Palestinians arrive in Khan Younis after fleeing an Israeli ground and air offensive in the nearby city of Rafah, June 28, 2024

Jean Delaunay

Un haut responsable du Hamas déclare qu’aucun progrès n’a été réalisé dans les négociations de cessez-le-feu avec Israël

Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, affirme que près de 38 000 Palestiniens ont été tués depuis qu’Israël a lancé son opération militaire en octobre, mais il ne fait pas de distinction entre civils et combattants dans son décompte.

Un haut responsable du Hamas a déclaré qu’aucun progrès n’avait été réalisé dans les négociations de cessez-le-feu avec Israël pour mettre fin à la guerre à Gaza.

S’exprimant lors d’une conférence de presse dans la capitale libanaise Beyrouth, Oussama Hamdan a déclaré que le groupe était prêt à « traiter positivement » toute proposition de cessez-le-feu qui mettrait fin aux combats.

Les efforts des médiateurs arabes, soutenus par les États-Unis, n’ont pas réussi à parvenir à une cessation définitive des hostilités, le Hamas et Israël se rejetant mutuellement la responsabilité du manque de progrès.

Le Hamas affirme que tout accord doit inclure le retrait complet de l’armée israélienne de Gaza, mais Israël n’a accepté en principe qu’une pause temporaire dans les combats jusqu’à l’éradication complète du Hamas.

Hamdan a également imputé une partie de la responsabilité à Washington, accusant ses responsables de faire pression sur le groupe pour qu’il accepte les conditions d’Israël.

« Une fois de plus, le Hamas est prêt à traiter positivement toute proposition qui garantirait un cessez-le-feu permanent, un retrait complet de la bande de Gaza et un accord d’échange sérieux », a-t-il déclaré.

D’autres évacuations

Pendant ce temps, davantage de Palestiniens du sud de Gaza ont été contraints de déménager à nouveau pour échapper à une opération israélienne en cours dans la zone qui divise Rafah et Khan Younis.

Il s’agit de la dernière évacuation d’une région qui a résisté à une incursion israélienne depuis début mai, forçant presque tous les Palestiniens réfugiés à Rafah à partir.

Manifestation à Tel Aviv contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et appel à la libération des otages détenus dans la bande de Gaza par le Hamas, le 29 juin 2024
Des manifestants à Tel-Aviv contre le gouvernement du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et appellent à la libération des otages détenus dans la bande de Gaza par le Hamas, le 29 juin 2024

Ce week-end, les Palestiniens ont chargé leurs affaires dans des camions tirés par des ânes et sont partis en direction du centre de Gaza.

Ils ont déclaré avoir évacué leurs abris sous les tirs israéliens pendant la nuit et être revenus récupérer leurs biens avant de fuir la ville.

« Nous sommes sortis sous les balles et les tirs pendant la nuit. Nos enfants ont été dispersés. Nous ne savons pas où ils sont. Où devrions-nous aller ? », s’interroge Imad Asfour, un Palestinien déplacé de l’est de Khan Younis.

Ghada Qudeh, une autre Palestinienne déplacée qui a trouvé refuge à Rafah après avoir fui la ville de Khan Younis, dans le sud du pays, a déclaré que les forces israéliennes avaient tiré des missiles sur une maison où elle et sa famille s’étaient réfugiées jeudi.

« Nous ne savons pas où aller », a-t-elle déclaré. « Depuis hier, nous n’avons trouvé ni nourriture ni boisson. Nous voulons seulement une solution. »

L’armée israélienne a déclaré que deux de ses soldats ont été tués lors de combats dans le nord de Gaza samedi, portant le bilan des morts à 318.

Plus de huit mois après le début de l’opération militaire, les militants continuent de lancer des attaques contre les forces israéliennes, opérant dans des zones dont l’armée israélienne a déclaré avoir pris le contrôle il y a des mois.

Le ministère de la Santé de Gaza affirme que 40 Palestiniens ont été tués et 224 blessés au cours des dernières 24 heures.

L’opération israélienne initiale contre Rafah, dont les responsables à Washington ont insisté sur le fait qu’elle était de portée « limitée », a fait fuir environ 1,3 million de Palestiniens, selon les estimations de l’ONU.

Israël affirme qu’il doit opérer là-bas pour vaincre les derniers bataillons du Hamas.

Israël a lancé son opération militaire à Gaza en réponse à une incursion du Hamas en Israël le 7 octobre, qui a fait environ 1 200 morts et plus de 250 otages pris.

Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, affirme que près de 38 000 Palestiniens ont été tués depuis qu’Israël a lancé son opération militaire en octobre, mais il ne fait pas de distinction entre civils et combattants dans son décompte.

Laisser un commentaire

six − un =