On 11 March, the team will embark on a 250-day hike around the entirety of the Baltic Sea.

Milos Schmidt

Sauver la Baltique : des militants parcourront 5 500 km pour sensibiliser à « l’état critique » de la mer polluée

La mer Baltique est l’une des cinq mers les plus polluées au monde.

Une équipe de scientifiques, d’activistes et de bénévoles lituaniens prévoit de parcourir près de 5 500 kilomètres à pied dans le cadre d’une campagne environnementale.

L’objectif est de sensibiliser le public à « l’état critique » de la mer Baltique, l’une des mers les plus polluées au monde.

Le 11 mars, l’équipe entreprendra une randonnée de 250 jours autour de l’ensemble de la mer Baltique.

L’objectif du projet est d’encourager les gouvernements, les organisations et les individus à agir pour préserver la mer et restaurer ses écosystèmes marins avant qu’il ne soit trop tard.

Des écologistes vont parcourir la totalité de la mer Baltique

L’équipe d’écologistes parcourra huit pays pendant 250 jours pour stimuler les actions qui « doivent être prises pour préserver et restaurer les écosystèmes marins » de la mer Baltique.

Cette masse d’eau est l’une des cinq mers les plus polluées au monde, en raison des pratiques commerciales et agricoles ainsi que des actions individuelles.

Les efforts visant à nettoyer la mer Baltique et à prévenir la surpêche se sont intensifiés au cours des dernières décennies grâce à des initiatives menées par l’UE et bon nombre des neuf pays riverains de la mer.

Mais le groupe d’expédition affirme que les efforts menés par les citoyens sont également essentiels pour sensibiliser le public aux problèmes auxquels est confrontée la Baltique.

L’odyssée « Sauver la Baltique » débutera le 11 mars 2024 et verra un groupe de scientifiques, d’activistes, de représentants du gouvernement et de bénévoles parcourir une distance totale de 5 469 km.

Comment l’expédition pilotera-t-elle les efforts de conservation ?

Durant l’expédition, des événements pédagogiques ouverts au public seront organisés tels que des laboratoires vivants, des discussions, des conférences et des réunions, en collaboration avec des organisations et des scientifiques locaux.

Les gens sont également invités à rejoindre l’expédition pour l’ensemble de la randonnée, plusieurs tronçons ou simplement pour une journée.

L’objectif de l’expédition est « d’informer le public sur l’état des écosystèmes aquatiques, de le sensibiliser à l’impact de l’homme sur la nature et de présenter des moyens de stopper le déclin de la biodiversité marine ».

«Nous voulons que l’expédition «Save the Baltic» rapproche les gens de la mer», déclare Giedrius Bučas, chef de l’expédition.

« « Save the Baltic » remplit une mission unique consistant à favoriser la culture de la conservation marine, à éduquer le public sur l’impact de l’activité humaine sur la mer et à inciter les gens à adopter des habitudes plus respectueuses de l’environnement. »

Pour aider à financer ces activités, ainsi qu’à soutenir les membres de l’équipe d’expédition et les efforts de conservation marine post-expédition, « Save the Baltic » a lancé une campagne de financement participatif.

« L’humain ». Installation artistique pédagogique de G. Bučas. L’installation montre comment les débris de plastique et leurs résidus dans l’environnement peuvent emmêler les animaux

Bučas décrit la collecte de fonds comme une opportunité de mesurer à quel point la question compte pour les gens.

« Cette expédition n’est pas une entreprise ni un projet de l’Union européenne, mais mon idée personnelle en laquelle j’ai une confiance absolue et à laquelle je n’épargne aucune ressource », déclare Bučas.

« De nombreuses personnes ont déjà mis leur confiance dans le projet, et nous avons désormais besoin d’encore plus de soutien et de confiance de personnes prêtes à investir dans les efforts pour une mer plus propre. Ce n’est qu’en nous unissant que nous pourrons réussir.

La mer Baltique est confrontée à « des pressions provenant de multiples facteurs »

Selon la biologiste marine Laura Stukonytė, les scientifiques tirent la sonnette d’alarme depuis un certain temps déjà sur l’état de la mer Baltique et son avenir.

La connexion limitée de la mer Baltique avec l’océan entraîne un renouvellement des eaux extrêmement lent, ce qui fait que la pollution reste longtemps piégée, empoisonnant progressivement ses écosystèmes.

« La mer Baltique est soumise à la pression de multiples facteurs : le changement climatique, une pêche intense ainsi qu’une pollution encore difficile à contrôler », explique Stukonytė.

«L’une des principales « maladies » de la mer Baltique est l’eutrophisation provoquée par un excès d’azote et de phosphore, qui conduit à la formation d’immenses zones mortes où la vie marine manque d’oxygène.»

Les eaux usées provenant de l’agriculture intérieure non durable et les eaux usées des usines et des ménages mal traitées contaminent également la mer avec des polluants nocifs.

« Les organismes aquatiques souffrent aujourd’hui de niveaux réduits d’oxygène causés par l’eutrophisation ainsi que par les produits pharmaceutiques, les pesticides et les particules microplastiques qui atteignent l’eau », ajoute Stukonytė.

Les pays de la Commission intergouvernementale d’Helsinki (HELCOM), en collaboration avec des scientifiques des pays de la mer Baltique, ont élaboré un plan d’action pour la région de la mer Baltique.

Ce plan détaille toutes les actions que les pays doivent entreprendre afin d’améliorer considérablement l’état de la mer Baltique. Bien que cette situation désastreuse puisse encore être corrigée, les résultats dépendront de la mesure dans laquelle de véritables mesures seront prises à temps.

Selon les données présentées par HELCOM en 2022, une grande partie des actions prévues sont encore en attente. Parmi eux figure l’éducation du public sur des sujets liés au comportement respectueux de la mer.

« L’expédition ‘Save the Baltic’ et la campagne qui l’entoure visent à accélérer ces actions », explique Bučas, « afin d’améliorer les conditions de la mer elle-même et de bénéficier à tous ceux qui trouvent du réconfort et de la joie en sa présence. »

Laisser un commentaire

trois × cinq =