Terry Reintke: EU

Jean Delaunay

Terry Reintke : le Green Deal de l’UE peut être sauvé malgré les revers

Grâce à une percée sans précédent, les Verts ont été parmi les vainqueurs surprise des dernières élections européennes. Leur ambitieux programme climatique a séduit de nombreux électeurs. Mais le COVID-19, la guerre en Ukraine, l’inflation et la flambée des coûts de l’énergie ont lourdement pesé sur la popularité du mouvement.

Les sondages suggèrent que les Verts européens sont loin de répéter leurs succès des élections de 2019, confrontés à la possibilité de perdre jusqu’à 20 sièges.

Le correspondant d’L’Observatoire de l’Europe à Bruxelles, Grégoire Lory, a rencontré le co-candidat des Verts, Terry Reintke, pour discuter de la campagne en cours et des défis auxquels est confronté le mouvement écologique. Il a commencé par lui poser des questions sur le désenchantement apparent des électeurs à l’égard du Green Deal de l’UE et sur l’opposition pure et simple des agriculteurs à son égard.

Aider les citoyens dans la transition verte

« Comme la justice sociale verte est vraiment au centre de notre programme politique, nous voulons nous assurer que tout type de mesures climatiques sera également équilibré, par exemple en soutenant les citoyens dans cette transition », a déclaré Reintke.

« Les problèmes qu’ils (les agriculteurs) ont ne viennent pas du Green Deal. Les problèmes qu’ils ont sont essentiellement liés au modèle agricole que nous avons aujourd’hui et aussi aux politiques agricoles de l’Union européenne, avec les subventions qui sont accordées. répartis comme ils le sont, ils n’ont pas les revenus qu’ils méritent. »

« Et pour beaucoup d’entre eux, il ne s’agit pas des revenus dont ils ont réellement besoin pour vivre de ce qu’ils font. Ce que nous voulons donc, c’est faire de l’agriculture une question clé également dans cette campagne électorale et dire que la politique agricole de « L’Union européenne a pris une mauvaise direction dans le passé. Oui, nous devons la réformer et nous devons nous assurer que les agriculteurs, et en particulier les petits agriculteurs, reçoivent le soutien dont ils ont besoin. »

200 milliards d’euros d’investissement annuel

Afin de faire avancer la transition vers une économie verte et de relever les défis de la Chine en matière de technologies énergétiques propres, les Verts proposent un investissement annuel de 200 milliards d’euros dans le secteur.

« Je peux vous dire une chose. Je pense que si nous n’investissons pas maintenant, et nous l’avons vu récemment avec une étude de l’Institut de Potsdam, le coût que nous devrons supporter très bientôt, pas dans 50 ans, mais déjà dans les années à venir sont bien plus élevés que l’argent que nous pouvons déjà investir dans la création d’une transformation verte », déclare Reintke.

« Donc, pour moi, non seulement confier cela à une génération, mais par exemple, utiliser de manière durable la dette et le crédit afin de financer cette transition, ce qui, à long terme, rendra nos vies moins chères car, par exemple, l’éolien et le solaire sont Les énergies qui nous rendent non seulement cela, rendent l’énergie non seulement renouvelable, mais qui nous rendent également moins dépendants des autocrates.

« Nous avons donc beaucoup d’intérêt à le faire. Je pense que c’est la bonne voie à suivre. Et en effet, si nous assistons maintenant à une renaissance de l’austérité en Europe, cela va créer un espace trop restreint pour que nous puissions faire ces investissements. Et ce serait exactement la mauvaise voie à suivre.

L’extrême droite conteste le Green Deal

Les objectifs climatiques de l’UE ont été ciblés par l’extrême droite dans cette campagne, comme jamais auparavant. Ils semblent prêts à réaliser des gains importants lors des élections de juin et devraient constituer une force beaucoup plus puissante au prochain parlement. Alors, Reintke pense-t-il que le Green Deal peut être sauvé ?

« Eh bien, je mettrai mon énergie à rendre cela possible. Et je reste fermement convaincu qu’une très grande majorité d’Européens comprend qu’il est dans leur intérêt personnel que nous devions lutter pour la neutralité climatique, pour que cette planète reste vivable pendant longtemps. les humains, mais aussi dans l’intérêt économique que l’Union européenne ne soit pas à la traîne de la Chine ou des États-Unis, et d’autres acteurs mondiaux en matière d’industrie et d’économie vertes.

« Et c’est l’argument qui, je pense, convainc beaucoup de gens, et surtout lorsque je voyage et fais campagne en Europe orientale et centrale sur l’aspect sécuritaire, que le Green Deal est une pièce cruciale du puzzle pour faire de l’Europe un continent plus sûr. »

Pour en savoir plus sur ce que Terry Reintke avait à dire sur d’autres questions, notamment le pacte migratoire de l’UE et les guerres en Ukraine et à Gaza, regardez l’intégralité de l’interview de Global Conversation.

Laisser un commentaire

2 × deux =