Scholz accueille un invité « difficile » : le Turc Erdogan

Jean Delaunay

Scholz accueille un invité « difficile » : le Turc Erdogan

Il s’agit de la première visite en Allemagne du président turc depuis 2020.

La chancelière allemande accueillera Recep Tayyip Erdogan vendredi à un moment difficile dans leurs relations.

Berlin et Ankara se sont souvent affrontés au fil des ans. Mais le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas en octobre a placé les deux pays fermement dans des camps opposés.

Olaf Scholz a soutenu Israël, proposant de fournir au pays un soutien militaire.

Erdogan, dont le pays soutient largement les Palestiniens, a accusé Israël d’agir comme un État « terroriste » dans sa guerre contre le Hamas.

Pour l’Allemagne, où les souvenirs de l’Holocauste pèsent lourd dans l’esprit, recevoir un dirigeant qui semblait auparavant remettre en question la « légitimité » de l’État israélien est un exercice d’équilibre délicat.

La visite s’annonce discrète. Erdogan devrait arriver à Berlin « vers midi » et rencontrera ensuite son homologue Frank-Walter Steinmeier avant d’avoir un entretien avec Scholz suivi d’un dîner. Une « rencontre avec la presse » est également prévue.

Il s’agit de la première visite en Allemagne du chef de l’Etat turc depuis 2020.

Lorsque le Hamas a attaqué Israël le 7 octobre, tuant 1 400 personnes, Erdogan s’est d’abord présenté comme un médiateur potentiel.

Mais il a rapidement rejoint la cause du groupe militant palestinien après qu’Israël a riposté par une campagne de bombardements massifs sur la bande de Gaza, qui a tué plus de 11 000 Palestiniens.

Deux jours avant sa visite en Allemagne, Erdogan avait qualifié Israël d' »Etat terroriste », accusant l’Occident de « soutenir ouvertement les massacres » à Gaza, lors d’un discours devant les législateurs turcs.

Il y a une semaine, il a affirmé que la légitimité même d’Israël était « remise en question en raison de son propre fascisme », dans des propos qui ont choqué l’Allemagne.

Scholz a qualifié mardi ces propos d' »absurdes » et a défendu « l’Etat démocratique » d’Israël contre « l’organisation terroriste » le Hamas.

Certains – notamment des associations juives – ont réclamé l’annulation de la visite, prévue depuis plusieurs mois. La chancelière l’a invité après sa réélection en mai.

L’opposition conservatrice a déclaré que le moment était inapproprié, tout comme le parti libéral FDP, membre de la coalition gouvernementale avec le SPD de Scholz et les Verts.

Malgré la pression, le gouvernement n’a jamais envisagé d’annuler.

La diplomatie nécessite parfois de devoir discuter avec des « partenaires difficiles » avec lesquels « il faut s’expliquer », a déclaré le porte-parole de la chancelière Steffen Hebestreit, reconnaissant que les discussions seraient « compliquées ».

L’Allemagne « n’a aucun intérêt à se quereller avec (Erdogan) alors que Berlin et Ankara se sont récemment rapprochés » après une période de haute tension suite à la répression en Turquie après le coup d’État de 2016, a souligné le Spiegel.

L’une des raisons est que la plus grande économie d’Europe abrite une importante diaspora turque d’environ 2,9 millions de personnes, dont 1,5 million d’électeurs qui soutiennent pour la plupart Erdogan.

Ensuite, le pays, comme l’ensemble de l’UE, a besoin que le président turc renouvelle l’accord de 2016 sur la limitation du nombre d’arrivées de migrants, alors que l’Europe connaît une nouvelle vague de personnes arrivant du Moyen-Orient qui alimente l’extrême droite – notamment en Allemagne. .

Selon cet accord, la Turquie maintient sur son sol des migrants, principalement des Syriens, en échange d’une contribution financière importante.

Malgré l’autoritarisme du président turc sur le plan intérieur, son influence accrue au niveau géopolitique en fait globalement un interlocuteur incontournable pour Berlin.

En pleine guerre d’Ukraine, il a notamment été l’un des artisans de l’accord garantissant l’exportation des céréales ukrainiennes via la mer Noire, avant que Moscou n’en sorte cet été.

Aujourd’hui, les puissances occidentales voient également le rôle de la Turquie pour éviter une escalade du conflit au Moyen-Orient, ce qui, selon la chef de la diplomatie allemande Annalena Baerbock, rend le dialogue encore « plus important et plus urgent ».

Laisser un commentaire

quatorze − 7 =