FILE - Greece Prime Minister Kyriakos Mitsotakis speaks during a parliament session in Athens, Greece, on Thursday, March 28, 2024.

Jean Delaunay

Un député grec d’extrême droite arrêté après une bagarre au Parlement

Un député aurait crié « Tais-toi, espèce de déchet ! » à un autre avant que la bagarre n’éclate.

Un député grec d’extrême droite a été arrêté après une bagarre au Parlement grec.

Konstantinos Floros, ancien membre du parti extrême des Spartiates, aurait agressé Vasilis Grammenos, du parti nationaliste grec de la solution.

Le président du Parlement, Constantinos Tasoulas, a ordonné que Floros soit remis à la police et qu’il soit accusé au pénal d’agression contre un député.

Floros, aujourd’hui député indépendant, a ensuite été arrêté par la police.

Les députés intérieurs débattaient de l’opportunité de lever l’immunité du député Kyriakos Velopoulos, président du Parti grec de la solution. Il est poursuivi en diffamation par un officier de marine à la retraite dont le fils, le député Konstantinos Floros, avait demandé à intervenir dans le débat. Cependant, le porte-parole parlementaire de la Solution grecque, Constantinos Chitas, lui a dit que la réglementation ne le permettait pas.

À ce moment-là, Floros a crié « cela sera décidé par les juges », ce à quoi un autre député grec de la solution, Vassilis Grammenos, a répondu : « Tais-toi, espèce d’ordure ! »

Après l’avoir saisi par une prise de tête juste à l’extérieur de la chambre, Konstantinos Floros aurait ensuite frappé Vassilis Grammenos à la tête et l’aurait jeté au sol.

Grammenos a ensuite été emmené à la clinique médicale du Parlement. On ne sait pas encore s’il a été blessé.

Ces violences ont été condamnées par le président du Parlement qui les a qualifiées de « comportement brutal » et a ensuite infligé à Floros la punition la plus sévère possible, à savoir l’expulsion du Parlement pour 15 jours.

« Lorsque nous avons élaboré les règles de procédure du Parlement, nous pensions nous adresser à des personnes fondamentalement rationnelles », a déclaré Constantinos Tassoulas aux députés, ajoutant que cette sanction est « très légère par rapport à la vulgarité et à la brutalité de son comportement ».

Il a également averti que l’immunité de Floros serait levée pour faire face à un éventuel procès de sa victime.

Plus tard mercredi, la Cour suprême grecque a exclu le parti d’extrême droite Spartiate d’une liste de partis politiques qui remplissaient les conditions requises pour présenter des candidats aux élections du Parlement européen de juin.

Cette décision fait suite à une pétition de trois partis politiques visant à exclure les Spartiates en raison de leurs liens présumés avec le parti d’extrême droite Aube dorée, dont les principaux membres ont été emprisonnés en 2020 après avoir été reconnus coupables d’appartenance à une organisation criminelle.

Laisser un commentaire

1 × quatre =