Starmer devra marcher sur la corde raide entre les États-Unis et la Chine

Martin Goujon

Starmer devra marcher sur la corde raide entre les États-Unis et la Chine

Brandon Barford est conseiller principal chez GMTL Advisory Ltd. Sam Hogg est le fondateur de Beijing to Britain.

Plus tard cette année, le Royaume-Uni et les États-Unis pourraient avoir de nouveaux dirigeants : le Premier ministre Keir Starmer et le président Donald Trump. La « relation spéciale » entre les deux pays entrerait alors dans une nouvelle période, probablement tendue, et la République populaire de Chine (RPC) figurerait au cœur des tensions entre Washington et Londres.

Alors, à quoi les décideurs politiques et les investisseurs britanniques devraient-ils faire attention avant tout cela ?

Trump a clairement indiqué qu’il souhaitait affronter directement la Chine sur le plan commercial et qu’il souhaitait accélérer le découplage des États-Unis de l’économie chinoise pour des raisons à la fois économiques et de sécurité nationale. Cela comprend la révocation du statut de « nation la plus favorisée » de la Chine, l’adoption d’un plan sur quatre ans visant à éliminer progressivement les importations chinoises de biens essentiels, la restriction des investissements sortants en Chine, ainsi que des investissements chinois aux États-Unis.

Trump prévoit également d’imposer un « tarif universel » de 10 % sur les biens importés aux États-Unis, qui s’appliquera probablement aux partenaires et alliés des accords de libre-échange (ALE), y compris le Royaume-Uni. Les droits de douane sur les importations chinoises seront d’au moins 60 %, la récente annonce de tarifs douaniers du président américain actuel Joe Biden incitant Trump à agir. Et il utilisera ces droits de douane pour démontrer sa volonté de protéger les travailleurs américains – et pour forcer d’autres nations à s’asseoir à la table des négociations.

Ce programme américain placera le futur gouvernement travailliste dans une situation délicate. Les relations du Royaume-Uni avec la RPC sont fondamentalement différentes de celles de Washington et, bien que la sécurité nationale et la stratégie industrielle soient des éléments de la politique économique, la taille de l’économie américaine lui offre des options dont le Royaume-Uni ne dispose pas.

Il existe déjà des points de discorde entre les deux pays au sujet de la Chine : par exemple, contrairement aux États-Unis, il n’existe actuellement aucune loi britannique interdisant explicitement les produits en provenance du Xinjiang. Et contrairement aux administrations Trump et Biden, le gouvernement britannique ne reconnaît pas que la Chine a commis un génocide dans la région, ce qui constitue une pomme de discorde pour les défenseurs des droits de l’homme.

De plus, alors que Trump se concentre sur les questions de sécurité nationale liées au commerce, les biotechnologies et les produits pharmaceutiques pourraient devenir un point de discorde. Aujourd’hui, les entreprises chinoises de biotechnologie que Washington envisage de mettre sur la liste noire sont autorisées à opérer au Royaume-Uni et à s’associer à des entreprises britanniques. L’une d’entre elles, BGI Group, a même travaillé avec pas moins de 16 universités.

Un autre domaine de friction potentiel est celui des véhicules électriques. Alors que les discussions se poursuivent sur l’investissement de la Chine dans une gigantesque usine au Royaume-Uni, Starmer sera tiraillé entre la création potentielle de nouveaux emplois et la promotion de son programme de zéro émission nette au coût le plus bas possible – une mesure qui provoquerait les États-Unis en invitant davantage de capitaux chinois et d’influence dans l’économie britannique.

Le futur gouvernement Starmer devra donc décider s’il doit tenter de parvenir à un accord avec Trump pour se libérer de certains – voire de tous – les droits de douane américains, ou riposter et refuser de jouer le jeu de Donald Trump. Et s’il choisit la première option, quels domaines politiques Trump jugera-t-il suffisamment importants pour supprimer ou réduire les droits de douane appliqués au Royaume-Uni ?

