Trump’s selling his ‘favourite book’ – But what are former US presidents

Jean Delaunay

Trump vend son « livre préféré » – Mais quelles sont les lectures les plus appréciées des anciens présidents américains ?

Donald Trump vend désormais des Bibles. Non, ce n’est pas une blague. Il dit que c’est son livre préféré. (Faites-en ce que vous voulez.) Pour revenir à un sentiment de bon sens, voici les livres préférés des anciens présidents américains – ceux qui ont réellement craqué un livre.

Donald Trump est sur le point de devenir le premier ancien président américain à faire face à un procès pénal, et un juge new-yorkais supervisant son prochain procès secret lui a imposé le silence.

En effet, le juge new-yorkais Juan Merchan a interdit à Trump d’attaquer – ou d’ordonner à d’autres d’attaquer – des témoins potentiels, des jurés, des procureurs ou du personnel judiciaire. Ce qui va être un défi de taille, pour quiconque est familier avec la marque particulière de Trump en matière de… eh bien, d’être.

Cela survient alors que Trump est confronté à de graves problèmes financiers au milieu d’une augmentation des factures juridiques alors qu’il combat quatre actes d’accusation pénale ainsi qu’une série d’accusations civiles. Il a obtenu un sursis plus tôt cette semaine lorsqu’une cour d’appel de New York a accepté de suspendre le recouvrement des plus de 454 millions de dollars qu’il devait à la suite d’un jugement civil pour fraude – s’il versait 175 millions de dollars dans les 10 jours. Et n’oublions pas que Trump a déjà déposé une caution de 92 millions de dollars dans le cadre de poursuites en diffamation intentées par l’écrivain E. Jean Carroll, qui accusait Trump d’agression sexuelle.

Désespéré d’argent, l’ancien président et candidat présumé des Républicains a adopté le personnage de vendeur d’huile de serpent, vendant divers articles, notamment des cartes à collectionner numériques qui le représentaient dans des images de type dessin animé (notamment en tant qu’astronaute, cowboy et homme d’affaires). super-héros) et, plus récemment, une ligne de chaussures de la marque Trump, dont des « Never Surrender High-Tops » en or à 399 $ (370 €).

Et maintenant, il vend des Bibles.

Sérieusement.

Tu ne pouvais pas inventer ça.

Il a publié cette semaine une vidéo sur sa plateforme de médias sociaux, Truth Social, et c’est… C’est la mort de la satire.

Il facture 59,99 $ (55,50 €) par exemplaire de « God Bless the USA Bible » – du nom de la ballade patriotique de 1984 du chanteur country Lee Greenwood.

Et parce que c’est Trump, ce n’est pas n’importe quelle version de la Bible King James. Sa version de comprend un refrain manuscrit sur « God Bless the USA » de Greenwood, ainsi que des copies de la Constitution américaine, de la Déclaration des droits, de la Déclaration d’indépendance et du serment d’allégeance.

Si vos yeux sont retournés si loin dans votre crâne à cause de la pure folie de tout cela et que vous avez accepté la cécité, personne ne vous en voudra.

L’accord de licence signifie que Trump percevra des redevances sur cette arnaque et que le produit des ventes ira directement dans ses poches. Il s’agit moins d’une action de sensibilisation religieuse – même si personne ne se faisait d’illusions, remarquez – et davantage d’une entreprise gluante et lucrative.

« Cette Bible nous rappelle que la chose la plus importante que nous devons ramener à l’Amérique et pour rendre à l’Amérique sa grandeur est notre religion », déclare Trump dans la vidéo. « La religion est si importante. Ça manque tellement. Mais cela va revenir et cela va revenir fort, tout comme notre pays va revenir fort. »

« Tous les Américains ont besoin d’une Bible chez eux, et j’en ai plusieurs », a-t-il poursuivi. « C’est mon livre préféré. »

Il a ensuite conclu : « Je suis fier de vous soutenir et de vous encourager à vous procurer cette Bible. Nous devons faire prier à nouveau l’Amérique.

