To the left, Microsoft founder Bill Gates; in the middle, US pop star Taylor Swift; and on the right, Harry and Meghan, the Duke and Duchess of Sussex.

Milos Schmidt

Taylor Swift n’est pas la seule à voler en jet privé. La compensation carbone des célébrités, ça marche ?

Alors qu’un grand nombre de personnalités sont critiquées pour leurs émissions, nombre d’entre elles ont recours à la compensation carbone. Mais cette pratique est-elle efficace dans la lutte contre le changement climatique ?

Hollywood est dans l’eau chaude.

Alors que bon nombre de ses plus grandes stars ont prêté leur voix et leur visage à la lutte contre le changement climatique, d’autres sont devenues les figures emblématiques du gaspillage et des émissions non réglementées.

Depuis des années, les vedettes sont en tête de liste des utilisateurs de jets privés, affrontant les oligarques et les magnats du pétrole.

Mais désormais, les célébrités ont trouvé une solution pour contenir les dégâts environnementaux (et médiatiques) : acheter des crédits pour compenser leurs émissions.

Alors que la compensation continue de gagner du terrain, est-ce la bonne voie vers un monde plus vert ? Ou un moyen de blanchir les péchés climatiques ? L’Observatoire de l’Europe Green enquête.

Comment les célébrités compensent-elles leurs émissions ?

Depuis l’aube de l’aviation, les paillettes et leurs financiers ont choisi le mode de transport le plus exclusif – les jets privés – pour éviter de côtoyer les gens ordinaires.

Il n’est pas surprenant qu’une quantité disproportionnée d’émissions de dioxyde de carbone soit produite par les quelques plus riches de la société. En effet, une étude de l’Institute for Policy Studies (IPS) a montré qu’aux États-Unis, environ 50 pour cent des émissions liées à l’aviation sont produites par le premier centile des individus les plus riches.

Jets privés – le mode de transport privilégié des riches et des célébrités.
Jets privés – le mode de transport privilégié des riches et des célébrités.

Mais si ce 1 % est en grande partie constitué de magnats du monde des affaires anonymes et de bébés de fonds spéculatifs, un sous-ensemble comprend bon nombre de nos stars les plus aimées, provoquant une réaction plus viscérale.

L’auteure-compositrice-interprète américaine Taylor Swift, qui connaît un succès sans précédent après s’être lancée dans sa tournée record Eras, est en tête de liste en 2022.

Selon la société de marketing durable Yard, elle aurait émis 8 300 tonnes métriques cette seule année (1 184 fois l’empreinte d’une personne moyenne) – une affirmation contestée par son représentant. Même si ses émissions auraient diminué en 2023, certaines sources la classent toujours parmi les utilisateurs de jets privés les plus prolifiques de l’année.

Swift, cependant, est loin d’être le seul à être impliqué.

Dans une étude menée par le journal britannique The Guardian, 200 célébrités et magnats ont produit environ 415 518 tonnes de CO2 à partir de 44 739 voyages en jet privé rien qu’en 2023, soit l’équivalent d’environ 40 000 émissions de Britanniques au cours d’une année moyenne.

Sont impliquées toute une série de célébrités de renom, du fondateur de Tesla, Elon Musk, aux vétérans du rock britannique, les Rolling Stones.

Kylie Jenner et sa sœur Kim figurent parmi les plus grands utilisateurs de jets privés.
Kylie Jenner et sa sœur Kim figurent parmi les plus grands utilisateurs de jets privés.

« La température de la Terre devient de plus en plus chaude. Le niveau de la mer monte, les calottes glaciaires diminuent », a déclaré la méga-star de télé-réalité Kim Kardashian dans une récente campagne ironique pour sa nouvelle ligne de lingerie. Mais si l’on en croit leurs habitudes de transport, elle et sa demi-sœur milliardaire, Kylie Jenner, jouent également leur rôle, puisqu’elles ont toutes deux été nommées parmi les plus grands utilisateurs de jets privés.

À une époque où une empreinte carbone importante est raisonnablement considérée comme une tache sur la réputation d’une personnalité publique, les stars d’Hollywood ont pris de grandes mesures pour éliminer leurs traînées de condensation – et le faire savoir au grand public.

L’utilisation des jets privés par Swift a fait l’objet d’un examen particulièrement minutieux. En réponse, son représentant a affirmé qu’elle avait « acheté plus du double des crédits carbone nécessaires pour compenser tous les voyages touristiques ».

Le fondateur d'Amazon, Jeff Bezos, à la Vanity Fair Oscar Party, en mars 2023.
Le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, à la Vanity Fair Oscar Party, en mars 2023.

Le géant de la technologie Bill Gates et le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, ont cité la compensation carbone lorsqu’ils ont été critiqués en 2021 pour une somptueuse fête d’anniversaire de superyacht au cours de laquelle les invités étaient transportés par hélicoptère.

Et en 2019, l’auteur-compositeur-interprète britannique Elton John affirmait avoir compensé un voyage de Harry et Meghan, le duc et la duchesse de Sussex, pour « soutenir (son) engagement en faveur de l’environnement ».

