Si vous dites non à la guerre, vous devez dire non au pétrole

Jean Delaunay

Si vous dites non à la guerre, vous devez dire non au pétrole

Les combustibles fossiles financent la guerre. Il s’agit peut-être d’un sentiment que vous avez déjà vu ou entendu, affiché sur des pancartes ou crié par des militants. Mais qu’est-ce que cela signifie réellement, écrit Lucy Hall.

Chaque 2 octobre, le monde célèbre l’anniversaire du Mahatma Gandhi et le célèbre également comme Journée internationale de la non-violence. Traditionnellement, cette journée commémore la pratique de la protestation pacifique et « le désir « d’assurer une culture de paix, de tolérance, de compréhension et de non-violence ».

En 2023, alors que la guerre en Ukraine fait rage, les gouvernements occidentaux devraient regarder plus profondément : toute stratégie non-violente sérieuse doit également inclure un abandon des combustibles fossiles.

Les combustibles fossiles sont depuis longtemps au cœur des conflits mondiaux. Cela remonte à la Première Guerre mondiale, lorsque le pétrole est devenu crucial dans la mécanisation des armées – les marines britanniques et américaines sont passées du charbon au pétrole – mais aussi comme catalyseur de conflits, alors que la soif mondiale de pétrole augmentait.

Depuis lors, c’est une constante dans les chroniques des conflits à travers le monde. Les guerres se déroulent pour le pétrole, oui. Mais le pétrole alimente et finance également la guerre.

Et l’industrie des combustibles fossiles profite de la guerre. L’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie a fourni la vision la plus complète à ce jour de cette relation sinistre, enchevêtrée, aux multiples facettes, entre le pétrole et la guerre.

L’industrie pétrolière reste mêlée à la guerre russe

Tandis que les gouvernements occidentaux dénoncent la guerre en Ukraine, s’empressant de condamner la guerre d’agression de la Russie et démontrant leur soutien aux Ukrainiens, ils n’ont que très peu fait pour désengager l’industrie pétrolière de cette guerre.

Lors de l’invasion russe, les compagnies pétrolières n’ont pas perdu de temps pour annoncer qu’elles se retiraient de Russie et, en décembre 2022, l’UE et le Royaume-Uni ont imposé un embargo sur l’importation de pétrole brut russe.

AP Photo/Olivier Matthys
Des manifestants ukrainiens réclament un embargo sur le pétrole russe lors d’une manifestation devant les institutions européennes à Bruxelles, en mai 2022.

Mais les enquêtes de Global Witness ont révélé l’ampleur de l’implication continue des sociétés britanniques et européennes dans le commerce du pétrole russe : dans l’année qui a suivi le début de l’invasion russe – avant l’entrée en vigueur des interdictions – les sociétés occidentales ont échangé 533 millions de barils de pétrole russe, y compris du pétrole brut. pétrole d’une valeur de 12,1 milliards d’euros.

Prenez Shell, par exemple. Après avoir affirmé qu’elle abandonnait ses actifs russes, elle pourrait obtenir plus d’un milliard d’euros après que la société gazière russe Novatek ait fait une offre pour acquérir la participation de Shell dans un important développement pétrolier et gazier en Extrême-Orient (Sakhaline-II).

Le mois dernier, il a été rapporté que l’accord avec Novatek pour reprendre la participation de Shell n’était toujours pas finalisé.

Champs de gaz sibériens et chaînes d’approvisionnement militaires russes

Ce n’est pas là non plus que s’arrête la complicité de Shell avec la Russie. Shell fait partie des entreprises qui ont continué à commercialiser du gaz naturel liquéfié russe, ou GNL, depuis l’invasion.

Plus tôt cet été, il a été révélé que malgré la guerre, les importations de l’UE avaient bondi de 40 % depuis l’invasion.

On estime que les pays de l’UE ont dépensé près de 5,3 milliards d’euros pour acheter plus de la moitié du GNL russe au cours des sept premiers mois de 2023.

À titre de comparaison, le groupe Wagner – la société militaire russe à l’origine de la tentative de coup d’État contre le Kremlin plus tôt cette année – a coûté 1 milliard d’euros à l’État russe entre mai 2022 et mai 2023.

Photo AP
Des membres de la compagnie militaire du groupe Wagner sont assis au sommet d’un char dans une rue de Rostov-sur-le-Don, juin 2023.

Il y a ensuite le cas de la compagnie pétrolière allemande Wintershall Dea, dont le lien avec la violence en Ukraine est encore plus frappant.

Des rapports de Global Witness et des médias allemands ont révélé les liens entre les champs de gaz sibériens de Wintershall et les chaînes d’approvisionnement militaires russes.

Der Spiegel a rapporté que le condensat de gaz de Wintershall pourrait avoir produit du carburant utilisé lors des bombardements russes à Tchernihiv qui ont tué des dizaines de civils en Ukraine. Wintershall a qualifié cette allégation d’« interprétée ».

Les failles permettant au Kremlin de tirer profit doivent être comblées

Les grandes compagnies pétrolières restent mêlées à la guerre en Ukraine de nombreuses manières. Des sociétés comme Shell et BP profitent d’une faille majeure dans les sanctions.

Cette faille signifie que le pétrole peut être envoyé vers des pays tiers, qui le raffinent et le revendent directement sur les marchés occidentaux.

Au Royaume-Uni, par exemple, les achats de carburéacteur d’origine russe ont rapporté au Kremlin au moins 40 millions de livres sterling (46,1 millions d’euros) en recettes fiscales rien qu’en 2023.

Viatcheslav Prokofiev/Spoutnik
Le président russe Vladimir Poutine prononce un discours lors d’un concert au palais d’État du Kremlin à Moscou, en septembre 2023.

Cela a permis à la Russie de réorienter ses ventes de pétrole, d’éviter les sanctions et de conserver les revenus qui financent la guerre.

Les gouvernements devraient agir face aux grandes sociétés pétrolières et gazières qui exploitent la guerre à des fins lucratives.

L’argent que ces entreprises ont gagné grâce à la guerre en Ukraine devrait être imposé à 100 % et les bénéfices devraient être redirigés vers l’Ukraine. Les failles qui permettent à la Russie de continuer à vendre d’énormes volumes de pétrole brut doivent être comblées.

La guerre continue, les grandes compagnies pétrolières continuent de faire des profits

Les formes traditionnelles non violentes d’opposition à la guerre en Ukraine ne manquent pas.

Des manifestations contre la guerre ont eu lieu dans plus de 100 villes à travers le monde et des monuments mondiaux ont été illuminés aux couleurs ukrainiennes en signe de solidarité. Pourtant, la guerre continue et les grandes compagnies pétrolières continuent de faire des bénéfices.

Si les gouvernements démocratiques veulent réduire les conflits violents, ils ne peuvent pas permettre que cela continue.

Les manifestations pacifiques font partie d’une stratégie non violente. Se débarrasser des énergies fossiles en est une autre.

Laisser un commentaire

quatre × 3 =