Un guide du débutant pour les élections européennes

Martin Goujon

Un guide du débutant pour les élections européennes

Avec 373 millions d’électeurs éligibles – bien plus que les 233,5 millions aux États-Unis en 2022 – les élections européennes sont un gros problème, mais même la plupart des Européens ont du mal à y penser.

Nous sommes donc là pour vous aider à y parvenir.

Dans 27 pays, les électeurs se rendront aux urnes entre le 6 et le 9 juin pour élire le prochain Parlement européen. Les 720 législateurs gagnants joueront un rôle important dans la direction de l’UE, en travaillant sur des lois allant des objectifs d’émissions aux règles bancaires.

La première tâche cruciale du Parlement nouvellement élu sera d’approuver ou de rejeter les 27 personnes qui dirigeront l’UE pour les cinq prochaines années. Cela signifie donner le feu vert (ou pas !) à la présidente de la Commission européenne – actuellement l’Allemande Ursula von der Leyen, qui souhaite un second mandat – et à son équipe de commissaires.

Les élections de cette année seront également importantes dans la mesure où il y aura probablement un changement politique brutal vers la droite. Cela signifie que les cinq prochaines années pourraient voir un éloignement des priorités environnementales de l’UE vers un soutien accru à l’industrie manufacturière, à la sécurité et à l’agriculture, ainsi qu’une position plus dure en matière de migration.

Von der Leyen du Parti populaire européen de centre-droit – voyant qu’elle pourrait avoir du mal à obtenir une majorité claire auprès des parlementaires de centre-gauche et libéraux – laisse ouverte la porte à une collaboration avec le groupe d’extrême droite des Conservateurs et réformistes européens (ECR)  » cela dépend beaucoup de la composition du Parlement.»

Ce virage vers l’extrême droite ressort clairement des sondages. En France, le Rassemblement national de Marine Le Pen est en passe de remporter une victoire confortable et le parti populiste Alternative pour l’Allemagne est au coude à coude avec les sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz à la deuxième place.

Tout cela peut devenir assez déroutant, mais voici le guide de L’Observatoire de l’Europe sur l’essentiel :

Il s’agit d’une seule élection, car les électeurs de tout le continent éliront collectivement un total de 720 membres du Parlement européen (MPE).

Mais en réalité, il s’agit de votes nationaux distincts qui ont lieu dans 27 pays, et les règles régissant les votes sont également légèrement différentes.

Plus votre pays est grand, plus il y a de sièges dans l’hémicycle. Les députés européens allemands obtiennent 96 sièges, les Français 81, tandis que Malte, Chypre et le Luxembourg n’en obtiennent que six chacun.

Vous votez pour un parti qui siège ensuite (généralement) dans un groupe international de même couleur politique. Ainsi, si vous votez pour le parti Renaissance du président Emmanuel Macron en France, ces députés siégeront dans le groupe transfrontalier Renew Europe avec d’autres libéraux de pays comme le Danemark et la République tchèque.

Plus votre pays est grand, plus il y a de sièges dans l’hémicycle. | Joël Saget/AFP via Getty Images

Pour rendre les choses encore plus compliquées, le Parlement européen lui-même est basé à la fois à Bruxelles et à Strasbourg, les députés effectuant l’essentiel de leur travail en commission en Belgique et la plupart des sessions mensuelles au cours desquelles ils votent des lois en France. C’est très inefficace et les déplacements constants sont mauvais pour l’environnement, mais le Parlement à deux têtes est protégé par les traités et est bon pour les hôteliers français.

Fondamentalement, le prochain chef de la Commission européenne – l’organe exécutif qui propose de nouvelles lois européennes – est censé provenir du groupe politique qui remportera le plus de sièges lors des élections du mois prochain, même si le candidat en tête n’est pas nécessairement un parlementaire.

Après les élections, le nouveau Parlement européen devra approuver ou rejeter les candidats au poste de président de la Commission et des 26 autres commissaires nationaux, qui dirigeront l’UE pour les cinq prochaines années. L’Allemande von der Leyen souhaite un autre mandat à la tête de la Commission européenne et son PPE de centre-droit est en passe de gagner, mais elle a encore officiellement besoin du feu vert des dirigeants européens comme le président français Emmanuel Macron, et elle devra ensuite faire face à une course acharnée pour obtenir les 361 voix. tenu de l’élire au Parlement.