Certains, comme le groupe britannique Coldplay’, ont tenté de s’attaquer au problème à la racine, en réduisant complètement leur empreinte. Leur tournée Music of the Spheres 2023 a directement réduit leurs émissions de carbone de 47 pour cent – ​​mais la compensation semble être désormais la pratique la plus courante.

Le chanteur Chris Martin du groupe britannique Coldplay se produit au Parken Stadium de Copenhague, au Danemark, en juillet 2023.
Le chanteur Chris Martin du groupe britannique Coldplay se produit au Parken Stadium de Copenhague, au Danemark, en juillet 2023.

Des énergies renouvelables à la reforestation : compensation carbone et « crédits », expliqués

Taylor Swift a peut-être contribué à mettre la compensation carbone sous les projecteurs, mais cette pratique existe depuis des décennies. En fait, son histoire remonte à sa naissance, en 1989, lorsque le premier programme agroforestier a été lancé au Guatemala.

La compensation consiste traditionnellement à acheter des crédits certifiés par un organisme réputé (gouvernemental ou indépendant) pour financer différentes initiatives visant à réduire le CO2 dans l’atmosphère.

Il s’agit notamment d’investir dans les énergies renouvelables, telles que l’énergie solaire, hydroélectrique et éolienne ; reboisement et conservation; et des projets destinés à aider les communautés pauvres à réduire leurs émissions, par exemple en fournissant de l’eau potable aux familles en Éthiopie.

Vous avez probablement rencontré cela vous-même ; Les compagnies aériennes, par exemple, donnent souvent aux individus le choix de compenser leurs miles de vol (même si seulement 1 à 3 pour cent des passagers auraient accepté cette offre). Les entreprises s’appuient également sur la compensation pour réduire leur empreinte carbone, ainsi que sur l’« insetting », dans le cadre duquel les efforts de réduction des émissions sont réalisés en interne.

Un semis se dresse le long d’une berge de rivière à Jaque, dans la province isolée de Darien, au sud-est du Panama.
Un semis se dresse le long d’une berge de rivière à Jaque, dans la province isolée de Darien, au sud-est du Panama.

À mesure que les impacts mortels du changement climatique deviennent plus visibles, la compensation carbone est devenue une activité lucrative, évaluée à 306,9 milliards d’euros en 2022. Son marché continue de croître et devrait atteindre plus de 1,4 billion d’euros d’ici 2028.

L’Europe est désormais devenue un leader dans le domaine de la compensation, alors que le système d’échange de quotas d’émission (ETS) de l’UE s’est imposé comme le plus grand marché mondial de crédits carbone.

Compensation : greenwashing, ou la réponse pour un monde plus vert ? Les experts interviennent

Les émissions des célébrités sont peut-être à une échelle plus grande que ce que nous pouvons pleinement imaginer, mais leurs modes de vie ne sont qu’une amplification du nôtre : nous avons tous notre empreinte et contribuons à la crise climatique actuelle.

Alors, la compensation carbone est-elle la voie à suivre ?

La plupart des climatologues ne semblent pas particulièrement convaincus.

Le principal problème est que, malgré les avantages potentiels de nombreuses méthodes utilisées pour la compensation carbone, elles ne s’attaquent finalement pas à la racine du problème.

Le reboisement, par exemple, peut être utile, mais rien ne garantit que les nouveaux arbres plantés seront conservés, en particulier dans les pays aux paysages politiques instables.

De plus, il est difficile d’évaluer quelle quantité de CO2 sera réellement absorbée dans un projet donné, ce qui fait de la compensation une option de « dernier recours » selon le WWF.

« Il est difficile de prouver que les compensations fonctionnent réellement », explique à L’Observatoire de l’Europe Green le Dr James King, climatologue à l’Université de Sheffield. « La réglementation est inégale et la science montre qu’il est plus important d’éviter ou de réduire les émissions que d’essayer de les compenser par la suite. »

« La meilleure chose à faire est de conserver les énergies fossiles dans le sol », ajoute-t-il. « Même si nous devons éliminer le dioxyde de carbone de l’atmosphère, cette tâche est rendue plus difficile s’il y a davantage d’émissions de carbone à gérer. »

L’UE a déjà pris des mesures pour empêcher les entreprises de se frayer un chemin vers les bonnes grâces du public grâce au greenwashing. L’année dernière, le Parlement européen a voté pour interdire aux entreprises de se décrire comme « neutres en carbone » par le seul biais de compensations.

Les preuves sont de plus en plus évidentes : la meilleure façon de lutter contre le changement climatique consiste en premier lieu à réduire les émissions. Les célébrités ne sont certainement pas entièrement responsables d’un problème structurel comme le changement climatique – et leurs tentatives de compenser leurs émissions constituent au moins un pas dans la bonne direction.

Mais ils devraient sans doute utiliser leur plateforme pour prêcher (et pratiquer) un mode de vie à faibles émissions, plutôt que d’approuver une dérobade plus paresseuse.

« Étant donné que les 1 % les plus riches au monde sont responsables d’autant d’émissions que les 6 % les plus pauvres, les personnes de premier plan qui souhaitent donner le bon exemple devraient montrer comment elles réduisent directement leurs émissions », déclare King.

« Pas en polluant d’abord et en essayant de réparer ensuite. »

Laisser un commentaire

3 × 2 =