Jusqu’à présent, Starmer a promis un « audit sino-britannique » dans les 100 premiers jours de son mandat, mais peu d’autres mesures concrètes. Et la « Securonomics » – l’idée proposée par la chancelière fantôme Rachel Reeves, qui réunit la politique intérieure, commerciale et étrangère – semble incompatible avec de larges pans du programme Trump 2.0. Cependant, il existe encore des domaines dans lesquels les deux pays pourraient travailler sur des approches similaires.

Pour en revenir aux biotechnologies et aux produits pharmaceutiques, par exemple, si la loi américaine Biosecure Act devenait loi ou un décret présidentiel, elle forcerait les entreprises chinoises de biotechnologie à se désolidariser des fabricants occidentaux qui ont besoin de vendre sur le marché américain. Un audit clinique des relations entre le Royaume-Uni et la Chine montrerait des risques similaires dans tous les secteurs. Et en cas d’escalade des tensions impliquant la RPC, Pékin pourrait riposter en interrompant ou en réduisant le flux de marchandises vers tout allié des États-Unis. Starmer pourrait donc élaborer une politique similaire dans le cadre de l’approche « Securonomics ».

Ensuite, compte tenu des droits de douane de 102,5 % imposés par Biden sur les véhicules électriques, Trump pourrait faire pression sur le Royaume-Uni pour qu’il se joigne à lui dans la lutte contre le dumping chinois, qu’il s’agisse de panneaux solaires, d’aluminium ou de véhicules électriques. De même, les États-Unis pourraient aller au-delà des droits de douane et tenter de forcer le découplage des entreprises technologiques britanniques et européennes dans les cas où des données personnelles circulent vers la Chine.

Cette application extraterritoriale de la politique américaine contre la Chine n’est pas sans précédent : nous l’avons vu dans le lobbying de Washington pour retirer les équipements de télécommunications Huawei des infrastructures britanniques, et aussi dans l’effort moins connu mais plutôt réussi du Congrès pour stopper la vente de Nexperia – une société britannique de semi-conducteurs – à une entité liée à la Chine. Étant donné l’intérêt continu de la Chine pour les investissements au Royaume-Uni, un futur gouvernement travailliste devra également garder cette tension à l’esprit.

Enfin, il existe trois mesures concrètes et peu coûteuses que le parti travailliste pourrait envisager, en plus de proposer à Trump certains changements de politique pour réduire l’impact économique négatif très réel des tarifs douaniers :

Premièrement, il faut exclure tout accord de libre-échange avec la Chine.

Ensuite, à moins que Pékin ne remplisse les conditions fixées par les principes d’Auckland, le Parti travailliste devrait opposer son veto à la candidature de la Chine à l’Accord de partenariat transpacifique global et progressiste. Croire qu’une augmentation des échanges commerciaux conduirait à des réformes intérieures en Chine est une erreur qui ne doit pas se répéter.

Enfin, le Parti travailliste devrait augmenter ses dépenses de défense à 3 % du PIB, en mettant l’accent sur la relance de la base industrielle de défense britannique. Avec la « Securonomics », il est logique qu’une grande partie soit consacrée à la reconstruction et à la relocalisation des industries de défense du Royaume-Uni, afin qu’elles soient moins dépendantes de chaînes d’approvisionnement géographiquement menacées et bénéficient directement aux travailleurs britanniques. Un financement important devrait également être consacré aux outils de défense de nouvelle génération, tels que l’intelligence artificielle, l’armement spatial et l’informatique quantique.

Dans un monde idéal, un gouvernement travailliste aurait une approche autonome de la politique étrangère, intérieure et industrielle. Mais alors que le protectionnisme s’infiltre dans le commerce mondial et que la Chine continue de prendre des mesures contraires aux intérêts et aux valeurs du Royaume-Uni, Starmer devra sérieusement réfléchir au maintien et à l’amélioration de la « relation spéciale » avec le Royaume-Uni, tout en préservant la sécurité et les intérêts économiques du pays.

Laisser un commentaire

13 − cinq =