Un cessez-le-feu à Gaza est un impératif moral, pas une concession

Jean Delaunay

Un cessez-le-feu à Gaza est un impératif moral, pas une concession

Un désaccord sur certaines questions s’est transformé en un divorce pour chacun. En temps de crise, nous devons entendre les voix qui remettent en question nos hypothèses et nous demandent de faire mieux, écrit Muddassar Ahmed.

Un mois et demi après le début du conflit dévastateur à Gaza, l’appel à un cessez-le-feu immédiat n’a jamais été aussi urgent.

Le bilan est déjà alarmant, avec plus de 13 000 morts, dont 5 500 enfants déchirants.

Pendant ce temps, les survivants restent piégés dans une prison à ciel ouvert suffocante – incapables de sortir et soumis aux bombardements impitoyables d’une campagne israélienne incessante et apparemment sans fin.

En Europe et en Occident, nous sommes censés être les champions du droit international, des droits de l’homme, de l’ordre fondé sur des règles et de la responsabilité. Mais selon nos normes, nous n’avons pas seulement échoué, nous sommes devenus complices.

Un langage irresponsable nuit à notre harmonie civile

Au lieu de réduire la violence au Moyen-Orient – ​​avant qu’elle ne devienne incontrôlable –, trop de nos dirigeants passent leur temps à déchirer nos propres sociétés.

Le langage irresponsable – mais médiatisé – de personnalités publiques éminentes dénature délibérément la solidarité pacifique et l’activisme civique, mettant en danger non seulement les populations palestiniennes et juives, mais aussi notre propre harmonie civile.

Lorsque le chroniqueur du Spectator, Douglas Murray, a qualifié tous les manifestants de barbares, quels effets, pensait-il, se répercuteraient sur notre société effilochée ?

Des manifestants défilent lors d’une manifestation pro-palestinienne à Londres, octobre 2023
Des manifestants défilent lors d’une manifestation pro-palestinienne à Londres, octobre 2023

Lorsque l’ancienne ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni, Suella Braverman – qui a été licenciée la semaine dernière pour ses propos – a qualifié les manifestations pro-palestiniennes de « marches de haine » et a accusé la police de se plier aux « islamistes », pensait-elle qu’elle rendait la vie plus sûre ? pour les juifs britanniques, sans parler des musulmans ?

Lorsqu’une chroniqueuse du Financial Times, Camilla Cavendish, a interprété à tort les manifestants pro-palestiniens et la population musulmane dans son ensemble comme une partie de la Grande-Bretagne « en colère » et calomniée, « attisée par les islamo-fascistes », réfléchissait-elle aux allégations de crimes de guerre et de violations du droit international. ?

Et lorsque le conseiller politique britannique Nick Timothy a appelé à un État de surveillance autoritaire, pensait-il qu’étouffer la démocratie la ferait fleurir ?

La pensée à somme nulle n’a pas grand-chose à apporter

De telles affirmations non seulement alimentent des craintes infondées, mais alimentent également un stéréotype préjudiciable qui présente les musulmans comme un groupe homogène et extrémiste incompatible avec les valeurs démocratiques que nous valorisons en Occident.

Cela va au-delà de la simple imprudence : c’est la manifestation d’une tendance plus large et plus insidieuse qui noie le dialogue, étouffe les appels à la justice et alimente l’hostilité.

De l’autre côté de l’Atlantique, une montée du sentiment anti-musulman se manifeste notamment par la reprise par l’ancien et peut-être prochain président américain des discussions sur son interdiction de voyager.

Alors que le président américain Joe Biden a annoncé une stratégie nationale de lutte contre l’islamophobie, comment une telle stratégie peut-elle réussir alors que Biden lui-même met en doute les chiffres des victimes palestiniennes ?

Les portraits du président américain Joe Biden et de la vice-présidente Kamala Harris sont vus alors que des manifestants organisent un sit-in exigeant un cessez-le-feu à Oakland, en Californie, en octobre 2023.
Les portraits du président américain Joe Biden et de la vice-présidente Kamala Harris sont vus alors que des manifestants organisent un sit-in exigeant un cessez-le-feu à Oakland, en Californie, en octobre 2023.

Tragiquement, au début du mois dernier, un enfant américain de six ans d’origine palestinienne et de confession musulmane a été poignardé à mort par son propriétaire.

