Turkey earthquake aftermath

Jean Delaunay

Séisme en Turquie : un an plus tard, certains survivants vivent toujours dans des tentes et des conteneurs maritimes

Mardi marque le premier anniversaire du tremblement de terre dévastateur en Turquie.

Un an après le tremblement de terre dévastateur qui a ravagé de vastes étendues du sud et du centre de la Turquie, de nombreux survivants de la catastrophe vivent toujours dans des hébergements temporaires, comme des conteneurs maritimes et des tentes.

Le séisme de magnitude 7,8 qui a frappé aux premières heures du 6 février de l’année dernière a été le plus meurtrier de la Turquie moderne, tuant plus de 53 000 personnes dans le pays et près de 6 000 en Syrie voisine. Des millions d’autres se sont retrouvés sans abri.

À Antioche, la ville la plus durement touchée, 90 % de ses bâtiments ont été détruits. Les personnes qui y vivent encore pleurent leurs proches et leurs amis décédés, luttent pour reconstruire leurs moyens de subsistance et cherchent à tourner la page dans les cas où des êtres chers sont toujours portés disparus. Le chômage est endémique.

Les survivants attendent toujours l’aide promise par le gouvernement.

Kamil Ezer, chauffeur de camion à Antioche, en fait partie. Il vit dans son camion depuis le tremblement de terre.

« L’Etat ne nous a rien expliqué, ils l’ont juste rasé, nous n’avons aucune information, ils nous ont dit qu’ils allaient nous proposer un appartement, quand, comment, nous ne savons pas », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Le président turc Recep Tayyip Erdoğan s’est engagé à livrer quelque 319 000 nouveaux logements d’ici le mois prochain, avant les élections locales clés de mars. Sa promesse de reconstruire rapidement l’a aidé à être réélu en mai dernier malgré la colère généralisée face à la lenteur initiale de la réponse du gouvernement au tremblement de terre.

Les tensions économiques sont évidentes maintenant qu’un tiers des habitants et des touristes, autrefois si vitaux, ont disparu.

Les autorités veulent commencer par reconstruire les entreprises pour ramener la population – mais sans les infrastructures adéquates en place, cela semble impossible.

Orhan Ozturk a rouvert sa petite boutique d’or il y a deux semaines après que les décombres aient été déblayés, mais il n’a pas eu beaucoup de clients.

« Nous avons pensé à (partir) mais où irons-nous ? C’est notre patrie », a-t-il déclaré.

La Croix-Rouge affirme que des centaines de milliers de personnes vivant dans la zone du séisme, qui ont perdu leur source de revenus, dépendent toujours d’une aide. « Le chemin vers la reconstruction et le redressement est long et nécessite un soutien international soutenu », a déclaré Jesse Thomson, qui dirige l’agence humanitaire en Turquie.

Cevdet Donmez, 30 ans, a eu la chance de recevoir un conteneur du gouvernement, mais son travail d’installateur de fenêtres a disparu. Pour subvenir aux besoins de sa mère, de sa femme et de ses trois enfants, Donmez a trouvé un emploi pour enlever les meubles des bâtiments endommagés destinés à la démolition.

« Nous sommes dans une mauvaise situation », a-t-il déclaré. « Nous avons tout perdu d’un coup. Comment allons-nous pouvoir nous rétablir ? Comment pouvons-nous offrir un bel avenir aux enfants ? Je ne sais pas. »

Emre Ceylan a perdu neuf membres de sa famille dans le séisme et son salon de coiffure a été détruit. Il a récemment acheté un conteneur et l’a transformé en salon de coiffure, qu’il a hâte d’ouvrir dès qu’il pourra installer l’électricité.

« Nous n’avions pas réalisé à quel point nos vies étaient belles, dit-il, jusqu’à ce que le tremblement de terre nous enlève tout. »

Laisser un commentaire

14 + quatre =