Singapour exécute sa première femme en 19 ans pour trafic de drogue

Jean Delaunay

Singapour exécute sa première femme en 19 ans pour trafic de drogue

Des groupes de défense des droits de l’homme, des militants internationaux et les Nations Unies ont exhorté Singapour à suspendre les exécutions pour délits liés à la drogue et affirment qu’il existe de plus en plus de preuves qu’il est inefficace comme moyen de dissuasion.

Saridewi Djamani, un citoyen de 45 ans, a été condamné à mort en 2018 pour trafic de près de 31 grammes de diamorphine, ou héroïne pure.

Dans un communiqué, le Bureau central des stupéfiants a déclaré que le montant était « suffisant pour nourrir la dépendance d’environ 370 toxicomanes pendant une semaine ».

Les lois de Singapour prévoient la peine de mort pour toute personne reconnue coupable de trafic de plus de 500 grammes de cannabis et de 15 grammes d’héroïne.

L’exécution de Djamani est intervenue deux jours après celle d’un Singapourien, Mohammed Aziz Hussain, 56 ans, pour trafic d’environ 50 grammes d’héroïne.

Le bureau des stupéfiants a déclaré que les deux prisonniers avaient bénéficié d’une procédure régulière, y compris des appels de leur condamnation et de leur peine et une demande de grâce présidentielle.

Des groupes de défense des droits de l’homme, des militants internationaux et les Nations Unies ont exhorté Singapour à suspendre les exécutions pour délits liés à la drogue et affirment qu’il existe de plus en plus de preuves qu’il est inefficace comme moyen de dissuasion. Les autorités de Singapour insistent sur le fait que la peine capitale est importante pour stopper la demande et l’offre de drogue.

Depuis la reprise des pendaisons en mars 2022, des groupes de défense des droits de l’homme affirment que Singapour a exécuté 15 personnes pour des délits liés à la drogue, soit environ une personne par mois.

Des militants contre la peine de mort ont déclaré que la dernière femme connue pour avoir été pendue à Singapour était la coiffeuse Yen May Woen, âgée de 36 ans, également pour trafic de drogue, en 2004.

Selon le Transformative Justice Collective, un groupe singapourien qui milite pour l’abolition de la peine capitale, un nouvel avis d’exécution a été délivré à un autre prisonnier pour le 3 août, ce qui en fait le cinquième cette année seulement.

Le groupe a déclaré que le prisonnier est un citoyen malais de souche qui travaillait comme chauffeur-livreur avant son arrestation en 2016. Il a été condamné en 2019 pour trafic d’environ 50 grammes d’héroïne, a-t-il ajouté.

Bien que le tribunal ait conclu qu’il n’était qu’un passeur, l’homme a quand même été condamné à la peine de mort, la peine obligatoire pour une telle infraction.

Les critiques disent que la politique sévère de Singapour ne fait que punir les trafiquants et les passeurs de bas niveau, qui sont généralement recrutés parmi des groupes marginalisés vulnérables. Ils ajoutent également que la cité-État est en décalage avec ses pays voisins, qui s’éloignent de la peine capitale.

La Thaïlande voisine a légalisé le cannabis tandis que la Malaisie a mis fin cette année à la peine de mort obligatoire pour les crimes graves.

Laisser un commentaire

8 + quatre =