Ursula von der Leyen has launched her campaign under the slogan:

Jean Delaunay

Tous les regards sont tournés vers Ursula von der Leyen alors que les principales candidates de l’UE se préparent à débattre

Les principaux prétendants à la présidence de la Commission européenne doivent affronter lundi le président sortant – et favori.

Le débat débutera à 19h00 CET à Maastricht, aux Pays-Bas, et marquera la première fois que les principaux candidats, ou Spitzenkandidaten, s’affronteront mutuellement avant les élections au Parlement européen début juin.

Ursula von der Leyen est pratiquement assurée d’être au centre de l’attention de l’événement, alors que les aspirants à sa droite attaquent sa politique du Green Deal et que les aspirants à sa gauche dénoncent l’alliance toujours plus étroite de son parti avec les forces d’extrême droite et d’extrême droite.

Pour un président en exercice, un débat de type présidentiel sera quelque chose de nouveau : au cours des cinq dernières années, von der Leyen est restée fermement fidèle à sa plate-forme au-dessus de la mêlée en tant que chef de la Commission pour promouvoir des « solutions européennes » aux « défis européens ». « , qui peut être adoptée par les partis dominants de tout le spectre.

Cela a fait d’elle une figure pragmatique et idéologiquement flexible qui a réussi à approfondir ses liens avec des dirigeants de droite et de gauche, du Grec Kyriakos Mitsotakis à l’Espagnol Pedro Sánchez, pour faire avancer son programme ambitieux, dont la grande majorité a déjà été adoptée. atteint la ligne d’arrivée.

En conséquence, von der Leyen a évité de recourir au style hargneux et sans restriction qui définit traditionnellement la politique partisane. En fait, les députés européens se sont souvent plaints de la façon dont la présidente quitte les séances plénières à mi-chemin et laisse l’un de ses commissaires répondre aux questions brûlantes.

Mais alors que la campagne bat son plein, elle n’a d’autre choix que de se laisser ouverte.

Vendredi, l’équipe électorale de von der Leyen, dirigée de manière controversée par son chef de cabinet en congé sans solde, a dévoilé le slogan officiel – « Plus qu’une Union. Notre maison » – et de nouvelles photos de la candidate sous les mots « Ursula 2024″.  » entre les étoiles jaunes.

Les images ont été immédiatement diffusées sur tous les comptes de réseaux sociaux de son parti, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit. L’équipe n’aura notamment pas recours à TikTok, l’application chinoise de partage de vidéos qui est devenue un phénomène parmi les adolescents et un casse-tête en matière de sécurité pour les décideurs politiques.

L’iconographie est une tentative non dissimulée de personnaliser fortement la campagne et de placer von der Leyen à l’avant-garde des efforts du PPE pour rester le groupe le plus important au Parlement, même si elle est en fait ne pas briguer un siège dans l’hémicycle.

Malgré son rôle dominant à Bruxelles, que les sondages prédisent inchangé, le PPE continue de lutter pour diriger l’un des principaux États membres. À l’heure actuelle, le plus grand pays du bloc gouverné par un homme politique du PPE est la Pologne, après la victoire électorale de Donald Tusk l’année dernière. Les « Big Four » – l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne – sont aux mains de partis concurrents.

Le manque d’électricité à haute tension a fait de von der Leyen le visage le plus reconnaissable du PPE au sein du parti, comme le reflète désormais la campagne « Ursula 2024 ». Cette position centrale contraste cependant avec l’opposition que certaines de ses politiques phares, notamment l’interdiction progressive des moteurs à combustion, la loi sur la restauration de la nature et une proposition aujourd’hui disparue visant à réduire l’utilisation des pesticides, ont suscitée dans les rangs du PPE.

Cependant, sans alternative claire en vue, la formation de centre-droit mise gros sur von der Leyen pour un second mandat qui devrait se concentrer sur la compétitivité et la défense, qui tendent à bien plaire à l’électorat conservateur.

« La prospérité. La sécurité. La démocratie. C’est ce dont les gens se soucient en ces temps difficiles. Et c’est ce que le PPE défendra lors de cette élection », a déclaré von der Leyen dans une citation incluse dans le dossier de presse de la campagne.

La nomination du président de la Commission européenne est d’abord convenue par le Conseil européen, puis confirmée par le Parlement européen, un processus délicat en deux étapes qui oblige les candidats à passer du statut d’agent partisan à celui de bâtisseur de consensus.

Outre ses relations fortes avec les capitales, essentielles à l’aval du Conseil européen, von der Leyen profite également de la visibilité faible, voire inexistante, de ses autres concurrents.

Le candidat le plus en vue dans la course est Nicolas Schmit, le commissaire européen chargé de l’emploi et des droits sociaux, qui représente le Parti socialiste européen (PSE). Schmit a jusqu’à présent évité les attaques directes contre son patron actuel et s’est plutôt concentré sur la « normalisation » des arguments d’extrême droite par le PPE.

Le débat de Maastricht, co-organisé par Politico Europe et Studio Europa, mettra également en vedette Marie-Agnes Strack-Zimmermann (Parti Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe), Bas Eickhout (Parti Verts européen), Anders Vistisen (Parti Identité et Démocratie). , Walter Baier (Parti de la gauche européenne), Maylis Roßberg (Alliance libre européenne) et Valeriu Ghilețchi (Mouvement politique chrétien européen) sur scène.

Après l’événement, von der Leyen reprendra sa tournée à travers les États membres, avec comme prochaines destinations la République tchèque, la Pologne et l’Italie. Compte tenu des barrières linguistiques, sa présence sur la campagne électorale devrait servir d’acte de soutien aux partis nationaux en lice pour des sièges au Parlement.

Laisser un commentaire

cinq × 1 =