New UK report states women in music industry face ‘endemic’ misoygyny

Jean Delaunay

Un nouveau rapport britannique révèle que les femmes dans l’industrie musicale sont confrontées à une misoygynie « endémique »

Un rapport d’un comité de députés britanniques affirme que l’industrie musicale reste un « club de garçons » où le harcèlement sexuel, la discrimination et les abus sont « endémiques ».

La Commission des femmes et de l’égalité, une commission multipartite composée de députés nommés pour examiner le gouvernement britannique en matière d’égalité, a mené une enquête sur le secteur de la musique. Le rapport examine les attitudes misogynes dans l’industrie et la manière dont ces attitudes ont un impact sur la société dans son ensemble.

L’étude a révélé que les femmes étaient sous-représentées dans les postes clés de l’industrie, que le harcèlement et les abus sexuels étaient courants et que de nombreuses femmes ne signalaient pas les incidents car elles s’inquiétaient de l’impact négatif sur leur carrière et se demandaient si elles seraient crues.

Le comité a conclu que le problème était « endémique » et a appelé à une action urgente pour y remédier.

« Les gens du secteur qui assistent à des remises de prix et à des soirées le font actuellement aux côtés d’agresseurs sexuels qui restent protégés par le système et par leurs collègues », indique le rapport.

Il ajoute : « L’industrie musicale s’est toujours targuée d’être un vecteur de changement social ; lorsqu’il s’agit de discrimination, de harcèlement et d’abus sexuels envers les femmes, elle a beaucoup de travail à faire. »

Le rapport indique également qu’une grande partie des preuves qu’ils ont reçues « ont dû rester confidentielles, y compris les commentaires sur les émissions de télévision et les noms connus ». Il ajoute que cet état de fait est « hautement regrettable » et démontre « l’ampleur du recours aux NDA (accords de non-divulgation) et à la culture du silence ».

Le comité a demandé que les NDA soient interdites lorsqu’il s’agit de cas d’abus sexuels, de harcèlement ou de mauvaise conduite, et a exhorté les ministres à accroître les investissements dans les talents issus de divers horizons.

Ils ont également déclaré que les gardiens jugent les femmes sur leur apparence plutôt que sur leurs capacités et que le travail a été perdu à cause des gens qui disent qu’elles ne sont « pas assez attirantes » ou qu’elles n’ont pas « le bon type de corps ».

Le rapport concluait : « Les femmes de l’industrie musicale ont vu leur vie ruinée et leur carrière détruite par des hommes qui n’ont jamais subi les conséquences de leurs actes.

Caroline Nokes députée
Caroline Nokes députée

La présidente de la commission des femmes et de l’égalité, la députée Caroline Nokes, a appelé à un « changement de comportement des hommes » dans l’industrie pour assurer le « changement transformateur » nécessaire.

Le groupe a recommandé la mise en place d’un certain nombre de mesures, notamment la modification de la loi sur l’égalité pour offrir davantage de protections aux travailleurs indépendants et une augmentation des investissements pour attirer davantage de femmes dans le secteur.

En effet, même si les députés ont déclaré que les abus et la discrimination ne sont pas propres au secteur de la musique, ils sont « amplifiés » par le nombre élevé de travailleurs indépendants, la nature informelle de nombreux lieux de travail et « le travail de nuit, souvent dans des endroits où l’alcool et les drogues sont consommés ». disponibles, peuvent amener les femmes à travailler dans des environnements dangereux ».

Nokes a déclaré : « Le potentiel créatif et professionnel des femmes ne devrait pas être limité par la misogynie « endémique » qui persiste depuis bien trop longtemps dans l’industrie musicale. »

Elle a ajouté : « Notre rapport se concentre à juste titre sur l’amélioration des protections et des mécanismes de signalement, ainsi que sur les réformes structurelles et législatives nécessaires. Cependant, un changement de comportement des hommes – et ce sont presque toujours des hommes – au cœur de l’industrie musicale est le changement de comportement Le changement est nécessaire pour que les femmes talentueuses puissent littéralement faire entendre leur voix et être à la fois reconnues et récompensées sur un pied d’égalité.

Dans une déclaration commune, Jo Twist, directrice générale de la British Phonographic Industry (BPI), et YolanDa Brown, musicienne et présidente de la BPI, ont déclaré que la misogynie était « totalement inacceptable ».

Ils ont ajouté : « Ce rapport contient des recommandations réfléchies et reconnaît que toutes les parties de notre industrie ont une responsabilité partagée pour s’attaquer de front à ce problème important. »

Laisser un commentaire

14 − 4 =