A man attends a climate protest in Berlin, Germany.

Milos Schmidt

Trop loin ou pas assez loin ? Ce sont les politiques climatiques les plus et les moins populaires en Europe

Les craintes d’une « réaction verte » lors des élections européennes sont infondées, selon une nouvelle enquête.

Le changement climatique devrait être l’un des sujets dominants des campagnes électorales européennes cet été.

Mais lorsque les électeurs se rendront aux urnes en juin, certains pensent que la fatigue les amènera à se tourner vers des politiciens qui font marche arrière sur les politiques climatiques, réduisent leurs ambitions climatiques ou ignorent complètement l’action environnementale.

Un nouveau rapport rédigé par des chercheurs de l’Université d’Oxford, de l’Université Humboldt de Berlin et de la Hertie School Berlin a tenté de découvrir si cela était réellement vrai.

Les chercheurs ont interrogé 15 000 personnes en Allemagne, en France et en Pologne sur ce qu’elles pensent des politiques climatiques actuelles. Les électeurs ont été interrogés pour savoir s’ils pensaient que les mesures allaient trop loin ou pas assez. Ils ont également été interrogés sur 40 politiques spécifiques afin de déterminer lesquelles étaient les plus et les moins populaires.

Les auteurs du rapport affirment que leurs résultats réfutent les théories d’une « large réaction verte » à l’approche des élections au Parlement européen de cette année.

Actions concrètes et préoccupations climatiques

Le débat sur la politique environnementale de ces derniers mois a donné lieu à des spéculations selon lesquelles les citoyens européens en ont assez des politiques vertes. Mais les chercheurs ont constaté que ce n’était pas le cas dans les trois pays étudiés, n’ayant constaté aucune réaction généralisée contre la politique climatique.

La plupart souhaitent toujours une politique climatique plus ambitieuse et soutiendront des mesures concrètes visant à réduire les émissions. À la question de savoir si les politiques climatiques existantes sont déjà allées trop loin ou pas assez, une majorité – 57 pour cent en France, 53 pour cent en Allemagne et 51 pour cent en Pologne – s’est déclarée favorable à de nouvelles mesures.

Les agriculteurs et chasseurs polonais et leurs partisans manifestent à Varsovie, en Pologne, le mercredi 6 mars 2024.
Les agriculteurs et chasseurs polonais et leurs partisans manifestent à Varsovie, en Pologne, le mercredi 6 mars 2024.

Le soutien majoritaire en faveur d’une politique climatique plus ambitieuse s’est reflété dans l’inquiétude des citoyens quant à l’impact du changement climatique sur leur vie. Environ 60 pour cent des Polonais et des Allemands déclarent qu’ils sont déjà affectés négativement par le changement climatique ou qu’ils s’attendent à l’être dans les cinq à dix prochaines années.

L’impact de la récente sécheresse et des pénuries d’eau potable fait grimper ce chiffre à 80 % en France.

Il existe une minorité importante qui s’oppose à une action climatique plus ambitieuse dans les trois pays. Environ 30 pour cent en Allemagne et en Pologne et un peu moins, à 23 pour cent, en France.

Cependant, les chercheurs affirment que ce groupe est « relativement stable dans le temps ». Le nombre de personnes dans l’opposition ne semble pas avoir changé par rapport à des enquêtes similaires menées en 2021 et 2022, malgré le récit d’une réaction croissante contre les politiques climatiques à l’approche des élections.

Et il y a peu de preuves que cette opposition soit fondée sur des préoccupations matérielles comme l’emploi, ajoutent-ils.

Quelles sont les politiques climatiques les plus et les moins populaires ?

Même si une majorité de citoyens soutiennent encore de manière abstraite des mesures ambitieuses, leurs opinions varient lorsqu’il s’agit de politiques climatiques concrètes.

Dans les trois pays, l’interdiction des voitures à moteur à combustion interne figurait en bas de la liste des électeurs. Les restrictions réglementaires sur le chauffage au gaz et au fioul ont été particulièrement détestées en Allemagne et en Pologne.

Faisant écho aux enquêtes précédentes, les électeurs étaient également sceptiques quant à la tarification du carbone, l’idée de fixer un prix sur les émissions étant particulièrement impopulaire pour le logement et les transports.

Une voiture électrique est rechargée sur une borne de recharge.
Une voiture électrique est rechargée sur une borne de recharge.

Les politiques les plus populaires concernaient les investissements dans les infrastructures vertes, comme le réseau électrique ou les transports publics. Les électeurs soutiennent également généralement des stratégies telles que des subventions visant à aider les industries à forte intensité énergétique à se décarboner ou à produire des technologies énergétiques propres comme les éoliennes et les panneaux solaires.

L’enquête révèle également un soutien en faveur de l’interdiction des jets privés et – sauf en Pologne – des restrictions sur les vols court-courriers.

Dans l’ensemble, les politiques et réglementations qui n’ont pas d’impact direct sur la vie quotidienne des gens ont tendance à être populaires. Ces mesures mettent la pression en faveur de la réduction des émissions sur les pouvoirs publics et les grandes entreprises plutôt que sur les consommateurs.

L’abandon des politiques vertes gagnera-t-il les électeurs ?

Bien que le discours actuel puisse donner l’impression que faire reculer les politiques climatiques impopulaires est une victoire facile, les auteurs du rapport affirment que la réalité est plus compliquée que cela.

« Prendre pour argent comptant les diagnostics courants sur une réaction verte serait une erreur », écrivent-ils, car la plupart des électeurs soutiennent toujours une politique climatique plus ambitieuse.

« Une campagne électorale européenne au cours de laquelle les partis tentent de surenchérir pour savoir qui réduira le plus ses ambitions climatiques ne ferait que mal diagnostiquer la position des électeurs sur la question. »

Au lieu de cela, les auteurs affirment qu’il serait populaire de se concentrer sur des investissements verts et des politiques industrielles plus forts. Pour les politiques impopulaires qui doivent être mises en œuvre pour réduire les émissions, « la compensation est la clé ».

Quels que soient les pays et les partis, les électeurs sont moins opposés à l’action climatique si les gouvernements aident également ceux qui sont les plus durement touchés par ces mesures.

« Les partis ne devraient pas passer les mois à venir à surenchérir sur la manière de répondre à une lassitude climatique imaginaire, mais à rivaliser sur des recettes concrètes pour rendre l’économie plus verte », concluent-ils.

Laisser un commentaire

3 × un =