Et tandis que le président américain Joe Biden a annoncé une stratégie nationale de lutte contre l’islamophobie, comment une telle stratégie peut-elle réussir alors que Biden lui-même met en doute les chiffres des victimes palestiniennes ?

Il n’est pas surprenant que l’espace d’un engagement pacifique se rétrécisse chaque jour. Nous sommes allés si loin dans la mauvaise direction que nous avons vu un festival littéraire palestinien annulé en Allemagne et une exposition d’art islamique prémoderne à Pittsburgh reportée de peur que son contenu apolitique n’offense des sensibilités anonymes.

Mais cette pensée à somme nulle n’a pas grand-chose à nous apporter, si ce n’est la tension, la polarisation et la paralysie.

C’est une question d’égalité de traitement

Pour être clair, je ne connais aucun dirigeant musulman sérieux qui souhaite voir la fin d’Israël ou qui soit tout sauf révulsé par les attaques du Hamas.

Mais la réponse mondiale à l’invasion israélienne qui en a résulté a amplifié une vérité inconfortable : dans notre discours occidental, la vie des Palestiniens justifie souvent de simples notes de bas de page plutôt que des chapitres.

Un chiffre stupéfiant de 70 % des victimes à Gaza sont des femmes et des enfants. La zone est en fait un « cimetière pour les enfants » et plus d’enfants sont morts à Gaza au cours du mois dernier que tous les conflits mondiaux – réunis – depuis 2019.

Les institutions médiatrices qui servent de référence morale, les Nations Unies, le Comité international de la Croix-Rouge et Human Rights Watch, affirment qu’Israël a clairement violé le droit international. Pourtant, leurs appels au cessez-le-feu ont été condamnés, moqués ou simplement ignorés.

Nous, en Occident, avec son engagement déclaré en faveur des droits de l’homme, devons nous réconcilier avec ses doubles standards évidents (…) Nous devons comprendre la nécessité vitale pour toutes les parties de respecter le droit international.

Une femme affiche le drapeau palestinien dessiné sur son visage lors d'une marche pro-palestinienne dans le centre-ville de Hamilton, en octobre 2023.
Une femme affiche le drapeau palestinien dessiné sur son visage lors d’une marche pro-palestinienne dans le centre-ville de Hamilton, en octobre 2023.

Depuis trop longtemps, les Palestiniens ne sont pas traités sur un pied d’égalité aux yeux des Occidentaux. Leur souffrance et leur occupation sont le plus souvent traitées comme un fait gênant, une catastrophe naturelle contre laquelle nous ne pouvons rien faire, au lieu de le produit de politiques et de politiques que nous avons tout à fait la capacité et le droit de contester.

La diabolisation radicale des voix pro-palestiniennes ne se contente pas de nier les droits et responsabilités civiques fondamentaux. Cela aliène un très grand nombre de personnes, mine la réflexion de notre politique étrangère et rend également plus difficile la construction du type de sociétés inclusives dont nous avons besoin.

Nous, en Occident, avec son engagement déclaré en faveur des droits de l’homme, devons nous réconcilier avec ses doubles standards évidents.

Nous devons voir l’injustice fondamentale envers la vie des Palestiniens. Nous devons comprendre la nécessité vitale pour toutes les parties de respecter le droit international.

Les voix remettant en question nos hypothèses doivent être entendues

Je sais ce qui arrive lorsque les dirigeants se soustraient à leurs responsabilités. Trop souvent, dans la société occidentale, nous ne parvenons pas à nous mettre d’accord sur quoi que ce soit, même lorsque cela est manifestement dans notre intérêt de nous mettre d’accord.

Un désaccord sur certaines questions s’est transformé en un divorce pour chacun. En temps de crise, nous devons entendre des voix qui remettent en question nos hypothèses et nous demandent de faire mieux.

Si nos musées ont peur de l’histoire, si nos universités ont peur de l’érudition et si nos gouvernements contrôlent le discours – je n’irais pas aussi loin que Murray en disant que nous serions tous des barbares, mais je dirais que nous nous éloignons de la civilisation.

En fin de compte, ce conflit incontrôlé a le potentiel d’enflammer bien plus que le Moyen-Orient ; il pourrait en fait complètement déstabiliser et détruire la diversité de nos démocraties et de nos sociétés occidentales.

Nous ne devrions pas appeler à un cessez-le-feu à Gaza parce que les musulmans sont « en colère », mais parce que c’est la bonne chose à faire.

Laisser un commentaire

treize − 8 =