These European elections have been marked by external interference.

Jean Delaunay

Russiagate à Portal Kombat : les campagnes de désinformation étrangères bouleversent les élections européennes

Les campagnes d’ingérence étrangère et de désinformation ont ciblé les gouvernements européens et nationaux à l’approche des élections européennes de 2024. Ce sont quelques-uns des plus grands.

La désinformation sur l’UE émanant d’acteurs étrangers atteint des niveaux sans précédent à mesure que le temps presse à l’approche des premiers jours du vote aux élections européennes.

L’Observatoire européen des médias numériques (EDMO), un réseau indépendant de vérification des faits, a publié mardi une étude montrant que la désinformation sur les politiques ou les institutions de l’UE représentait 15 % de tous les cas détectés en mai – le chiffre le plus élevé depuis qu’il a commencé à suivre la désinformation de l’UE. en 2023.

Cette étude intervient après que le journal Guardian a rapporté que les dirigeants européens avaient mis en demeure des équipes d’alerte rapide pour faire face à un « niveau de tsunami » de désinformation et d’ingérence étrangère.

La majeure partie de l’ingérence étrangère dans ces élections provient des forces pro-Kremlin qui tentent d’affaiblir le soutien européen à la guerre en Ukraine, ont déclaré des experts à L’Observatoire de l’Europe Next.

Nous examinons certaines des plus grandes campagnes d’ingérence étrangère et de désinformation qui ont ciblé les gouvernements européens et nationaux à l’approche des élections européennes de 2024.

Porte de Russie

Le 27 mars, le gouvernement tchèque a sanctionné un site d’information appelé Voice of Europe, ainsi que son éditeur Viktor Medvedchuk, au motif qu’il faisait partie d’une opération d’influence pro-russe.

« Medvedchuk utilise la plateforme médiatique Voix de l’Europe pour mener une opération d’influence russe », avait alors déclaré le ministère tchèque. « Le but de cette opération est de porter atteinte à l’intégrité territoriale, à la souveraineté et à la liberté de l’Ukraine ».

Ensuite, Alexander De Croo, le Premier ministre belge, a annoncé en avril que la Russie, par l’intermédiaire de Voice of Europe, avait contacté des membres du Parlement européen et les « avait payés pour promouvoir la propagande russe ».

De Croo avait alors déclaré aux médias que le procureur fédéral belge avait ouvert une enquête sur ces allégations, affirmant que même si « les paiements en espèces n’avaient pas eu lieu en Belgique, l’ingérence y avait lieu ».

L’Agence polonaise de sécurité intérieure a annoncé le 28 mars, un jour après la première révélation en Tchéquie, avoir récupéré « d’importantes sommes d’argent » dans le cadre d’une enquête similaire et a inculpé un ressortissant polonais.

L’Allemagne a alors ouvert une enquête contre Petr Bystron, membre d’Alternative pour l’Allemagne (AfD), d’extrême droite, pour corruption et blanchiment d’argent présumés, selon le Washington Post.

Le journal affirme également que Maximilian Krah, l’ancien leader du parti, fait également l’objet d’une enquête pour avoir prétendument accepté des paiements de la Russie et de la Chine en raison de son travail en tant que député de l’AfD.

Le 27 mai, l’Union européenne a imposé des sanctions contre Medvedchuk, le citoyen israélien Artem Marchevskyi et Voice of Europe.

Quelques jours seulement avant les élections, la police belge a fait irruption dans les bureaux de Bruxelles et de Strasbourg ainsi qu’au domicile d’un membre du personnel parlementaire accusé d’avoir joué un « rôle important » dans une élection d’ingérence russe.

Le site Voix de l’Europe est toujours accessible et publie des articles au moment de sa publication le 5 juin. Une note en haut de tous leurs articles accuse les instances européennes d’avoir bloqué le site dans le but de « tenter de cacher la vérité sur la situation réelle en L’Europe  ».

Portail Kombat

Bien avant l’émission de l’assignation, les autorités françaises, allemandes et polonaises ont découvert une campagne de désinformation russe élaborée appelée « Portal Kombat ».

Le VIGINUM français, une agence d’État créée en 2021 pour lutter contre les ingérences étrangères, a analysé des « portails d’information » entre septembre et décembre 2023 et a trouvé 193 sites diffusant de fausses allégations suggérant que la guerre de la Russie en Ukraine est un exercice militaire légitime.

Les sites diffusent des informations provenant des comptes de réseaux sociaux d’acteurs russes ou pro-russes, d’agences de presse russes et de sites Internet locaux. Les contenus des sites abordent également des sujets controversés qui pourraient « contribuer à diviser le débat francophone », selon VIGINUM.

Il existe désormais 224 de ces sites dans l’UE et dans le monde, selon un rapport technique mis à jour en avril par VIGINUM.

Le rapport indique que les acteurs derrière Portal Kombat ont élargi leurs activités pour former ce qu’ils appellent une « grille d’information sur presque tous les membres de l’Union européenne » avant les élections.

Quelque 31 nouveaux noms de domaine contenant le mot « pravda » ont été créés pour cibler 19 États membres de l’UE.

Les sites Web publient des centaines d’articles par heure, ce qui, selon les chercheurs de l’EDMO, montre qu’il existe un élément d’automatisation dans leur travail.

Les articles ont des thèmes pro-russes communs, comme les troupes françaises sur le terrain en Ukraine ou le fait que les élites occidentales « soutiennent une dictature mondiale qui veut une troisième guerre mondiale contre la Russie », a ajouté EDMO.

Faux rapports militaires

La semaine dernière, les autorités polonaises ont déclaré que l’agence de presse nationale du pays avait probablement été piratée par des Russes déterminés à interférer dans les élections européennes.

Le texte, publié par l’agence de presse polonaise, affirme que le Premier ministre Donald Tusk mobilise 200 000 hommes sur les lignes de front en Ukraine à partir du 1er juillet.

«Tout indique que nous avons affaire à une cyberattaque dirigée du côté russe. L’objectif est la désinformation avant les élections (au Parlement européen) et la paralysie de la société. »

Krzysztof Gawkowski, vice-Premier ministre polonais

Il n’est pas resté longtemps en ligne : huit minutes plus tard, l’agence a supprimé le rapport et a publié une déclaration affirmant qu’elle n’était pas la source de l’article.

Un deuxième piratage a eu lieu le même jour, au cours duquel le télégramme a rapidement supprimé le message et publié une autre déclaration.

« Tout indique que nous avons affaire à une cyberattaque dirigée du côté russe », a déclaré Krzysztof Gawkowski, vice-Premier ministre polonais, à l’Associated Press.

« L’objectif est la désinformation avant les élections (au Parlement européen) et la paralysie de la société ».

La Pologne n’est pas le seul pays à être confronté à de faux projets de rapport.

En mars, les autorités françaises ont découvert un faux site Internet invitant des volontaires à rejoindre la guerre en Ukraine, qui ressemblait au véritable portail de recrutement de l’armée française.

Une source avait alors déclaré au Monde que le site portait la marque d’un effort de désinformation pro-russe.

Un piratage similaire s’est produit en Tchécoslovaquie, où l’agence de presse České Noviny (CTK) a été piratée. Un faux article publié sur le site affirmait que le contre-espionnage tchèque avait empêché l’assassinat de Petr Pelligrini, le Premier ministre slovaque.

Laisser un commentaire

3 × un =