SpaceX

Jean Delaunay

SpaceX d’Elon Musk termine avec succès le quatrième test de la méga-fusée Starship avec un « atterrissage en douceur »

La fusée Starship, qui avait explosé lors de précédents vols de démonstration, est revenue sur Terre intacte mais avec de légers dégâts.

SpaceX d’Elon Musk a effectué jeudi le premier vol d’essai complet de sa méga-fusée Starship, revenant sur Terre sans exploser après avoir décollé d’une base aux États-Unis.

Il s’agit du quatrième lancement de la fusée la plus grande et la plus puissante au monde, mesurant près de 121 mètres de haut.

Les trois démonstrations en vol précédentes se sont soldées par des explosions. Cette fois, la fusée et le vaisseau spatial ont réussi à s’écraser de manière contrôlée, faisant du vol d’une heure le plus long et le plus réussi à ce jour.

« Malgré la perte de nombreuses tuiles et un volet endommagé, Starship a réussi à atterrir en douceur dans l’océan ! » Le PDG de SpaceX, Elon Musk, a déclaré via X.

Lancé depuis le Texas, le Starship d’essai était vide alors qu’il survolait le golfe du Mexique et se dirigeait vers l’est pour un vol vers l’océan Indien.

En quelques minutes, le propulseur du premier étage s’est séparé du vaisseau spatial et a plongé dans le golfe exactement comme prévu, après avoir allumé ses moteurs.

Le vaisseau spatial a atteint une altitude de près de 211 km, roulant à plus de 26 000 km/h, avant d’entamer sa descente.

Des vues en direct ont montré des parties du vaisseau spatial se détachant pendant la chaleur intense de la rentrée, mais un objectif de caméra fissuré a obscurci les images.

Le vaisseau spatial est resté suffisamment intact pour transmettre des données à son site d’amerrissage ciblé dans l’océan Indien.

« Quel spectacle cela a été »

Il s’agit d’une étape cruciale dans le projet de l’entreprise visant à réutiliser à terme la fusée sur laquelle la NASA et Musk comptent pour amener l’humanité sur la Lune puis sur Mars.

« Quel spectacle cela a été », a déclaré Kate Tice, commentatrice du lancement de SpaceX, depuis Mission Control au siège de la société en Californie.

SpaceX a failli éviter les explosions en mars, mais a perdu le contact avec le vaisseau spatial alors qu’il sortait de l’espace et explosait avant d’atteindre son objectif. Le propulseur s’est également rompu en vol, à un quart de mille au-dessus du golfe.

Les deux vols d’essai de l’année dernière se sont soldés par des explosions peu après leur décollage depuis la pointe sud du Texas, près de la frontière mexicaine. Le premier a cratérisé la plage de Boca Chica et projeté des débris sur des milliers de mètres.

SpaceX a mis à niveau le logiciel et apporté quelques modifications au retour de fusée pour améliorer les chances. La Federal Aviation Administration (FDA) des États-Unis a approuvé mardi cette quatrième démonstration, affirmant que toutes les exigences de sécurité avaient été respectées.

Starship est conçu pour être entièrement réutilisable. C’est pourquoi SpaceX souhaite contrôler l’entrée du booster dans le golfe et la descente du vaisseau spatial dans l’océan Indien – cela constitue une pratique pour les futurs atterrissages prévus.

Rien n’a été récupéré du vol de jeudi.

La NASA a commandé une paire de vaisseaux spatiaux pour deux missions d’alunissage d’astronautes, prévues pour la fin de cette décennie.

Chaque équipage de la Lune s’appuiera sur la fusée et la capsule de la NASA pour quitter la Terre, mais retrouvera Starship en orbite lunaire pour la descente vers la surface.

SpaceX vend déjà des voyages touristiques autour de la Lune. Le premier client lunaire privé, un magnat japonais, s’est retiré du voyage avec son entourage la semaine dernière, invoquant le calendrier souvent retardé.

Le fondateur et PDG de SpaceX a des projets plus ambitieux : Musk envisage des flottes de vaisseaux spatiaux transportant des personnes et l’infrastructure nécessaire pour construire une ville sur Mars.

Laisser un commentaire

2 × trois =