One of the flavours of spicy instant ramen now banned in Denmark.

Jean Delaunay

« Trop chaud pour les Danois » : le Danemark rappelle les nouilles coréennes populaires en raison de leur piquant excessif

L’annonce du régulateur national de la sécurité alimentaire a suscité la dérision de la part des fans de chaleur torride.

Les autorités danoises ont suspendu la vente de trois produits coréens populaires à base de nouilles, avertissant qu’ils sont si épicés qu’ils risquent d’envoyer les consommateurs à l’hôpital.

Comme l’a rapporté pour la première fois le Korea Times, l’Institut national danois de l’alimentation a averti les Danois de ne pas consommer trois produits largement vendus et fabriqués par la marque sud-coréenne Samyang.

« L’Institut national de l’alimentation estime que les niveaux de capsaïcine totale dans un seul paquet des trois produits à base de nouilles : « 3xSpicy & Hot Chicken », « 2xSpicy & Hot Chicken » et « Hot Chicken Stew » sont si élevés qu’ils présentent un risque de le consommateur développe une intoxication aiguë », lit-on dans l’annonce officielle du rappel.

L’institut a conseillé aux parents d’appeler une ligne d’assistance anti-poison si leurs enfants présentent des effets néfastes après avoir mangé les nouilles.

« Cependant, si votre enfant a mangé du piment fort sans présenter de symptômes aigus d’empoisonnement, il n’y a pas lieu de s’inquiéter », indique le conseil.

On ne sait pas exactement ce qui a déclenché le rappel. Dans un communiqué, un responsable de Samyang Foods a déclaré au Korea Times qu’une enquête serait ouverte.

« Il semble que les autorités alimentaires danoises aient lancé ce rappel parce qu’elles craignaient que le piquant excessif puisse causer des problèmes, et non en raison de problèmes de qualité du produit », a déclaré la société. « Nous prévoyons d’examiner de près la réglementation danoise et de répondre au rappel en conséquence. »

Les utilisateurs des médias sociaux n’ont pas tardé à se moquer du Danemark pour sa prétendue faible tolérance aux épices, en plaisantant en disant que la cardamome – une herbe forte mais pas piquante – est probablement assez piquante pour le palais de la plupart des Danois.

Ce n’est pas la première fois qu’un pays nordique est moqué pour sa cuisine. Mais d’autres pays ont dû faire face à de réelles conséquences pour avoir agi ainsi à d’autres occasions.

Diplomatie comestible

En 2005, Jacques Chirac, alors président français, a été surpris en train de plaisanter sur la qualité de la cuisine britannique lors d’une conversation à trois avec nuls autres que Vladimir Poutine et Gerhard Schröder.

« On ne peut pas faire confiance à des gens qui cuisinent aussi mal », a-t-il déclaré, selon le magazine français Libération. « Après la Finlande, c’est le pays où la nourriture est la plus mauvaise. »

Ces commentaires n’étaient pas destinés à être entendus, et ce n’est pas étonnant : à l’époque, la France était en compétition avec le Royaume-Uni pour avoir la chance d’accueillir les Jeux olympiques de 2012, et le comité du Comité international olympique chargé de prendre la décision comptait deux Finlandais dans ses rangs.

Les jeux se sont finalement déroulés à Londres et Paris devra attendre encore 12 ans pour avoir sa prochaine chance.

Jacques Chirac et Silvio Berlusconi en 2005.
Jacques Chirac et Silvio Berlusconi en 2005.

Chirac n’était pas le seul dirigeant d’une superpuissance gastronomique à jeter de l’ombre sur la culture culinaire finlandaise. Lors de la création de l’Autorité européenne de sécurité des aliments en 2002, Silvio Berlusconi a déclaré lors d’un sommet européen qu’il serait absurde que l’agence soit basée en Finlande car « les Finlandais ne savent même pas ce qu’est le prosciutto ».

Il s’est également moqué de la cuisine finlandaise, jugée dominée par le « renne mariné » (un plat, en fait, peu consommé en Finlande) et l’a décrit comme quelque chose qu’il avait « enduré » lors d’une visite diplomatique.

Une fois de plus, les Finlandais ont pris leur revanche. En 2008, la chaîne de restaurants finlandaise Kotipizza a commencé à vendre la « Pizza Berlusconi » : des oignons rouges, des champignons et du renne fumé sur une base de farine complète et de seigle.

À l’époque, le journal italien Corriere della Sera qualifiait la pizza de « innovante et très savoureuse », mais comparait son nom à un acte de vengeance.

Les publicités radiophoniques de la chaîne relataient l’incident avec des phrases telles que « Une grand-mère de 97 ans a mordu un Berlusconi. Soyez comme cette vieille dame enjouée » et « Un ministre a fourchu un Berlusconi. Vous le pouvez aussi, de manière raisonnable et responsable.

Pire encore pour les Italiens, la concoction nordique a remporté la première place au célèbre New York Pizza Show, battant deux chefs napolitains.

Néanmoins, alors qu’Helsinki et Parme rivalisaient pour accueillir la prestigieuse agence alimentaire de l’UE, c’est la ville italienne connue pour son prosciutto qui l’a finalement emporté.

Laisser un commentaire

cinq × cinq =