With the slogan

Jean Delaunay

Super année électorale : que prévoient les candidats au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie en matière de climat ?

Au cours d’une année électorale majeure, les approches des politiques climatiques à travers le monde vont du recul pur et simple à l’incertitude et au manque de concentration sur les questions clés.

Les résultats des élections parlementaires européennes ont mis fin au Parlement européen le plus vert jamais vu. Au cours des cinq dernières années, le bloc a adopté l’une des stratégies climatiques les plus ambitieuses au monde, le Green Deal.

Aujourd’hui, les partis verts ont perdu des sièges, passant du quatrième au sixième groupe avec 53 sièges.

Les partis dominants qui ont soutenu le Green Deal ont conservé leur majorité, ce qui signifie que cela ne mènera probablement nulle part. Mais avec les victoires des partis radicaux de gauche et de droite – qui s’opposent souvent au plan – cela pourrait signifier une lutte pour faire pression en faveur de nouvelles mesures visant à atteindre les objectifs de zéro émission nette.

Les mesures déjà adoptées peuvent être défendues, mais de nouvelles mesures visant à réduire drastiquement les émissions d’ici 2040 pourraient donner lieu à des désaccords. Il s’agira probablement de l’un des tests majeurs de ce nouveau parlement au fur et à mesure de sa mise en place.

L’UE n’est pas non plus le seul pays confronté à une réaction négative contre les politiques vertes.

Au cours d’une année électorale majeure, les approches des politiques climatiques à travers le monde vont du recul pur et simple à l’incertitude et au manque de concentration sur les questions clés.

Critiques climatiques et confusion à l’approche des élections britanniques

Au Royaume-Uni, les approches du Premier ministre Rishi Sunak et de son adversaire, le leader travailliste Keir Starmer, en matière de politique climatique ont suscité des critiques.

Sunak a profité du premier débat télévisé avant les élections générales du 4 juillet pour attiser les craintes quant au coût de la transition vers le zéro émission nette.

Il a attaqué les initiatives visant à promouvoir les pompes à chaleur et les voitures électriques ainsi que celles visant à augmenter la part du Royaume-Uni dans les énergies renouvelables. Le Premier ministre a déclaré que ces mesures coûteraient « des milliers de livres » à chaque foyer.

De nombreux projets de Starmer tournent autour de projets énergétiques, avec une augmentation initiale de 8 milliards de livres sterling (9,5 milliards d’euros) pour sa Great British Energy Company.

Les travaillistes ont renoncé à leur promesse de dépenser 28 milliards de livres sterling (33,2 milliards d’euros) pour le climat plus tôt cette année et les sondages ont montré que la moitié des électeurs ne savent pas exactement quelle est la position du leader travailliste sur le changement climatique.

Les résultats d’un sondage Survation commandé par Greenpeace ont révélé que la moitié des électeurs n’étaient pas sûrs des plans climatiques du Labour et que moins d’un tiers des personnes pensent savoir ce que le parti ferait au gouvernement.

Greenpeace appelle Starmer à être plus clair sur les politiques qu’il a prévues, affirmant que le Parti travailliste a l’opportunité de convaincre les électeurs qui veulent une action contre le changement climatique.

Bien que le changement climatique soit régulièrement considéré comme une préoccupation majeure des électeurs, il ne semble pas être une priorité particulière pour les deux principaux rivaux aux élections générales britanniques.

Des promesses climatiques annoncées en Australie

Des élections se profilent également à l’horizon cette année en Australie. Le Premier ministre Anthony Albanese a déclaré que le Parti libéral d’opposition reviendrait sur l’objectif du pays de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 s’il gagnait.

Dans une interview accordée au journal, le chef de l’opposition Peter Dutton a rejeté les projets – qui sont inscrits dans la loi – visant à réduire les émissions à 43 pour cent en dessous des niveaux de 2005 d’ici la fin de la décennie. Il a déclaré au Weekend Australian qu’il n’y avait « aucun sens à souscrire à des objectifs que l’on n’a aucune chance d’atteindre ».

L’Autorité australienne du changement climatique a prévu en novembre dernier qu’une réduction de 37 à 42 pour cent serait atteinte. Mais Albanese a déclaré que l’objectif était à sa portée, affirmant que Dutton « s’éloignait de l’action climatique » et qu’abandonner l’objectif de 2030 signifierait « s’éloigner de l’Accord de Paris ».

Le Parti libéral a contesté cette affirmation, affirmant qu’il était « absolument » attaché à l’Accord de Paris et qu’il avait un plan pour atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Il prétend qu’il reprochait au gouvernement des promesses qu’il ne pouvait pas tenir.

Le Parti travailliste d’Albanese et le Parti libéral souhaitent tous deux davantage d’énergies renouvelables, mais leurs voies pour y parvenir diffèrent. Les travaillistes veulent davantage d’énergies renouvelables comme l’énergie solaire et éolienne, tandis que le Parti libéral cherche à introduire la première centrale nucléaire d’Australie.

Une élection présidentielle polarisée aux États-Unis

L’élection présidentielle américaine qui aura lieu plus tard cette année verra probablement apparaître des approches beaucoup plus polarisées en matière d’action climatique.

Le président Joe Biden a investi un montant historique de 300 milliards de dollars (280 milliards d’euros) dans des initiatives en matière d’énergie propre et de climat par le biais de la loi sur la réduction de l’inflation. Dans le même temps, il a été critiqué pour ses actions qui ont stimulé la production pétrolière et gazière.

Les projets de politique climatique de Trump ne sont pas nécessairement clairs, mais lors de son dernier mandat, les États-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris. Biden a décidé de le rétablir quelques heures seulement après avoir prêté serment en tant que président en 2021.

Une analyse de Carbon Brief a révélé qu’une victoire de Trump à l’élection présidentielle de novembre pourrait entraîner 4 milliards de tonnes d’émissions supplémentaires aux États-Unis d’ici 2030. C’est l’équivalent des émissions combinées de l’UE et du Japon ou de celles des 140 pays les moins émetteurs du monde.

Laisser un commentaire

un × un =