Un « patient genevois » devient le premier à être guéri du VIH après une greffe « normale » de cellules souches

Jean Delaunay

Un « patient genevois » devient le premier à être guéri du VIH après une greffe « normale » de cellules souches

Après 20 mois après l’interruption du traitement antirétroviral, le VIH était indétectable dans le sang du patient.

Un homme connu sous le nom de « patient genevois » est devenu la dernière personne au monde à être guérie du VIH après une greffe de cellules souches pour le traitement du cancer.

Bien qu’il y ait eu cinq autres cas connus de personnes qui ont été guéries du VIH – ce qui signifie qu’elles ont été déclarées en rémission à long terme – son cas est jusqu’à présent unique. Il est le seul à avoir reçu des cellules souches d’un donneur qui ne possède pas une mutation génétique rare – CCR5 – qui empêche le VIH de pénétrer dans les cellules.

Les autres patients précédemment guéris du VIH étaient à Berlin, Londres, Düsseldorf, New York et au centre médical City of Hope en Californie.

En 2018, le patient genevois a reçu une greffe de cellules souches pour lutter contre une forme de leucémie particulièrement agressive. Malgré le fait que la greffe ne provenait pas d’une personne porteuse du gène CCR5, le patient genevois était toujours guéri du VIH, le virus étant indétectable après avoir arrêté le traitement antirétroviral, ce qui réduit la quantité de VIH dans le sang.

Le patient genevois n’a pas été identifié publiquement, mais nous savons qu’il s’agit d’un homme blanc qui a été diagnostiqué séropositif en 1990. Dans un communiqué, il a déclaré à propos de la greffe : « Ce qui m’arrive est magnifique, magique ».

Il était sous antirétroviraux jusqu’en novembre 2021, date à laquelle les médecins lui ont dit d’arrêter le traitement après sa greffe de moelle osseuse.

Dans deux cas précédents à Boston utilisant des cellules souches « normales », celles qui ne contiennent pas le gène CCR5, le VIH est revenu quelques mois après avoir arrêté de prendre des antirétroviraux.

Alors que les chercheurs ne sont pas encore tout à fait sûrs que le VIH ne reviendra pas chez le patient genevois, Asier Saez-Cirion, un scientifique de l’Institut Pasteur français qui a présenté le cas à Brisbane, a déclaré que s’il n’y avait toujours aucun signe du virus après 12 mois « la probabilité qu’il soit indétectable à l’avenir augmente considérablement. »

Selon Saez-Cirion, le patient genevois aurait pu rester séronégatif parce que « peut-être que la greffe a éliminé toutes les cellules infectées sans avoir besoin de la fameuse mutation ou peut-être que son traitement immunosuppresseur, qui était nécessaire après la greffe, a joué un rôle ».

Sharon Lewin, présidente de l’International AIDS Society qui organise la conférence scientifique sur le VIH à Brisbane, a déclaré que le cas était « prometteur ».

« Mais nous avons appris des patients de Boston que même une seule particule du virus peut entraîner un rebond du VIH », a-t-elle ajouté. « Cette personne en particulier devra être surveillée de près au cours des prochains mois et années. »

La greffe de moelle osseuse subie par le patient genevois est une opération risquée et brutale qui ne peut être considérée comme une option pour tous les patients séropositifs, mais plutôt comme un dernier recours pour les personnes atteintes d’un cancer et du VIH potentiellement mortels.

Laisser un commentaire

un × 4 =