Les commissaires (un par pays) supervisent les principaux domaines politiques de l’UE : les accords commerciaux mondiaux, les subventions agricoles, les amendes antitrust contre les géants américains de la technologie comme Google et Apple et l’élargissement potentiel du bloc à l’Ukraine. Vous pouvez voir ici les favoris qui se bousculent déjà pour ces emplois les plus importants.

Le Parlement aime toujours rejeter certains candidats pour montrer ses muscles. Après les dernières élections de 2019, les premiers choix de commissaires français, hongrois et roumains ont connu une fin difficile.

Le Parlement est l’une des trois principales institutions de l’UE et la seule à être élue directement. Les deux autres institutions sont le Conseil, où se réunissent les ministres et chefs de gouvernement, et la Commission européenne, le bras exécutif du bloc.

Ce qui est unique au Parlement européen, par rapport aux parlements nationaux, c’est que les députés européens ne peuvent pas proposer eux-mêmes de nouvelles lois, d’un point de vue juridique. C’est la Commission qui a le droit d’initiative et rédige les premiers projets de toutes les nouvelles lois, ce qui lui confère un grand pouvoir.

Les députés européens exercent leur influence en modifiant la législation et disposent également d’un vote final sur l’ensemble des lois, qu’ils négocient avec les représentants du Conseil et de la Commission européenne.

Le Parlement est généralement considéré comme la plus faible des trois institutions, et il arrive souvent qu’il n’obtienne pas gain de cause dans les négociations trilogues entre institutions.

Lorsque les députés européens entrent au Parlement, ils rencontrent des hommes politiques d’autres pays partageant les mêmes idées et forment des groupes politiques.

Il existe actuellement sept groupes : La Gauche, les Verts, les Socialistes & Démocrates, Renew Europe, le Parti populaire européen, les Conservateurs et réformistes européens et le groupe Identité et démocratie.

Le vainqueur de l’élection est le groupe qui a remporté le plus de sièges après le scrutin, et c’est important parce que les dirigeants de l’UE – pensez à Scholz en Allemagne ou à Macron en France – sont obligés, selon les traités de l’UE, de prendre en compte les résultats des élections lorsqu’ils ils ont proposé un nom pour ce qui est largement considéré comme le rôle le plus puissant de l’Europe : le président de la Commission européenne.

La n°1 à surveiller est Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne depuis 2019. | Kenzo Tribouillard/AFP via Getty Images

Si le Parlement rejette le premier choix, le Conseil dispose d’un mois pour proposer un autre nom – même si cela ne s’est jamais produit et déclencherait une crise politique sans précédent pour l’UE.

De toute évidence, les opposants de von der Leyen diront que les termes du traité européen sur la « prise en compte » du résultat des élections sont très vagues, ce qui est effectivement le cas. Mais tout candidat devra en fin de compte obtenir l’approbation du Parlement – ​​361 voix ou plus – afin que les dirigeants nationaux ne puissent pas choisir n’importe quel vieux nom.

En un mot : si votre famille politique remporte les élections et possède le plus grand groupe paneuropéen de députés européens, non seulement cela vous donne plus d’influence que les autres pour influencer la législation adoptée par le Parlement, mais également au cours des premières semaines fébriles post-électorales. , cela vous donne un argument de poids pour revendiquer également le poste le plus élevé d’Europe pour l’un de vos hommes politiques.

La n°1 à surveiller est von der Leyen, qui est présidente de la Commission européenne depuis 2019, date à laquelle elle a été sortie de l’obscurité relative par le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande de l’époque, Angela Merkel. L’ancienne ministre allemande de la Défense brigue un second mandat sur le programme du PPE visant à stimuler la compétitivité industrielle et à renforcer les capacités de défense de l’UE dans le cadre de sa campagne à travers l’UE.

Il convient également de garder un œil sur son principal rival Nicolas Schmit, qui a voyagé à travers l’Europe pour se connecter avec les électeurs socialistes et de centre-gauche, plaidant pour de meilleurs logements, les droits des travailleurs et pour ne pas revenir sur le Green Deal. Schmit – qui est le commissaire européen sortant du Luxembourg – s’est souvent abstenu d’attaquer von der Leyen, qui est après tout son patron. Mais il a lancé quelques tirades contre elle pour avoir ouvert la porte à une coopération avec la Première ministre italienne d’extrême droite Giorgia Meloni dans le camp ECR et pour avoir conclu des accords controversés de limitation de l’immigration avec les autocrates nord-africains.

