Bashar Murad is set to compete in Iceland

Jean Delaunay

Un chanteur palestinien prêt à participer au concours national islandais de sélection pour l’Eurovision

Un chanteur palestinien a été nommé participant au processus de sélection du Concours Eurovision de la chanson islandais, au milieu de discussions plus larges sur le boycott potentiel de l’événement par ce pays nordique.

Le chanteur palestinien Bashar Murad a été officiellement désigné comme candidat à la phase préliminaire de sélection du Concours Eurovision de la chanson islandais.

Murad, connu pour aborder les thèmes de l’occupation israélienne et de l’égalité des sexes au Moyen-Orient à travers sa musique, devrait faire partie des dix artistes en lice pour une place en demi-finale du Söngvakeppnin 2024, le concours national islandais de sélection de l’Eurovision.

Actuellement basé à Jérusalem, l’artiste pop de 30 ans a collaboré avec les anciens représentants islandais de l’Eurovision, Hatari, un groupe punk rock connu pour son opposition franche à la présence israélienne dans les territoires palestiniens lors du concours organisé en Israël en 2017.

À l’approche du concours de 2017, Hatari a fait la une des journaux pour ses déclarations politiques sur l’occupation israélienne de la Palestine, ce qui a incité Jon Ola Sand, le superviseur exécutif de l’Union européenne de radiodiffusion (UER), à mettre en garde contre le fait de repousser les limites de la Palestine. la tolérance de l’UER.

Malgré l’avertissement, lors de la finale, les membres de Hatari ont déployé des banderoles représentant le drapeau palestinien lors de l’annonce du résultat du vote télévisé de l’Islande.

L’Islande a finalement été condamnée à une amende par l’UER pour avoir enfreint le règlement de la compétition.

L’Islande participera-t-elle au concours Eurovision de la chanson cette année ?

Atari d'Islande interprète la chanson
Atari d’Islande interprète la chanson « Hatrio mun sigra » lors de la grande finale du Concours Eurovision de la chanson 2019 à Tel Aviv, Israël, le samedi 18 mai 2019.

Tous les regards sont tournés vers Söngvakeppnin cette année, prévu en février et mars, où le vainqueur, en consultation avec la chaîne de télévision islandaise RÚV, déterminera si le pays participera à l’Eurovision 2024.

Le contexte de cette décision implique une pression importante sur le RÚV pour qu’il appelle au retrait d’Israël de l’Eurovision 2024 ou qu’il envisage un boycott complet.

La Société islandaise des auteurs et compositeurs (ISAC) a fortement plaidé en faveur d’un boycott à moins qu’Israël ne soit disqualifié, reflétant un sentiment repris par près de 10 000 Islandais qui ont signé une pétition (environ 2,5 % de la population du pays) pour la disqualification d’Israël.

De plus, plus de 1 400 artistes finlandais se sont associés à des musiciens islandais pour appeler à l’exclusion d’Israël de l’Eurovision, invoquant des crimes de guerre présumés à Gaza.

Cette demande s’accompagne de la menace que si Israël n’est pas exclu de la compétition, qui doit avoir lieu dans la ville suédoise de Malmö en mai, la société de radiodiffusion finlandaise (Yle) boycottera et s’abstiendra de soumettre une candidature finlandaise.

« Il n’est pas conforme à nos valeurs qu’un pays qui commet des crimes de guerre et poursuit son occupation militaire ait la possibilité de polir son image au nom de la musique », peut-on lire dans une pétition finlandaise signée par des artistes, des musiciens et des professionnels de l’industrie musicale. .

Laisser un commentaire

12 − cinq =