Models of Boeing aircraft at the Dubai Air Show in Dubai, United Arab Emirates, Wednesday, Nov. 17, 2021.

Milos Schmidt

Un lanceur d’alerte de Boeing retrouvé mort aux Etats-Unis

John Barnett, ancien employé du constructeur aéronautique Boeing, est décédé après avoir tiré la sonnette d’alarme sur les normes de production de l’entreprise.

Le lanceur d’alerte de Boeing, John Barnett, qui a mis en lumière de nombreux problèmes de sécurité concernant les avions du constructeur aéronautique américain, a été retrouvé mort dans son camion en Caroline du Sud.

Le coroner du comté de Charleston a confirmé son décès lundi et a annoncé qu’une enquête était en cours.

La police estime que l’homme de 62 ans est décédé samedi des suites d’une blessure « auto-infligée ».

Dans les jours qui ont précédé sa mort, Barnett avait témoigné dans le cadre d’un procès contre son ancien employeur. Il a travaillé pour l’entreprise pendant plus de 32 ans jusqu’à sa retraite en 2017.

En réponse à son décès, Boeing a publié une déclaration exprimant ses condoléances : « Nous sommes attristés par le décès de M. Barnett et nos pensées vont à sa famille et à ses amis. »

Au cours des sept années précédant son départ de Boeing, Barnett a travaillé comme responsable qualité à l’usine du constructeur à North Charleston.

En 2019, il a fait part de ses inquiétudes au sujet de son ancien employeur, affirmant que le personnel surchargé était contraint de faire des économies.

Selon son premier témoignage, les passagers des avions 787 Dreamliner de Boeing auraient pu se retrouver sans oxygène en cas de décompression soudaine de la cabine.

Il a expliqué qu’un quart des systèmes d’oxygène de l’avion pourraient ne pas fonctionner en cas de besoin, car le personnel était encouragé à utiliser des composants défectueux.

Dans certains cas, Barnett a affirmé que des pièces étaient même retirées des tas de ferraille et fixées aux avions pour éviter les retards de production.

En faisant part de ces préoccupations à ses supérieurs, Barnett a déclaré qu’il n’y avait eu aucune mesure de suivi.

Boeing a nié ces allégations, bien qu’une enquête menée par la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis ait confirmé par la suite certaines des allégations de Barnett.

Le lanceur d’alerte a pris sa retraite pour raisons de santé en 2017 mais a poursuivi la bataille contre son ancien employeur, qu’il accuse de diffamer sa réputation et sa carrière.

Boeing a également nié ces accusations.

Au moment de sa mort, Barnett était à Charleston pour témoigner contre son ancien employeur concernant l’affaire de diffamation, mais la sonnette d’alarme a été tirée lorsqu’il n’a pas assisté à un entretien juridique samedi.

Il a ensuite été retrouvé dans son camion sur le parking de son hôtel.

La mort de Barnett a placé Boeing encore plus sous les projecteurs à un moment où le constructeur fait déjà l’objet d’un examen minutieux.

En janvier, un panneau de cabine s’est détaché d’un Boeing 737 MAX 9, soulevant des problèmes de sécurité et mettant en péril les commandes des clients.

La semaine dernière, une enquête menée par la FAA a conclu que « l’entreprise n’aurait pas respecté les exigences de contrôle de qualité de fabrication » dans de nombreux cas.

La FAA a donné à Boeing 90 jours pour présenter son plan d’action.

Laisser un commentaire

deux × 2 =