Tanvi Virmani and Jodie McNee in

Jean Delaunay

Théâtre des rêves : Comment résoudre le problème de la mise en scène de la science-fiction

Alors qu’une nouvelle production scénique de « Minority Report » tourne au Royaume-Uni, nous examinons la nouvelle tendance des impressionnantes adaptations théâtrales de science-fiction.

Une nouvelle adaptation de la nouvelle de Philip K. Dick « The Minority Report » est en tournée au Royaume-Uni, avec des représentations au Lyric Hammersmith de Londres qui devraient commencer le 20 avril. Cela fait partie d’une nouvelle vague d’adaptations de science-fiction qui arrivent en salles bien qu’il s’agisse d’un genre historiquement difficile à mettre en scène.

« Minority Report » a ouvert ses portes au Nottingham Playhouse plus tôt cette année. Le roman de 1956 a déjà été adapté à plusieurs reprises, notamment avec le film de Steven Spielberg de 2002 avec Tom Cruise.

La version théâtrale, qui sera également jouée au Birmingham Rep avant d’être transférée au Lyric, reprend la même histoire que la nouvelle et le film. Dirigé par le réalisateur Max Webster – connu pour sa superbe adaptation scénique de « Life of Pi » – et à partir d’un scénario de David Haig, « Minority Report » échange le genre de la protagoniste en tant que neuroscientifique Dame Julia Anderton (Jodie McNee) alors qu’elle est accusée de pré- meurtre par le programme de prédiction de la criminalité qu’elle a elle-même développé.

Pour quiconque a vu l’imposante prouesse technique du film de Spielberg ou est familier avec les mondes de science-fiction insaisissables et kaléidoscopiques de Dick, il peut sembler presque impossible d’amener ces exploits dans le cadre relativement modeste d’une scène de théâtre.

Le théâtre est souvent plus à l’aise en s’appuyant sur l’imagination du public que le cinéma moderne. Un spectacle à un seul acteur peut naviguer confortablement dans les limites spatio-temporelles d’une manière qui pourrait amener un spectateur de cinéma à remettre en question les trous de l’intrigue. Ce n’est pas une critique du cinéma, c’est une note sur la façon dont les budgets largement supérieurs et les opportunités techniques du cinéma permettent une représentation réaliste des idées tandis que les ressources limitées du théâtre imposent un degré continu d’impressionnisme et d’abstraction.

Pourtant, toute cette pontification théâtrale est négligeable, car une série de productions ambitieuses et à gros budget ébranlent les attentes du public du théâtre au cœur du genre de science-fiction. « Minority Report » n’est que la dernière édition.

Vague d’adaptations de science-fiction

À la fin de l’année dernière, le premier véritable spectacle de Factory International à faire ses débuts dans les nouveaux studios Aviva de Manchester – le plus gros investissement britannique dans un projet culturel depuis l’ouverture de la Tate Modern en 2000 – était « Free Your Mind », une adaptation dansée interactive de The Matrix du légendaire réalisateur britannique Danny Boyle.

L’interprétation hip-hop du classique de science-fiction des années 90 était une pièce maîtresse, créant un tableau des thèmes du film original alors qu’ils entraient en collision avec son décor dans le Manchester contemporain. Avec l’échelle à couper le souffle que Boyle a perfectionnée avec sa cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Londres en 2012, adaptée au nouveau lieu de 282 millions d’euros (242 millions de livres sterling), « Free Your Mind » se démarquait de son matériel source.

« Libérez votre esprit » à Factory International
« Libérez votre esprit » à Factory International

Dans le West End de Londres, il y a également eu d’autres adaptations audacieuses d’œuvres de science-fiction qui auraient autrefois terrifié les décorateurs. En fait, c’est probablement encore le cas.

Le premier était une adaptation musicale de Retour vers le futur qui a atterri dans le West End en 2021 après plusieurs retards. D’une certaine manière, la musicalisation des anciennes IP fait partie d’une tendance générale du West End visant à éviter les nouvelles idées plus risquées (Frozen, Mrs. Doubtfire, Mean Girls). À un autre niveau, plus risqué, l’équipe de production a réussi à faire rouler une véritable DeLorean sur scène et à voler. Pour tous ceux qui se demandent, outre les impressionnants décors basés sur des voitures, la comédie musicale est un raté.

Plus récemment, il y a également eu la pièce « Stranger Things : The First Shadow », une préquelle de la série Netflix de Kate Trefry avec une histoire de Trefry, Jack Thorne et des créateurs originaux de la série, les Duffer Brothers et mise en scène par Stephen Daldry.

L’attente était faible pour ce qui était considéré comme une tentative de récupération d’argent, tout à fait conforme à la surabondance actuelle d’adaptations sans inspiration dans le théâtre britannique de haut niveau. Nous avions tous tellement tort. « Stranger Things : The First Shadow » est un chef-d’œuvre technique doté d’une mise en scène parmi les plus impressionnantes jamais vues, traduisant parfaitement l’horreur de science-fiction de la série originale dans un décor théâtral.

Louis McCartney dans
Louis McCartney dans « Stranger Things : La Première Ombre »

Histoire du théâtre de science-fiction

Cette nouvelle tendance consistant à adapter les médias populaires de science-fiction à la scène va probablement se poursuivre à mesure que les producteurs et les réalisateurs deviennent de plus en plus ambitieux en matière d’effets spéciaux. Mais la science-fiction a une longue et riche histoire au sein du théâtre.

L’un des premiers exemples de pièce de science-fiction est « Présomption ; » ou, le destin de Frankenstein », écrit par Richard Brinsley Peake et joué pour la première fois en 1823, il était basé sur le roman d’horreur emblématique de Mary Shelley de 1818 et mettait en vedette pour la première fois l’assistant servile de Victor Frankenstein, Fritz, qui s’appelle maintenant généralement Igor.

L’œuvre de 1889 du dramaturge serbe Dragutin Ilić, « Posle milijon godina » (Après un million d’années), est souvent citée comme l’un des premiers exemples de science-fiction sous forme théâtrale. Le genre a explosé au XXe siècle. La pièce « RUR » de l’écrivain tchèque Karel Čapek, également connue sous le nom de « Rossumovi Univerzální Roboti » (Les robots universels de Rossum), est largement reconnue pour avoir popularisé le terme « robot » en langue anglaise.

Dans « RUR », une usine crée des ouvriers artificiels à partir de matière organique synthétique et appelle ces créatures des robots, dérivé du terme slave signifiant « travail/travail ». Čapek ne s’attribue pas le mérite de l’invention du terme désignant les créations humanoïdes artificielles, mais l’attribue plutôt à son frère, le peintre et écrivain Josef Čapek.

Laisser un commentaire

seize − 9 =