Un empire sur son lit de mort peut encore causer de la douleur et de la souffrance

Jean Delaunay

Un empire sur son lit de mort peut encore causer de la douleur et de la souffrance

Autrefois connue pour appeler les autres « l’homme malade de l’Europe », la Russie d’aujourd’hui s’est décidément retrouvée dans une impasse militaire, économique, politique, démographique et même conceptuelle, écrit Aleksandar Đokić.

Après l’échec de la mutinerie d’Evgueni Prigojine et, dans une certaine mesure, des négociations fructueuses avec son patron et commandant en chef, Vladimir Poutine, les discussions sur l’éclatement de la Russie et sa défaite imminente ont pris un second souffle.

La prémisse de la Russie comme « l’homme malade de l’Europe » – un terme du XIXe siècle que l’empereur russe Nicolas Ier utilisait pour décrire le rival de longue date de Moscou, l’Empire ottoman – semble appropriée pour la Russie de Poutine aujourd’hui.

Le poids de la métaphore ne signifie pas que ce malaise de l’État russe signifie sa disparition imminente – qu’elle soit militaire, économique ou politique – ou que la Russie est un pays dépourvu de pouvoir.

Au contraire : la Russie reste l’ennemi le plus agressif contre le monde démocratique.

La justice poétique du terme impérialiste, orientalisant et galvaudé revenant hanter son lieu d’origine, la Russie de Poutine s’est décidément retrouvée dans une impasse militaire, économique, politique, démographique, voire conceptuelle.

Pendant ce temps, faire une sorte d’analogie directe entre l’Empire ottoman du XIXe siècle et la Russie du XXIe siècle serait amateur et faux à bien des égards.

Après tout, le même Empire ottoman « maladif » a réussi à écraser de nombreuses révoltes et même à gagner quelques guerres au cours de sa période de déclin final, et la détermination inébranlable des défenseurs de Gallipoli pendant la Première Guerre mondiale – la campagne militaire qui, par coïncidence, a vu les réformistes turcs le modernisateur Mustafa Kemal Atatürk a pris de l’importance – est resté dans les mémoires à ce jour.

Être « l’homme malade » de la géopolitique ne veut pas dire que ledit pays n’est pas capable de se défendre ou même, à son tour, d’attaquer les autres. Si tel était le cas, il serait « sans vie ».

C’est le manque d’avenir de sa carcasse politique qui le rend malade en phase terminale.

Diagnostic terminal, perspectives inexistantes

Ce mal politique provient du fait que le centre du pouvoir est incapable de faire des réformes pour provoquer une révolution d’en haut.

Elle est précisément « malade » parce qu’elle est figée dans ses habitudes, inébranlable et impuissante face à la modernisation.

Un pays comme la Russie peut contrôler un vaste territoire et commander sa société rétrécie, vieillissante et apathique sans trop de difficulté.

AP/Service de presse du ministère russe de la Défense
Un Russe monte à bord d’un véhicule militaire dans un lieu tenu secret, juillet 2023

Ses caisses peuvent encore contenir des capitaux qu’elle ne peut investir que dans la prolongation de son état de guerre, tandis que son économie, bien que sans espoir de croissance, peut rester un peu au-dessus de l’eau pendant des années.

Dans le cas de Moscou, cela signifie également qu’il peut encourir des souffrances pour des milliers et des milliers d’Ukrainiens dans le processus.

Ce que la Russie de Poutine ne peut cependant pas faire, c’est survivre dans sa forme actuelle.

Cela ne signifie pas que la Russie elle-même cessera à jamais d’exister, ni qu’elle se disloquera en plusieurs morceaux, même s’il sera très difficile de maintenir ses républiques périphériques, comme la Tchétchénie, le Daghestan ou la Bouriatie, à l’intérieur de ses frontières.

Mourir par son propre Kalibr

Si la Russie était un État isolationniste semblable à Cuba, elle pourrait très bien continuer à jouer son rôle « d’homme malade » pendant des décennies sans fin.

La nature agressive de son régime, qui fait la guerre pour prolonger et assurer son existence, sera précisément sa chute.

Parallèlement au fait que la Russie de Poutine n’a pas d’avenir durable, son statut « maladif » est confirmé par le fait que son existence future dépend principalement de deux grandes puissances : les États-Unis et la Chine.

