Sur la route avec von der Leyen : Lattes, selfies et faux sang

Martin Goujon

Sur la route avec von der Leyen : Lattes, selfies et faux sang

HELSINKI — « Vous savez, elle adore les bébés », prévient un membre du personnel de campagne d’une mère finlandaise lors d’un événement organisé pour sa patronne, Ursula von der Leyen. « Si vous le lui donnez, vous ne le récupérerez peut-être pas. »

Ne manquant jamais une bonne occasion de photo, Sophie Dupin de Saint-Cyr, qui coordonnait les activités médiatiques du président de la Commission européenne, rejoint désormais von der Leyen sur la campagne électorale pour les élections européennes.

Quelques minutes plus tard, von der Leyen, la tête de liste du Parti populaire européen, tient la main du bébé dans la sienne. « Quatre mois ? Mon plus jeune petit-enfant n’a que deux mois », confie la mère de sept enfants et grand-mère de quatre enfants alors que la petite fille roucoule.

Il faut s’attendre à ce que les politiciens en campagne électorale serrent la main et embrassent des bébés. Au cours des dix derniers jours, von der Leyen s’est rendu uniquement en Espagne, en Bulgarie, en Suède, au Portugal, en Autriche, en Allemagne et en Finlande. Mais dans ce cas, il y a quelque chose qui n’a pas vraiment de sens.

Malgré son slogan « Ursula 2024 », personne en Europe ne peut voter pour von der Leyen, pas même dans son Allemagne natale. Ce ne sont pas les 373 millions d’électeurs éligibles du continent qui l’éliront. Ce sont plutôt les 27 chefs d’État qui se mettront d’accord pour choisir le prochain président de la Commission, puis le Parlement européen approuvera (ou non) ce choix.

« La véritable campagne commence après les élections », a déclaré Ben Crum, politologue à la Vrije Universiteit Amsterdam.

La campagne en tant que telle semble plutôt être un plaisir, dans la mesure où le PPE souhaitait réellement que la présidente sortante de la Commission se présente comme une candidate tête de liste, a-t-il ajouté.

En apparence, von der Leyen parcourt l’Europe pour se connecter avec l’électeur moyen via des rituels de campagne éprouvés. Mais ces voyages ont un autre objectif – une sorte de campagne fantôme – qui est de s’assurer du soutien des dirigeants du PPE, en particulier de leurs chefs d’État et de gouvernement. En effet, bien plus que n’importe quel électeur individuel, von der Leyen a besoin que les chefs d’État et de gouvernement soutiennent sa candidature à un second mandat à la table du Conseil européen.

D’où ses rencontres répétées avec les dirigeants du PPE tout au long du « parcours de campagne ».

Et pourtant, alors que von der Leyen déguste des brioches à la cannelle dans les villages suédois ou regarde des matchs de football internationaux en Espagne, l’ambiance musicale à Bruxelles a changé. Une prolongation de son mandat au siège de la Commission au Berlaymont n’est plus considérée comme une évidence, laissant les responsables se demander qui pourrait potentiellement la remplacer si elle perdait le soutien nécessaire.

Ce sentiment de soutien en ruine chez elle, à Bruxelles, rend son choix de passer du temps dans un abri anti-aérien à Helsinki ou dans une forêt à l’extérieur de Stockholm encore plus surréaliste.

Alors que plus le PPE obtient de voix, plus il est puissant au Parlement européen, certains responsables politiques nationaux considèrent qu’une association trop étroite avec le dernier bureaucrate bruxellois constitue un handicap. Lors d’une récente visite à Rome, au moins un candidat local du PPE a délibérément évité d’être vu avec elle.

Son équipe de campagne, dirigée par son bras droit Björn Seibert, se surnomme en plaisantant la « start-up Björn ». Il a évité des pays comme la Hongrie, où le Premier ministre Viktor Orbán fait activement campagne contre le second mandat de von der Leyen.

Les rencontres spontanées tout au long de la campagne ont été relativement limitées, en grande partie pour des raisons de sécurité, a expliqué son équipe. Contrairement à d’autres hommes politiques nationaux, von der Leyen ne frappe pas aux portes des gens et ne distribue pas de dépliants sur les marchés.

