Sonner l'alarme : les scientifiques affirment que la pollution sonore affecte la santé des océans

Jean Delaunay

Sonner l’alarme : les scientifiques affirment que la pollution sonore affecte la santé des océans

Le bleu profond regorge de sons, mais les interférences acoustiques humaines perturbent cet écosystème dynamique. L’Observatoire de l’Europe s’est entretenu avec certains des scientifiques visant à lutter contre la pollution sonore dans nos eaux.

« L’océan a beaucoup à nous dire. Il n’est pas silencieux. Il est très bruyant, en fait », nous dit Lucia Di Iorio, chercheuse en bioacoustique à l’université de Perpignan.

Bioacousticien depuis plus de 15 ans, Di Iorio capture des paysages sonores sous-marins le long des côtes européennes dans le cadre des projets de recherche internationaux TREC et BIOcean5D.

Au large des côtes bretonnes en France, avec son collègue Yann Fontana, Di Iorio déploie des dispositifs d’enregistrement sonore sur les fonds marins pour documenter les sons ambiants dans le domaine aquatique.

« Ici, nous écoutons principalement des herbiers et du varech. Ce sont des pépinières – de petits poissons et de petites larves y poussent. Ils protègent de l’érosion, ils produisent de l’oxygène, ils stockent du carbone et ils ont beaucoup de rôles importants dans les écosystèmes « . explique Di Iorio.

À l’aide d’enregistrements sonores et d’échantillonnages génétiques, les scientifiques visent à mieux comprendre ces points chauds de la biodiversité marine. Cependant, la symphonie sous-marine naturelle des crevettes qui claquent, de la communication des poissons et d’autres bioacoustiques est souvent noyée par le bourdonnement constant des navires qui passent.

C’est comme si vous viviez à côté d’une autoroute ou d’une route très fréquentée et que des voitures passaient tout le temps.

Lucie Di Iorio

Bioacousticien

« C’est comme si vous viviez à côté d’une autoroute ou d’une route très fréquentée, et que des voitures passaient tout le temps – c’est ennuyeux ! C’est donc ennuyeux pour nous, mais c’est aussi ennuyeux pour les animaux qui vivent dans cet environnement », Di Iorio ajoute.

Pollution sonore

Les scientifiques s’alarment de plus en plus de la pollution sonore sous-marine : elle exerce un stress supplémentaire sur la faune marine, déjà menacée par de nombreux impacts anthropiques. De plus en plus de preuves suggèrent que la pollution sonore peut affecter un large éventail d’animaux marins et même de plantes.

« Nous avons découvert que d’autres espèces, à savoir les invertébrés, qui sont les céphalopodes, les crustacés, les méduses, les récifs coralliens – des milliers et des milliers d’espèces – souffraient probablement plus que les cétacés. Et cela a totalement changé la façon dont nous abordions ces effets du bruit dans le milieu marin », déclare Michel André, directeur du Laboratoire de bioacoustique appliquée de l’Universitat Politècnica de Catalunya.

L’équipe d’André a déployé un réseau international de stations acoustiques marines initialement développé dans le cadre du projet LIDO. Le bruit généré par l’homme provenant du transport maritime, de la construction de parcs éoliens, des opérations industrielles ou militaires crée un « brouillard acoustique » sous-marin qui peut désorienter les animaux marins. Le concept d’observatoires acoustiques autonomes d’André pourrait identifier les sources de bruit et émettre des alertes pour réduire les niveaux de décibels.

« La pollution sonore menace l’équilibre de l’océan, et nous devons prendre des mesures pour inverser ces effets négatifs que nous avons introduits sans même savoir que nous contaminions l’océan par le son », explique André.

Sons d’expédition

L’un des principaux contributeurs à la pollution sonore sous-marine est le transport maritime mondial. Le port de Hambourg en Allemagne, par exemple, est une route maritime très fréquentée passant à proximité de bancs de sable avec une importante population de phoques.

Le chercheur Joseph Schnitzler, de l’Institut de recherche sur la faune terrestre et aquatique, utilise des étiquettes électroniques pour suivre les phoques. Les données des balises montrent que les animaux semblent être dérangés par les gros navires. Le bruit des hélices et des moteurs semble interrompre la chasse des phoques et les fait plonger sans relâche entre le lit de la rivière et la surface.

De telles recherches peuvent éclairer des solutions potentielles pour réduire le bruit, comme la refonte des hélices ou la modification de la vitesse et des routes des navires. Ces efforts font partie du projet européen SATURN, qui vise à explorer à la fois les aspects biologiques et techniques pour aider à réduire le bruit et à réduire l’un des nombreux impacts humains sur l’océan.

Comme le dit Schnitzler, « Il peut s’agir d’un mélange de solutions techniques telles que la modification de la conception de l’hélice, mais il peut également s’agir de modifications fonctionnelles telles que la réduction de la vitesse des navires ou le réacheminement d’une voie de navigation. Ici, nous avons la possibilité de changer rapidement quelque chose qui n’est pas possible en fait avec la pollution chimique ou avec les débris plastiques, microplastiques dans les mers. Les solutions sont très proches. »

Laisser un commentaire

17 − 8 =