Un adolescent iranien blessé dans le métro de Téhéran est décédé

Jean Delaunay

Un adolescent iranien blessé dans le métro de Téhéran est décédé

La version officielle dit qu’Armita Geravand s’est évanouie et s’est cognée la tête, mais des rumeurs courent selon lesquelles elle aurait été agressée dans le train parce qu’elle ne portait pas de foulard.

Une adolescente iranienne blessée il y a quelques semaines lors d’un mystérieux incident survenu dans le métro de Téhéran alors qu’elle ne portait pas de foulard est décédée, ont rapporté samedi les médias d’État.

La mort d’Armita Geravand survient après qu’elle ait été dans le coma pendant des semaines à Téhéran et après le premier anniversaire de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, qui avait alors déclenché des manifestations à l’échelle nationale.

La blessure de Geravand le 1er octobre et maintenant sa mort menacent de raviver la colère populaire, d’autant plus que les femmes de Téhéran et d’ailleurs continuent de défier la loi iranienne obligatoire sur le foulard, ou hijab, en signe de leur mécontentement à l’égard de la théocratie iranienne.

L’agence de presse officielle iranienne IRNA a rapporté la mort de Geravand, sans mentionner les troubles plus larges entourant la loi sur le foulard.

Ce qui s’est passé dans les quelques secondes qui ont suivi l’entrée d’Armita Geravand dans le train le 1er octobre reste incertain. Alors qu’une amie a déclaré à la télévision nationale iranienne qu’elle s’était cognée la tête contre le quai de la station, les images silencieuses diffusées par la chaîne depuis l’extérieur de la voiture sont bloquées par un passant. Quelques secondes plus tard, son corps mou est emporté.

Cependant, le reportage de la télévision d’État iranienne ne comprenait aucune image de l’intérieur du train lui-même et n’offrait aucune explication sur la raison pour laquelle elle n’avait pas été diffusée. La plupart des wagons du métro de Téhéran sont équipés de plusieurs caméras de vidéosurveillance, visibles par le personnel de sécurité.

Les parents de Geravand sont apparus dans des images des médias d’État disant qu’un problème de tension artérielle, une chute ou peut-être les deux avaient contribué à la blessure de leur fille.

Appel à une enquête indépendante

Des militants à l’étranger ont affirmé que Geravand aurait pu être poussé ou attaqué parce qu’il ne portait pas le hijab. Ils ont également exigé une enquête indépendante de la part de la mission d’enquête des Nations Unies sur l’Iran, citant la pression exercée par la théocratie sur les familles des victimes et le fait que la télévision d’État ait diffusé des centaines d’aveux forcés.

L’Associated Press n’a pas été en mesure de confirmer les circonstances exactes des blessures de Geravand.

L’Organisation Hengaw pour les droits de l’homme, qui rend compte des abus commis dans la région kurde occidentale de l’Iran et a publié plus tôt une photo de Geravand dans le coma, a renouvelé samedi ses appels à une enquête internationale indépendante, citant « la pratique de la République islamique de dissimuler la vérité ».

« Au cours des 28 derniers jours, la République islamique d’Iran a tenté de déformer le récit du meurtre de cette adolescente par le gouvernement », a affirmé le groupe.

Geravand a été blessée à la station de métro Meydan-E Shohada, ou Place des Martyrs, dans le sud de Téhéran. Les rumeurs sur la façon dont elle a subi cette blessure ont rapidement circulé, ce qui n’est pas mentionné dans le rapport de l’IRNA sur sa mort samedi.

« Malheureusement, les lésions cérébrales de la victime l’ont amenée à passer un certain temps dans le coma et elle est décédée il y a quelques minutes », indique le rapport de l’IRNA. « Selon la théorie officielle des médecins d’Armita Geravand, après une chute soudaine de la tension artérielle, elle a subi une chute, une lésion cérébrale, suivie de convulsions continues, d’une diminution de l’oxygénation cérébrale et d’un œdème cérébral. »

La blessure de Geravand est également survenue alors que l’Iran a remis dans la rue sa police des mœurs – que les militants impliquent dans la mort d’Amini – et que les législateurs s’efforcent d’imposer des sanctions encore plus strictes à ceux qui ne respectent pas le port du couvre-chef obligatoire.

À l’échelle internationale, la blessure de Geravand a suscité de nouvelles critiques à l’égard du traitement réservé aux femmes en Iran et de la loi sur le hijab obligatoire.

Laisser un commentaire

1 + dix =