Former Member of the European Parliament (MEP) Pier Antonio Panzeri

Jean Delaunay

Scandale de corruption dans l’UE : les commentaires divulgués de l’inspecteur en chef menacent de faire exploser l’affaire

Une conversation enregistrée secrètement, à laquelle L’Observatoire de l’Europe a eu accès, montre un enquêteur de police de premier plan dans l’enquête dite du Qatargate, remettant en question l’intégrité des repentis et des juges.

Le suspect Francesco Giorgi – le partenaire de l’eurodéputée socialiste Eva Kaili, également sous enquête dans le cadre de l’enquête tentaculaire pour corruption – a secrètement enregistré une conversation avec le haut policier belge Ceferino Alvarez Rodriguez lors de sa visite à l’appartement de Giorgi en mai de l’année dernière.

Dans l’enregistrement obtenu par L’Observatoire de l’Europe, Alvarez Rodriguez accuse l’ancien député européen Pier Antonio Panzeri, le meneur présumé qui a conclu un accord avec les autorités belges pour tout révéler sur l’affaire de corruption, de mentir.

« Nous ne croyons rien de ce qu’il dit », peut-on lire dans une transcription de la conversation. « On sait très bien qu’il nous trompe, on le sait. Mais ça va exploser. »

« Quand ça soufflera, ça soufflera. »

La conversation en français, enregistrée sur le téléphone de Giorgi, montre également Alvarez Rodriguez se plaignant des juges nommés politiquement.

« Je n’ai aucune confiance dans le système judiciaire parce que la justice est tirée par des ficelles, par les politiciens », aurait-il déclaré.

« Nous ne pouvons pas faire confiance au pouvoir judiciaire », a-t-il ajouté.

Alvarez Rodriguez a travaillé main dans la main avec l’ancien juge chargé de l’affaire, Michel Claise, qui a été contraint de démissionner en juin dernier suite à des allégations selon lesquelles il n’était pas impartial.

Il a été révélé que le fils de Claise était l’associé du fils de Maria Arena, une autre députée européenne socialiste impliquée dans le scandale mais qui n’a pas été formellement inculpée, dans une entreprise de cannabis médicinal.

Selon le parquet, Claise a démissionné « par mesure de prudence » et pour « maintenir la nécessaire séparation entre vie privée et familiale et responsabilités professionnelles ».

La conversation enregistrée, que l’équipe juridique de Giorgi a demandé à considérer comme une nouvelle preuve juridique dans l’affaire, ajoute encore plus de troubles aux efforts visant à poursuivre les suspects. Les nombreuses débâcles de l’enquête belge ont conduit beaucoup à qualifier l’affaire de « Belgium-gate ».

La conversation entre Giorgi et Álvarez Rodriguez aurait eu lieu le 3 mai de l’année dernière, lorsque l’enquêteur s’est arrêté pour restituer le téléphone de Giorgi, qui avait été saisi lors de son audition quelques jours plus tôt, le 27 avril.

Au cours de la visite, Giorgi s’est plaint que son ordinateur portable, qui contenait des notes confidentielles qu’il avait rédigées avec son avocat, avait été confisqué par des policiers lors d’une perquisition mandatée par le juge Claise alors que Giorgi assistait à son audience au tribunal le 27 avril, affirmant que cela violait son droit à la défense. .

En réponse aux plaintes de Giorgi, l’enquêteur Alvarez Rodriguez aurait répété à deux reprises : « c’est le jeu ».

Selon la transcription, l’enquêteur affirme également qu’il est « normal » que son équipe ait accès aux notes confidentielles de Giorgi, car leur contenu prouve que Giorgi a également eu accès à leurs propres dossiers d’enquête.

« Vous adaptez votre discours au contenu du dossier », aurait déclaré l’enquêteur à Giorgi. « C’est pourquoi nous ne mettons pas tout dedans. Nous ne sommes pas des idiots, donc nous savons que vous nous mentez. »

La transcription de la conversation est l’un des trois dossiers présentés par les avocats de Giorgi pour être considérés comme de nouvelles preuves dans l’enquête, selon un document consulté par L’Observatoire de l’Europe. Ils comprennent également l’enregistrement original, au format vidéo, ainsi qu’une vidéo sous-titrée préparée par Giorgi.

Le scandale de corruption a vu Giorgi, son partenaire Kaili et Panzeri accusés d’avoir accepté des centaines de milliers d’euros de la part de responsables qatariens et marocains en échange de leur influence sur les décisions du Parlement européen. Les deux pays ont formulé des allégations avec véhémence.

L’affaire a provoqué une onde de choc à Bruxelles et contraint le Parlement européen à sévir contre les règles laxistes en matière de conduite du personnel.

Alors que Panzeri et Giorgi ont reconnu leurs actes répréhensibles, Kaili continue de défendre son innocence.

Laisser un commentaire

deux × 3 =