This satellite image taken by Maxar Technologies shows the Belize-flagged ship Rubymar in the Red Sea on Friday, March 1, 2024.

Jean Delaunay

Un navire touché plus tôt par les rebelles Houthis du Yémen coule en mer Rouge

Le navire est le premier navire perdu à être entièrement détruit dans la campagne du groupe rebelle contre la guerre d’Israël contre le Hamas.

Un navire attaqué par les rebelles Houthis du Yémen a coulé dans la mer Rouge après avoir pris l’eau pendant plusieurs jours, ont annoncé samedi des responsables.

Il s’agit du premier navire à être entièrement détruit dans le cadre de la campagne contre la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza.

Le naufrage du Rubymar survient alors que le transport par voie navigable, cruciale pour les expéditions de marchandises et d’énergie en provenance d’Asie et du Moyen-Orient vers l’Europe, a été affecté par les attaques des Houthis.

Déjà, de nombreux navires se sont détournés de la route.

Le naufrage pourrait entraîner de nouveaux détours et des taux d’assurance plus élevés pour les navires naviguant sur la voie navigable, ce qui pourrait entraîner une hausse de l’inflation mondiale et affecter les expéditions d’aide vers la région.

Le Rubymar, battant pavillon bélizien, dérivait vers le nord après avoir été touché par un missile balistique anti-navire Houthi le 18 février dans le détroit de Bab el-Mandeb, une voie navigable cruciale reliant la mer Rouge et le golfe d’Aden.

Le navire avait été abandonné pendant 12 jours après l’attaque, même si des plans avaient été élaborés pour tenter de le remorquer jusqu’à un port sûr.

Les Houthis soutenus par l’Iran, qui avaient faussement affirmé que le navire avait coulé presque instantanément après l’attaque, n’ont pas immédiatement reconnu le naufrage du navire.

Le commandement central de l’armée américaine avait précédemment averti que la cargaison d’engrais du navire, ainsi que les fuites de carburant du navire, pourraient causer des dommages écologiques à la mer Rouge.

Les Houthis occupent la capitale du Yémen, Sanaa, depuis 2014, expulsant le gouvernement. Il a combattu une coalition dirigée par l’Arabie saoudite depuis 2015 dans une guerre dans l’impasse.

Depuis novembre, les rebelles ont pris pour cible à plusieurs reprises des navires dans la mer Rouge et les eaux environnantes dans le cadre de la guerre menée par le Hamas contre Israël.

Malgré plus d’un mois de frappes aériennes menées par les États-Unis, les rebelles Houthis restent capables de lancer des attaques importantes. Cela inclut l’attaque du Rubymar et la destruction d’un drone américain d’une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars.

Les Houthis insistent sur le fait que leurs attaques se poursuivront jusqu’à ce qu’Israël mette fin à ses opérations de combat dans la bande de Gaza, qui ont provoqué la colère du monde arabe dans son ensemble et permis aux Houthis d’acquérir une reconnaissance internationale.

On constate toutefois un ralentissement des attaques ces derniers jours. La raison reste floue.

Laisser un commentaire

quinze + cinq =