Oui c’est vrai. L’homme dont le comportement… comment dire ça poliment… a souvent semblé en contradiction avec les enseignements trouvés dans les Évangiles, et qui est sur le point d’être jugé pour avoir payé de l’argent pour dissimuler une liaison avec une star du porno, encourage l’achat du Bon Livre.

Plutôt que de nous enliser dans l’indignation et de dénoncer à quel point le monde est aussi fou qu’une banane en cire, optons pour la raison en repensant à certains des livres recommandés par les présidents américains précédents – ceux qui, nous le savons, ont en fait fait craquer un livre.

John F. Kennedy – « De Russie, avec amour » par Ian Fleming

John F. Kennedy - De Russie avec amour par Ian Fleming
John F. Kennedy – De Russie avec amour par Ian Fleming

JFK avait un faible pour les romans de James Bond. Il se serait lancé dans la série Bond après qu’un ami lui ait donné un exemplaire de « Casino Royale » alors qu’il se remettait de problèmes de dos. Un article du magazine Life de 1961, « Les habitudes de lecture voraces du président », citait le roman de Fleming de 1957 (la cinquième aventure de 007 et le livre le plus fort de Fleming) comme l’un des favoris de Kennedy en raison de son « faible pour les romans policiers ». Kennedy a même déclaré qu’il aurait souhaité que James Bond fasse partie de son équipe lorsqu’il s’occupait de la crise des missiles de Cuba. Comme si la connexion Kennedy-Bond n’était pas suffisamment établie, le dernier film que le président ait jamais vu était une projection privée à la Maison Blanche de la version cinématographique de « De Russie, avec amour » en 1963, bientôt en route pour Dallas. .

Richard M. Nixon – Les œuvres de Léon Tolstoï

Richard M. Nixon – Les œuvres de Léon Tolstoï
Richard M. Nixon – Les œuvres de Léon Tolstoï

Nixon a déclaré dans son discours d’adieu au personnel de la Maison Blanche : « Je ne suis pas instruit, mais je lis des livres. » Et il le pensait vraiment. Tricky Dick était un lecteur assidu et un grand fan de l’écrivain russe, le comte Lev Nikolaïevitch Tolstoï, généralement appelé Léon Tolstoï. Dans ses mémoires, Nixon a écrit qu’il avait lu une grande partie de l’œuvre du romancier lorsqu’il était plus jeune et qu’il se qualifiait de « Tolstoïen ». Il n’est pas le seul président – Dans une interview accordée en 1995, on a demandé à George HW Bush de citer un livre qui l’avait inspiré. Il a nommé « L’Attrape-cœurs » mais s’est attardé sur « Guerre et Paix » de Tolstoï, affirmant qu’il s’agissait d’un « traité long et inspirant ». Je l’ai lu deux fois. Cela m’a beaucoup appris sur la vie.

Jimmy Carter – « Louons maintenant les hommes célèbres » de James Agee et Walker Evans

Jimmy Carter - Louons maintenant les hommes célèbres par James Agee et Walker Evans
Jimmy Carter – Louons maintenant les hommes célèbres par James Agee et Walker Evans

Jimmy Carter a cité le livre de James Agee et Walker Evans, qui documente le sort des métayers de l’époque de la dépression dans le Sud pendant le Dust Bowl, dans de nombreuses interviews, affirmant qu’il avait eu une influence sur sa vie. « Ce qui m’a impressionné avec ce livre », a-t-il déclaré dans une interview en 1991, « c’est un gouffre énorme entre les gens qui ont tout, qui ont une maison et un travail, une éducation et une alimentation adéquate, et un sentiment de réussite ou de sécurité, qui veulent faire de bonnes choses, et la vaste gamme de personnes encore dans notre pays qui n’ont aucune de ces choses et que nous connaissons rarement, voire jamais.