Par souci d’efficacité, elle porte, comme l’ancien président américain Barack Obama, le même type de tenue tous les jours : un pantalon sombre, une blouse et un blazer, surmontés d’un subtil collier et de boucles d’oreilles. L’équipe de campagne accorde une attention particulière à son carré coupé. À Helsinki, on a subtilement demandé à une journaliste de changer l’arrière-plan pour éviter que le vent ne lui décoiffe les cheveux.

Et pourtant, tous les moments de la campagne électorale ne sont pas parfaits. En ce mardi étonnamment ensoleillé en Finlande, une douzaine de manifestants pro-palestiniens se sont rassemblés lors de son premier événement de la journée, jetant du faux sang qui a manqué à von der Leyen alors qu’elle s’éloignait de la place du marché d’Helsinki tandis que ses gardes de sécurité l’escortaient rapidement.

Pourtant, elle est toujours présente, même lorsque les événements officiels sont terminés. Mardi soir, les passagers de l’avion de retour à Bruxelles ont remarqué le directeur général de la Commission européenne, certains s’arrêtant pour lui dire bonjour alors qu’ils retrouvaient leur place. Alors que le signal de ceinture de sécurité s’éteignait, de plus en plus de passagers essayaient de bavarder.

Même si la femme politique allemande de 65 ans doit être fatiguée, elle reste disciplinée en évitant l’alcool et en se promenant, comme à Katowice en Pologne le mois dernier. Elle est alimentée par les cafés au lait et le jus de tomate.

En Finlande, cela semblait fonctionner. Alors qu’elle montait sur scène lors d’un rassemblement électoral pour le Parti de la coalition nationale du Premier ministre Petteri Orpo (qui fait également partie du groupe PPE), c’était comme s’il n’y avait aucun endroit où elle aurait préféré être.

« J’apprécie vraiment ça », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe à Helsinki. « C’est physiquement très éprouvant, mais vous pouvez aller dans des régions où je n’ai jamais été auparavant et la grande majorité des gens (sont) généralement positifs à l’égard de l’Union européenne. (…) La discussion est très bonne, et c’est extrêmement motivant.»

Elizabeth Bronsdon-Kudjoi, une professeure d’anglais de 58 ans, est venue à l’événement de campagne d’Helsinki juste pour voir von der Leyen. Elle a décrit le court discours de souche comme « puissant ». Mais elle n’était pas encore sûre de voter pour le parti d’Orpo dimanche.

Bien sûr, von der Leyen a déjà franchi ces obstacles auparavant. Lorsqu’elle était ministre allemande de la Défense, elle a fait beaucoup de campagne, depuis les marchés de Noël allemands traditionnels jusqu’à porter un toast aux foules avec de grandes chopes de bière. (Pas de saucisses cependant, car von der Leyen est un pescatarien.)

Alors que von der Leyen a hésité à aller aussi loin que son père politique, qui à un moment donné a présenté sa famille dans une émission de télévision et a fait chanter sa femme et ses enfants, elle a rejoint un talk-show italien pendant son séjour à Rome. Lorsque la présentatrice de l’émission lui a demandé si elle connaissait encore les noms de ses sept enfants, elle a renversé la tête en riant et a éclaté de rire : «mais oui», en disant oui, bien sûr en allemand avant de les énumérer.

Elle a également rencontré l’influenceur italien Alan Cappelli Goetz, qui a exhorté ses 90 000 followers à voter, et elle a envoyé des messages d’encouragement aux 155 000 followers, en majorité des femmes, de la mom-fluenceuse danoise Sofie Bøcher Lindquist.

Avant la campagne, sa priorité était les relations avec les chefs d’État et de gouvernement de l’UE, même s’ils appartenaient à des affiliations politiques différentes. Cela a aliéné certaines délégations nationales du PPE, comme en France.

« C’est au sein de notre groupe politique que la décision sera prise », a déclaré François-Xavier Bellamy du parti Les Républicains en France, qui appartient au PPE.

Von der Leyen en est bien conscient. Lorsqu’on lui a demandé si elle pensait que son voyage éclair l’avait aidée à obtenir son deuxième mandat, elle a répondu : « Ce qui est important, c’est que je vois une énorme unité au sein du PPE. C’est la première pierre d’une majorité au centre du Parlement européen.»

Laisser un commentaire

huit + 15 =