Rock and roll icon Stevie Nicks

Jean Delaunay

Rumeurs confirmées : la poupée Barbie de Stevie Nicks est rééditée

La poupée, initialement commercialisée en octobre dernier dans le cadre de la série Barbie Music, est rééditée cette semaine. Mais mauvaise nouvelle pour les fans : elle est déjà en rupture de stock.

Stevie Nicks, ancienne membre de Fleetwood Mac et artiste solo de renom, a surpris les spectateurs lors d’une de ses dates de tournée l’année dernière en révélant qu’elle collaborait avec Mattel depuis un an pour mouler une poupée Barbie à son image.

L’article fini, vendu au détail à 55 $ (50,80 €), s’est rapidement vendu sur le site Web de Mattel, et quiconque recherchant la poupée en édition limitée a dû suivre son propre chemin sur le marché des objets de collection d’occasion.

Mais cette semaine, ceux qui espéraient avoir une seconde chance d’acheter cette Gold Dust Woman ont eu de la chance. Mattel a annoncé que la figurine allait être réapprovisionnée en nombre limité.

Selon la boutique en ligne de Mattel, la Barbie Stevie Nicks, malheureusement désormais en rupture de stock, « ​​porte une robe noire séduisante inspirée de la légendaire pochette de l’album Rumours et tient son tambourin emblématique ».

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Barbie (@barbie)

La publication Instagram originale présentant la poupée Barbie de l’icône musicale Stevie Nicks

Il précise également qu’un support est inclus, car tout comme le reste de ses sœurs anatomiquement compromises, mais très différent de Nicks elle-même – qui a connu une carrière solo extrêmement réussie après Fleetwood Mac – cet avatar Barbie « Reine du Rock and Roll » « ne peut pas se tenir debout seul ».

Comme de nombreux autres fabricants de jouets de premier plan, Mattel est de plus en plus conscient de l’appétit du marché pour les collaborations avec des célébrités. L’entreprise a récemment lancé une ligne de Barbies inspirées de véritables athlètes féminines, avec en tête d’affiche la joueuse de tennis superstar Venus Williams.

Aux côtés de Williams, la collection met en vedette les gymnastes de renom Rebeca Andrade et Alexa Moreno, les joueuses de football Mary Fowler et Christine Sinclair, la boxeuse Estelle Mossely, la nageuse Federica Pellegrini, la paratriathlète Susana Rodriguez et la sprinteuse sur piste et terrain Ewa Swoboda.

Venus Williams tenant une poupée Barbie Venus Williams à Porto Rico
Venus Williams tenant une poupée Barbie Venus Williams à Porto Rico

Autrefois point de mire des critiques sur la façon dont la société (sous-)représente et (sous-)valorise les femmes, la marque Barbie a travaillé dur pour se réinventer pour les consommateurs modernes qui auraient autrement pu considérer la poupée démodé.

L’un des exemples les plus notables du changement de marque de Barbie est bien sûr le film de Greta Gerwig de 2023, avec Ryan Gosling dans le rôle de Ken et Margot Robbie dans celui de la Barbie éponyme. Le blockbuster en live action a rapporté 1,45 milliard de dollars (1,34 milliard d’euros) dans le monde entier, faisant Barbie le plus grand film jamais réalisé par une femme — mais au grand désarroi des fans, il a été snobé aux Oscars de l’année dernière au profit de Oppenheimer.

En fait, les deux films les plus attendus de l’été dernier étaient liés à un étrange destin commun par le mot-valise affectueux inventé par les fans « Barbenheimer », avec Barbie L’esthétique rose bubblegum et la bande-son pop saccharine de ‘s sont juxtaposées de manière ludique par les fans avec Oppenheimer Le biopic épique, en demi-niveaux de gris, sur le père de la bombe atomique.

Un client achète un billet de cinéma au Los Feliz Theatre, le 28 juillet 2023, à Los Angeles
Un client achète un billet de cinéma au Los Feliz Theatre, le 28 juillet 2023, à Los Angeles

De nombreux cinéphiles ont tenu à voir les deux films l’un après l’autre, simplement parce que le vide visuel et thématique entre eux était si frappant. Ce sentiment étrange de coïncidence a sans aucun doute fait grimper les recettes des deux films et, peut-être plus important encore pour Mattel, a catalysé le nouveau statut de la poupée Barbie en tant qu’icône culturelle comme aucun service marketing n’aurait pu le prévoir.

Mattel espère reproduire le succès de « Barbie » avec certains de ses autres actifs de marque, notamment un film « American Girl » déjà en préparation et une adaptation en live action de « Hot Wheels » réalisée par JJ Abrams.

(De gauche à droite) Ryan Gosling, Margot Robbie et Greta Gerwig sur le tournage de « Barbie »
(De gauche à droite) Ryan Gosling, Margot Robbie et Greta Gerwig sur le tournage de « Barbie »

En effet, la société aurait l’intention de sortir suffisamment de films basés sur des jouets au cours des prochaines années pour atteindre confortablement les deux chiffres, ce qui a conduit le critique de cinéma d’L’Observatoire de l’Europe Culture, David Mouriquand, à présager l’aube d’un nouveau MCU, pas un univers cinématographique Marvel cette fois-ci, mais celui de Mattel.

En plus de faire des percées rentables à Hollywood, la marque Barbie a également travaillé dur pour établir une tendance qui rend hommage aux femmes pionnières dans tous les domaines, et pas seulement à celles comme Nicks qui bénéficient déjà d’une visibilité culturelle importante en raison de la nature publique de leur carrière.

L’année dernière, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, l’entreprise a rendu hommage à plusieurs personnalités de premier plan dans le domaine des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) en créant des poupées à leur effigie. Parmi les personnalités célébrées, on trouve Susan Wojcicki, PDG de longue date de YouTube, et la scientifique britannique Maggie Aderin-Pocock.

Laisser un commentaire

dix-neuf + 3 =