Sentir la chaleur : le coût de la pire sécheresse qu'ait connue l'Italie depuis des décennies

Jean Delaunay

Sentir la chaleur : le coût de la pire sécheresse qu’ait connue l’Italie depuis des décennies

Un manque de pluie lié au changement climatique a conduit à la pire sécheresse qu’ait connue l’Italie en 70 ans. Julian Gomez d’L’Observatoire de l’Europe s’est rendu dans trois des régions les plus touchées du nord de l’Italie pour constater par lui-même le coût économique et environnemental.

Je suis arrivé à la gare Garibaldi de Milan par une torride soirée de juillet. Il était 20h00 CET et la température était encore suffocante de 34°C.

Les chauffeurs de taxi de la ville étaient en grève, il m’a donc fallu beaucoup plus de temps que prévu pour arriver à mon hôtel.

Quand je l’ai fait, je transpirais abondamment. C’était en quelque sorte une introduction appropriée à l’histoire que je couvrais.

Face à ce qui a été décrit comme la sécheresse la plus grave depuis 70 ans, début juillet, le gouvernement italien a déclaré l’état d’urgence dans cinq régions du nord. Deux semaines plus tard, il n’y avait pas eu de précipitations importantes et la situation s’était aggravée.

J’avais été envoyé pour rendre compte de la manière dont le manque extrême d’eau affectait les Italiens ordinaires et de la manière dont les autorités locales, régionales et nationales faisaient face à l’urgence.

Avec mon fixeur Francesco Gilioli, j’ai parcouru environ 800 km autour des trois régions sinistrées de Lombardie, Piamonte et Emilia Romagna.

Nous avons rencontré des producteurs de riz contraints de choisir entre quels champs irriguer et lesquels laisser mourir. Un producteur de maïs nous a dit qu’il avait déjà perdu 30 % de sa récolte et qu’il s’attendait à ce que beaucoup plus de plants meurent avant la récolte.

Euronews
Le niveau bas du plus long fleuve d’Italie, le Pô, est l’un des signes les plus visibles de l’impact de la sécheresse.

Un autre producteur de maïs m’a emmené dans ses plantations mourantes ; les canaux d’irrigation autour étaient littéralement recouverts de toiles d’araignées, comme quelque chose dans les films.

L’agriculture est de loin le secteur le plus durement touché par le manque d’eau, mais ce n’est pas le seul. Près de Piacenza, j’ai rencontré des pêcheurs qui essayaient de sauver les poissons mourants des petits ruisseaux qui s’assèchent, en les transférant vers des rivières plus saines ailleurs dans la région.

Nicolas Sivelli, pêcheur de loisir, m’a invité sur son bateau pour une balade le long du Pô. Le niveau d’eau extrêmement bas a transformé d’immenses portions du plus long fleuve d’Italie en marais. Les familles ne viennent plus pour les loisirs sur le Pô. J’ai filmé des bateaux de tourisme attachés à leurs amarres.

L’extraction du sable est également à l’arrêt étant donné que les bateaux ne peuvent plus accéder aux plates-formes d’extraction. Alors que le propriétaire d’un restaurant voisin m’a emmené sur une terrasse extérieure, surplombant le bassin du Pô.

« Ce restaurant appartenait à mes arrière-grands-parents », dit-il. « Quand j’étais gamin, je pêchais depuis cette terrasse directement dans la rivière. La canne atteignait facilement l’eau, et il y avait plein de poissons. Maintenant, comme vous pouvez le voir, le cours d’eau est loin, très loin. Et là ne sont pratiquement pas des poissons. »

Euronews
Le manque d’eau signifie que les agriculteurs italiens paient un prix élevé.

Les autorités locales, régionales et nationales de gestion de l’eau subissent une pression croissante pour trouver des solutions.

J’ai rencontré le directeur général de l’Agence du fleuve Pô. Il m’a dit qu’il s’agissait de la sixième crise de l’eau dans la région au cours des 20 dernières années.

D’autres crises viendront, donc des stratégies d’atténuation sont urgentes, a-t-il dit. Et il les a énumérées, alors que nous marchions sous la chaleur torride du soleil à côté de la rivière au calme mortel : retenir l’eau de manière plus efficace, concevoir de nouvelles installations de traitement de l’eau afin que l’eau recyclée puisse être réutilisée pour l’agriculture, améliorer la canalisation de l’eau, comme 40 % de l’eau d’irrigation fuit et se perd ; et enfin, développer de nouveaux systèmes d’irrigation intelligents plus efficaces.

Mais tout cela risque de prendre du temps et de l’argent. En attendant, des solutions à court terme doivent être trouvées pour faire face à l’urgence actuelle.

Euronews
L’approvisionnement en eau de certains villages italiens est réapprovisionné par des camions-citernes.

L’un de ceux dont nous avons entendu parler se déroule dans de petits villages autour du lac Majeur. Aussi impensable que cela puisse paraître, ces villages, situés au pied des Alpes, sont actuellement réapprovisionnés en eau potable par camions car leurs sources habituelles sont complètement vides. J’ai filmé une de ces campagnes de distribution ; l’opérateur a mis deux heures pour remplir une citerne d’eau, lors de son quatrième voyage ce jour-là dans le même village.

« L’eau c’est la vie », me dit-il, « sans eau on ne peut rien faire ».

C’est la dernière séquence que j’ai filmée au cours de mon voyage de trois jours vers une terre littéralement sèche comme un os.

Laisser un commentaire

19 − 4 =