Ronald Reagan – « La chasse à Octobre rouge » de Tom Clancy

Ronald Reagan - À la poursuite d'Octobre rouge de Tom Clancy
Ronald Reagan – À la poursuite d’Octobre rouge de Tom Clancy

Le président Ronald Reagan a qualifié le premier roman de Tom Clancy, le thriller d’espionnage de l’ère soviétique de 1984 « À la poursuite d’Octobre rouge », d’« incontestable ». Cet éloge a contribué à lancer la carrière de Clancy, puisque Clancy a écrit son roman alors qu’il travaillait comme agent d’assurance. Le livre dépeint le capitaine du sous-marin soviétique alors qu’il semble devenir un voyou avec le sous-marin lance-missiles balistiques de son pays. Il s’agit de la première apparition du personnage fictif le plus populaire de Clancy, Jack Ryan, un analyste travaillant pour la CIA, qui doit prouver sa théorie selon laquelle le capitaine soviétique a l’intention de faire défection aux États-Unis. Reagan aurait également lu le roman de Clancy « Red Storm Rising » de 1986 avant un sommet clé de la guerre froide la même année, afin de mieux comprendre la mentalité soviétique.

Bill Clinton – « Méditations » de Marc Aurèle

Bill Clinton - Méditations de Marc Aurèle
Bill Clinton – Méditations de Marc Aurèle

Bill Clinton a publié plusieurs compilations de ses livres préférés au fil des ans, parmi lesquelles des poids lourds de la non-fiction et des thrillers de genre. Cependant, le seul livre qui apparaît toujours est les « Méditations » de Marc Aurèle, une série d’écrits de l’empereur romain de 161 à 180 après JC. Divisé en 12 livres qui racontent différentes périodes de la vie d’Aurèle, l’empereur a enregistré ses notes privées et des idées sur la philosophie stoïcienne – y compris les vertus de la vie quotidienne qui mènent à une vie bien vécue : sagesse, courage, tempérance, justice et vie en accord avec la nature. Ailleurs, dans une interview accordée au New York Times en 2018, Clinton a qualifié le livre d’Ernest Becker, lauréat du prix Pulitzer, « Le déni de la mort », de livre qui « a eu un impact profond sur ma pensée ». Pour ceux d’entre vous qui sont curieux, Becker discute des implications psychologiques et philosophiques de la façon dont les gens ont réagi au concept de mort à travers le temps et les cultures. L’auteur soutient que l’action la plus humaine consiste à éviter l’inévitabilité de la mort. Des trucs existentialistes joyeux, mais une bonne lecture néanmoins.

Barack Obama – « Chant de Salomon » de Toni Morrison

Barack Obama - Le Chant de Salomon de Toni Morrison
Barack Obama – Le Chant de Salomon de Toni Morrison

Barack Obama est un véritable lecteur (ce qui lui a valu le titre de « lecteur en chef »), et comme le montrent ses compilations annuelles de recommandations de livres, de films et de musique, il reste curieux de la culture actuelle. Cependant, chaque fois qu’on lui pose des questions sur ses livres préférés de tous les temps, il cite souvent « Song of Solomon », le roman de Toni Morrison de 1977 sur le passage à l’âge adulte sur Macon « Milkman » Dead III, un garçon afro-américain à la recherche de son identité. Le roman a été cité par l’Académie suédoise pour décerner à Morrison le prix Nobel de littérature en 1993 et, en 1998, le Radcliffe Publishing Course l’a nommé 25e meilleur roman de langue anglaise du 20e siècle. Obama a décerné à Morrison la Médaille présidentielle de la liberté en 2012.

Joe Biden – Littérature et poésie irlandaises

Joe Biden – littérature et poésie irlandaises
Joe Biden – littérature et poésie irlandaises

Le président actuel n’a pas recommandé ses livres préférés comme l’a fait Barack Obama, mais lorsqu’on l’interroge sur ses habitudes de lecture, l’un des titres souvent cités est l’épopée de James Joyce, notoirement difficile à lire, « Ulysse ». Il semble également être un admirateur de la littérature irlandaise, en particulier de la poésie. Biden a souvent fait référence à Seamus Heaney, et plusieurs de ses discours ont cité « Le remède à Troie », une pièce que Heaney a adaptée de « Philoctète » de Sophocle.

Laisser un commentaire

7 − 1 =