The sun rises amid high temperatures in Mexico City.

Milos Schmidt

« Sonner l’alarme » : le monde devrait temporairement dépasser la limite de 1,5 °C d’ici 2028, prévient l’agence météorologique de l’ONU

Il est également probable qu’au moins une des cinq prochaines années établira un nouveau record de température, a déclaré l’Organisation météorologique mondiale.

Selon les prévisions de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), il y a 80 % de chances que les températures moyennes mondiales dépassent l’objectif de 1,5°C fixé dans l’accord historique de Paris sur le climat pendant au moins une des cinq prochaines années.

Il est également probable – avec une probabilité de 86 % – qu’au moins une de ces années établira un nouveau record de température, battant 2023 qui est actuellement l’année la plus chaude.

Un nouveau rapport de l’agence météorologique des Nations Unies publié mercredi indique que la température moyenne mondiale près de la surface pour chaque année de 2024 à 2028 devrait se situer entre 1,1 °C et 1,9 °C de plus qu’au début de l’ère industrielle.

Il a également estimé qu’il y a près d’une chance sur deux (47 %) que les températures moyennes mondiales sur l’ensemble de cette période de cinq ans puissent dépasser 1,5 °C.

Il s’agit d’une augmentation par rapport à la probabilité d’un peu moins d’une chance sur trois prévue pour la période 2023 à 2027. En 2015, cette probabilité était proche de zéro et n’a cessé d’augmenter depuis.

« Derrière ces statistiques se cache la sombre réalité selon laquelle nous sommes loin d’être sur la bonne voie pour atteindre les objectifs fixés dans l’Accord de Paris », a déclaré le Secrétaire général adjoint de l’OMM, Ko Barrett.

« Nous devons de toute urgence faire davantage pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, sinon nous paierons un prix de plus en plus lourd en termes de coûts économiques de plusieurs milliards de dollars, de millions de vies affectées par des conditions météorologiques plus extrêmes et de dommages considérables à l’environnement et à la biodiversité. »

Barret a souligné que, même si l’OMM « tire la sonnette d’alarme », dépasser temporairement 1,5°C ne signifie pas que l’objectif est définitivement perdu car il fait référence à un réchauffement à long terme sur plusieurs décennies.

« Jouer à la roulette russe avec notre planète »

Le rapport a été cité dans un discours radical sur la menace du changement climatique prononcé par le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement.

« Nous jouons à la roulette russe avec notre planète », a-t-il déclaré.

« Nous avons besoin d’une bretelle de sortie de l’autoroute menant à l’enfer climatique. Et la bonne nouvelle, c’est que nous avons le contrôle du volant. La bataille pour limiter la hausse des températures à 1,5 degré sera gagnée ou perdue dans les années 2020 – sous la surveillance des dirigeants d’aujourd’hui.»

Le secrétaire général de l’ONU s’est également appuyé sur les données publiées aujourd’hui par le service européen de surveillance du climat Copernicus, qui montrent que chacun des 12 derniers mois a établi un nouveau record mondial de température pour cette période de l’année.

Il a appelé les économies avancées du Groupe des 20 (G20) – qui organisent un sommet au Brésil le mois prochain – à prendre l’initiative.

« Nous ne pouvons pas accepter un avenir dans lequel les riches sont protégés dans des bulles climatisées, tandis que le reste de l’humanité est frappé par des conditions météorologiques mortelles sur des terres invivables », a déclaré António Guterres.

Il a ajouté que les émissions mondiales de dioxyde de carbone doivent diminuer de 9 % chaque année jusqu’en 2030 pour que l’objectif de 1,5°C soit maintenu.

Laisser un commentaire

seize + seize =