Un allié de Macron critique le PPE français pour avoir « attaqué » von der Leyen

Martin Goujon

Un allié de Macron critique le PPE français pour avoir « attaqué » von der Leyen

PARIS — L’ancien ministre français de l’Europe, Clément Beaune, a critiqué le Parti populaire européen pour ne pas avoir soutenu sans réserve le sien. spitzenkandidat Ursula von der Leyen pour un second mandat.

Dans une interview accordée à L’Observatoire de l’Europe, l’allié de Macron et porte-parole de Renew a déclaré que le PPE avait des « contradictions » et qu’au sein du groupe parlementaire conservateur, les partis se livraient au « populisme » et « attaquaient des personnalités européennes » à des fins de campagne nationale.

«Tout le monde a droit à un débat interne, et (le PPE) l’a eu lors de son congrès sur von der Leyen. Mais je pense qu’il n’est pas convaincant de jeter la pierre (à von der Leyen) quand on est membre de cette famille politique », a-t-il déclaré.

Le parti conservateur français Les Républicains (LR) ainsi que le parti slovène de l’ancien Premier ministre Janez Janša faisaient partie des rebelles qui ont publiquement refusé de soutenir le président de la Commission lors d’un congrès en mars. Plus récemment, des signes indiquent que le soutien à von der Leyen semble fragile au sein des délégations italienne et espagnole du PPE.

Quant à savoir si Macron lui-même soutiendrait l’actuel président de la Commission, Beaune a déclaré que la candidature de von der Leyen « n’était pas exclue d’avance » et a fait allusion à un soutien renouvelé en sa faveur, avec des négociations axées sur « la stabilité et l’équilibre ».

Le président français a gardé ses cartes près de sa poitrine, refusant de soutenir ouvertement von der Leyen pour un second mandat, tout en laissant ses alliés proposer Mario Draghi comme alternative.

« Nous avons tous besoin que le PPE, le S&D et Renew acceptent de voter pour un candidat. Si nos votes se dispersent et si tout le monde devient trop difficile… nous pousserons les candidats à travailler avec des partis extrémistes », a-t-il déclaré.

Beaune, qui ambitionne de devenir la prochaine maire de Paris, s’est montrée particulièrement cinglante envers les conservateurs français, qui ne soutiennent pas von der Leyen en raison de ses antécédents en matière de Green Deal et de sa pression en faveur d’objectifs de conservation de la nature dans l’agriculture.

Jeudi, le candidat LR François-Xavier Bellamy a écrit sur X : « Si la présidente de la Commission européenne n’est pas réélue, ce sera grâce au combat que nous avons mené et qui l’a mise en minorité dans son propre parti. C’est au sein de notre groupe politique que la décision sera prise.»

Pour Beaune, les attaques de Bellamy contre von der Leyen sont pleines « d’hypocrisie et d’incohérence ». « Ils critiquent le président de la Commission parce qu’en réalité ils veulent faire exploser Bruxelles, faire exploser les bureaucrates », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

13 + dix-sept =