Bicyclists pass a billboard for the European Election outside the Maritime Museum in Amsterdam, the Netherlands, Wednesday, June 5, 2024.

Jean Delaunay

Un groupe pro-russe revendique la responsabilité des cyberattaques survenues le premier jour des élections européennes

Les sites Internet d’au moins trois partis politiques aux Pays-Bas ont été pris pour cible jeudi alors que les électeurs néerlandais votaient aux élections européennes.

Un groupe de hackers pro-Kremlin a revendiqué la responsabilité de ce qui semble être une attaque coordonnée contre les sites Internet des partis politiques néerlandais et des institutions européennes le premier jour des élections européennes.

Au moins trois partis politiques néerlandais – l’Alliance chrétienne-démocrate (CDA), le Parti pour la liberté (PVV) et le Forum pour la démocratie (FvD) – ont affirmé jeudi que leurs sites Internet avaient été la cible de cyberattaques.

HackNeT, un groupe de hackers affilié à Moscou, a revendiqué l’attaque contre sa chaîne Telegram, ajoutant qu’elle avait également visé le Parti politique réformé néerlandais (SGP) et la Cour des comptes européenne (CCE).

Le site Internet de la Cour des comptes européenne semblait indisponible jeudi après-midi.

Dans une déclaration à L’Observatoire de l’Europe, un porte-parole du tribunal a déclaré : « Nous confirmons que depuis ce matin, nous subissons une cyber-attaque (DDoS) qui a rendu notre site internet non opérationnel ».

« Nous travaillons activement pour atténuer le problème », ajoute le communiqué. « Entre-temps, nous avons pu garantir que les autres services ne soient pas affectés et nous permettent de travailler normalement. »

L’Appel chrétien-démocrate (CDA), affilié au Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, a déclaré dans un communiqué sur la plateforme de médias sociaux X que son site Internet était « temporairement moins accessible » en raison d’un refus « sérieux » diffusé. attaque de service (DDOS).

Le leader du parti d’extrême droite Forum pour la démocratie (FvD), Thierry Baudet, a également profité de X pour annoncer que le site Internet de son parti était en panne. Baudet a déclaré que « toute l’équipe fait des heures supplémentaires pour repousser l’attaque », ajoutant « La Russie ? »

Le site Internet du Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders était également indisponible jeudi.

Cela survient alors que l’on craint de plus en plus que l’élection – le plus grand scrutin transnational de l’histoire – soit vulnérable aux efforts déployés par des acteurs étrangers malveillants pour renverser le vote.

Les responsables de l’UE ont déclaré mercredi qu’ils considéraient les 72 heures précédant le vote comme « critiques », ajoutant qu’ils avaient mobilisé des équipes d’alerte rapide sur mesure pour répondre à toute menace, telle que des cyberattaques ou des campagnes de désinformation coordonnées.

Les responsables ont ajouté que dans plusieurs pays de l’UE – dont l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et la Pologne – des campagnes visant à diffuser de la désinformation autour du vote avaient été détectées ces derniers jours, notamment des efforts visant à dissuader les électeurs de se rendre aux urnes ou à les encourager à gâcher le scrutin. leur vote.

HackNeT est un réseau de piratage qui, selon certaines sociétés occidentales de cybersécurité, travaille en coordination avec les services de renseignement russes.

Le groupe a annoncé sur sa chaîne Telegram plus tôt ce matin qu’il ciblait « l’infrastructure Internet de l’Europe » pour marquer le début du vote aux élections au Parlement européen.

Laisser un commentaire

19 − treize =