absurdes, dans le cadre d’un procès inéquitable qui constitue une représaille flagrante contre Berkovich pour avoir dénoncé la guerre de la Russie contre l’Ukraine ».

Après leur détention initiale, l’organisation de défense des droits humains Amnesty International a appelé à la libération immédiate des deux hommes, affirmant qu’ils étaient « pris pour cible simplement parce qu’ils exerçaient leur droit à la liberté d’expression ».

Immédiatement après le lancement par la Russie de son invasion à grande échelle de l’Ukraine en février 2022, le Kremlin a lancé une vaste répression contre la dissidence, une opération jamais vue depuis l’ère soviétique. Cette répression a particulièrement visé ceux qui s’opposaient à l’agression russe contre l’Ukraine, toute critique de la guerre étant de fait criminalisée.

Outre les personnalités de l’opposition politique et les journalistes, des membres de la communauté créative ont également été victimes de sanctions draconiennes pour avoir exprimé leur dissidence – notamment des poètes, des écrivains et des artistes.

Laisser un commentaire

un × 4 =