A pair of North Atlantic right whales interact at the surface of Cape Cod Bay.

Milos Schmidt

Traité sur la haute mer : les Palaos et le Chili sont les premiers pays à ratifier l’accord visant à protéger les eaux internationales

Environ 1 pour cent de l’océan au-delà des frontières maritimes des pays est actuellement protégé.

Le Chili et les Palaos sont devenus les deux premiers pays à ratifier un traité historique des Nations Unies pour la protection de la haute mer.

Lundi, les Palaos sont devenues la première nation à approuver et sanctionner officiellement le Traité de l’ONU sur la haute mer au siège de l’ONU à New York.

Rebecca Hubbard, directrice de la High Seas Alliance, espère que les Palaos « inspireront d’autres pays à redoubler d’efforts pour ratifier le traité sans délai afin qu’il puisse entrer en vigueur le plus tôt possible ».

Le Sénat chilien a également voté à l’unanimité en faveur de la ratification de l’accord de conservation historique le 17 janvier.

Estefanía González, directrice adjointe de campagne de Greenpeace Andino – qui gère les opérations en Argentine, en Colombie et au Chili – a qualifié cela de « réussite pour les milliers de Chiliens qui ont appelé à la protection des océans ».

Une fois publié au journal officiel du gouvernement, le Chili deviendra également l’un des 60 pays devant ratifier le traité d’ici la Conférence des Nations Unies sur les océans en 2025 à Nice, en France, afin de garder en vue les objectifs de protection des océans.

« Tous les gouvernements ont convenu de protéger 30 % des océans d’ici 2030 », déclare le Dr Laura Meller, responsable de la campagne Protéger les océans de Greenpeace.

« Pour atteindre cet objectif, le Traité sur l’océan des Nations Unies doit être ratifié avant la Conférence des Nations Unies sur l’océan en 2025. »

Des poissons nagent près de coraux blanchis dans le parc marin de Kisite Mpunguti, au Kenya.
Des poissons nagent près de coraux blanchis dans le parc marin de Kisite Mpunguti, au Kenya.

Qu’est-ce que la haute mer et pourquoi a-t-elle besoin de protection ?

La haute mer est l’océan au-delà des frontières maritimes des pays. Il couvre la moitié de la planète, contribuant à réguler notre climat et soutenant une richesse de biodiversité. Malgré cela, le manque de gouvernance rend la haute mer de plus en plus vulnérable à la surexploitation.

Bien que plus d’une douzaine d’organisations internationales réglementent les océans du monde, elles ne surveillent pas les mers situées loin des côtes des pays. Seulement environ 1 pour cent de ces eaux sont protégées et les menaces liées aux opérations commerciales telles que l’exploitation minière en haute mer, la surpêche et la pollution augmentent.

Le Traité sur la haute mer de l’ONU a été adopté l’année dernière après près de 20 ans de négociations. Plus de 80 pays l’ont jusqu’à présent signé mais doivent le ratifier pour y être liés.

Le traité deviendrait la première loi internationale au monde à prescrire la conservation et la gestion de la vie marine dans des zones situées au-delà des juridictions nationales des pays. Les experts océaniques affirment que cela permettrait de créer des zones marines protégées en haute mer et de réglementer les activités humaines potentiellement dangereuses dans les zones non réglementées.

Laisser un commentaire

1 × quatre =