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola – une démocrate-chrétienne de centre-droit originaire de Malte – a effectué une tournée dans l’UE pour faire voter le vote, en s’efforçant particulièrement d’inciter les jeunes à voter. Elle fait face à une campagne épuisante à Malte, qui est actuellement en proie à un scandale de corruption entourant le parti travailliste au pouvoir. Elle espérera un retour à la présidence du Parlement, voire un rôle encore plus puissant.

Si chaque pays a ses propres obsessions nationales, certains thèmes généraux émanent de Bruxelles, le centre névralgique politique :

  • La guerre russe en Ukraine et la manière de renforcer les capacités de défense de l’UE ;
  • La faiblesse de l’économie européenne ;
  • Comment rendre les plans ambitieux de l’UE en matière de climat et d’environnement compatibles avec les intérêts des travailleurs tels que les agriculteurs et les industriels traditionnels ;
  • Comment rendre l’UE plus compétitive sur la scène mondiale ?
  • Le récent pacte de l’UE sur la migration et l’asile ;
  • La montée de l’extrême droite.

Toutefois, ces élections ne parviennent généralement pas à attirer les foules et le taux de participation est toujours inférieur à celui des élections nationales européennes, ce qui pose un réel problème de légitimité pour l’UE. Les élections européennes connaissent généralement une participation plus faible en Europe centrale et orientale que dans les pays plus riches du nord et de l’ouest. La dernière fois, les institutions européennes ont été encouragées par une légère hausse du taux de participation, même si cela ne signifie encore qu’un peu plus de la moitié des personnes éligibles dans l’ensemble du bloc ont voté.

Il est difficile d’interroger l’ensemble d’un continent, mais les signes suggèrent jusqu’à présent que le Parlement européen est sur le point de connaître un virage important vers la droite – mais qu’en fin de compte, la coalition actuelle des partis centristes devrait s’accrocher à sa majorité.

Nous sommes susceptibles de voir non seulement un résultat solide pour le Parti populaire européen de centre-droit – qui comprend des groupes tels que l’Union chrétienne-démocrate allemande, le Partido Popular espagnol ou le Fine Gael irlandais – mais aussi pour les groupes situés à leur droite, où il y a deux groupes allant de l’extrême droite à l’extrême droite.

Cela signifie que le centre de gravité du nouveau Parlement ne reposera pas sur les libéraux, comme c’est le cas depuis 2019, mais sur le PPE. Nous devons le souligner encore une fois, à condition que les sondages soient exacts.

Jusqu’à présent, les signes suggèrent que le Parlement européen s’apprête à connaître un virage important vers la droite. | Ina Fassbender/AFP via Getty Images

Les libéraux – qui forment une coalition lâche sous la bannière de Renew Europe – semblent perdre des sièges, tout comme les Verts, dont la vague verte d’il y a cinq ans est en train de refluer.

En fin de compte, les deux factions politiques qui ont longtemps dominé l’Europe – le PPE de centre-droit et les socialistes – resteront les deux forces les plus importantes au Parlement, mais nous assisterons à la poursuite de la tendance historique de l’érosion de leur pouvoir.

L’opposition des Verts aux principales lois européennes – du système géant de subventions agricoles au nouvel accord sur la migration – explique en partie pourquoi von der Leyen estime qu’elle pourrait bien devoir collaborer avec les députés européens de Meloni.

Même l’obtention de l’approbation révèle les problèmes de nombre – puisque von der Leyen cherche à obtenir 361 voix. Selon les derniers sondages, le bloc centriste du PPE, des socialistes et des libéraux pourrait lui apporter 402 voix si elle leur promet quelques cadeaux. Cette marge n’est toutefois pas si confortable, car elle se retrouvera en difficulté si seulement 10 pour cent environ des députés européens se rebellent contre la ligne du parti.

Il est probable que ce soit une affaire serrée. Vous voyez, les élections européennes sont après tout un thriller.

Laisser un commentaire

5 × 1 =