Un allié de Macron soutient le socialiste espagnol Ribera à la tête de l’UE pour le climat

Martin Goujon

Un allié de Macron soutient le socialiste espagnol Ribera à la tête de l’UE pour le climat

PARIS — La vice-Première ministre espagnole Teresa Ribera a obtenu un soutien majeur de la part de tous les partis dans sa quête pour devenir chef des Verts de l’UE.

Pascal Canfin, député européen du parti centriste Renaissance du président français Emmanuel Macron, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que si Ribera était chargé du Green Deal de l’UE sous la prochaine Commission européenne : « Je trouverais cela très, très bien. »

Canfin est un proche allié de Macron et a présidé la puissante commission de l’environnement du Parlement européen au cours des cinq dernières années. Le signe de tête d’un centriste français est une victoire pour Ribera, qui mène la campagne socialiste espagnole pour les élections européennes de juin.

Ribera recherche activement un poste de premier plan au sein de la prochaine Commission, l’exécutif de l’UE, qui dirigera un super département du climat, de l’énergie et de l’environnement. Elle a vivement critiqué la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, qui, selon elle, a fait des concessions à la droite en matière de politique verte.

Actuellement ministre espagnol de la transition écologique, Ribera a reproché à la France de bloquer la construction de liaisons énergétiques avec la péninsule ibérique. Elle a également combattu les efforts français visant à promouvoir le statut vert de l’énergie nucléaire.

Les Verts européens, en revanche, ne soutiennent pas encore Ribera.

Le candidat vert principal Terry Reintke a déclaré que « les questions potentielles concernant les commissaires… trouveront une réponse après les élections lorsque nous verrons quelle est la situation des majorités dans cette Chambre ».

Laisser un commentaire

cinq × quatre =