La Russie n’est plus un sujet actif, elle n’est plus qu’un objet passif, aussi immobile et immense soit-il.

Alexandre Kazakov/Spoutnik
Le président russe Vladimir Poutine écoute le gouverneur de la région de Saratov, Roman Busargin, lors de leur rencontre au Kremlin à Moscou, juillet 2023

Ce sont ces deux puissances qui détermineront l’avenir de la Russie de Poutine de l’extérieur, par opposition aux facteurs internes existants.

La Russie n’est plus un sujet actif, elle n’est plus qu’un objet passif, aussi immobile et immense soit-il.

Si quoi que ce soit, il a été victime de son propre shapkozakidatelstvo – une assurance vantardise que l’ennemi est faible et que la victoire est presque garantie – qui reflète le plus fidèlement une fausse idée de l’adversaire et de l’orgueil qui est son compagnon inséparable.

Les vraies superpuissances ne veulent pas que la Russie s’effondre – pour le moment

Si Washington décide d’augmenter l’aide à l’Ukraine, elle peut subir une défaite décisive face à la Russie.

Pourtant, les États-Unis ont montré qu’ils ne voulaient pas déclencher une chaîne d’événements qui pourraient soit conduire à l’éclatement d’une Russie nucléaire – avec des pans d’ogives soudainement entre les mains de beaucoup, dont certains pourraient être encore plus enclins à les utiliser – ou l’utilisation d’armes nucléaires par la Russie d’aujourd’hui.

C’est pourquoi les États-Unis fournissent à l’Ukraine juste assez d’armes pour subir une défaite limitée contre la Russie, une défaite qui pourrait assurer la sécurité continentale sans risquer un conflit direct avec le Kremlin ou un scénario de rupture chaotique.

Thomas Pierre/AP
Des membres d’une garde d’honneur chinoise se tiennent en formation avant une cérémonie d’accueil du Premier ministre russe Mikhail Mishustin à Pékin, mai 2023

La Chine, d’autre part, fournit à la Russie la technologie dont elle a besoin pour maintenir le minimum de sa production militaire tout en soutenant le commerce – aux conditions de Pékin, bien sûr – qui maintient l’économie russe à flot.

Au fur et à mesure que le temps passe, il devient de plus en plus clair que la Chine est convaincue que la Russie a perdu son statut et est tombée de quelques échelons, et Pékin est déterminé à la maintenir artificiellement et à peine en vie aussi longtemps que possible.

Pour la Chine, une Russie végétative devient un bouclier contre les ambitions occidentales et une source de ressources énergétiques bon marché.

Un public de hocheurs de tête et de oui-hommes

Malgré tout cela, les dirigeants russes et la majorité de la société russe restent obsédés par le statut de grande puissance qui n’existe plus – une sorte de pensée reflétée dans la façon dont la propagande russe réagit à la défense de l’Ukraine.

Il y a quelques jours à peine, la célèbre propagandiste d’État Olga Skabeyeva s’est indignée lors de la dernière attaque contre le pont de Kertch en Crimée : « Ils (les Ukrainiens) nous crachent au visage et disent : ‘Oui, c’était nous, et nous continuerons pour le faire.' »

« Nous devons avoir le sens de notre propre dignité. En fin de compte, nous sommes une grande puissance », s’est exclamée Skabeyeva, bien que de manière peu convaincante, devant un public de hocheurs de tête et de oui.

N’oublions pas que même un pays ou une société qui est mort à l’intérieur peut encore se battre. Et en Ukraine, la Russie tient à continuer jusqu’à son dernier souffle.

AP Photo/Dimitri Lovetsky
Un homme âgé vend des drapeaux souvenirs à Saint-Pétersbourg, juillet 2023

Pourtant, malgré l’ego meurtri de votre patriote russe moyen, ce n’est plus le cas. La Russie n’est pas une grande puissance. Son sort se décide désormais dans les capitales des véritables grandes puissances.

Le revers de la médaille est qu’un État n’a pas besoin d’avoir un avenir ou d’être une grande puissance pour causer de la douleur et de la souffrance.

N’oublions pas que même un pays ou une société qui est mort à l’intérieur peut encore se battre. Et en Ukraine, la Russie tient à continuer jusqu’à son dernier souffle.

Laisser un commentaire

5 × trois =