Revue culturelle : Comment un étudiant en 1898 a créé le cheerleading

Jean Delaunay

Revue culturelle : Comment un étudiant en 1898 a créé le cheerleading

2 novembre 1898 : Naissance du cheerleading.

Existe-t-il un passe-temps plus américain que le cheerleading ? Outre la prédilection de la nation pour les armes à feu et le manque de soins de santé, le cheerleading englobe bon nombre des qualités les plus identifiables des États-Unis. La combinaison d’une auto-promotion effrontée, d’éloges et de pures compétences athlétiques est emblématique d’un pays dont l’histoire fondamentale est centrée sur un mythe similaire de création de soi.

Sans surprise, le cheerleading en tant que sport trouve ses origines aux États-Unis. Aujourd’hui, anniversaire officiel de la création du cheerleading, jetons un petit coup d’œil à travers les livres d’histoire sur l’origine de ce sport.

Le cheerleading s’est ancré dans la conscience culturelle à travers ses innombrables représentations dans les films. Le genre dramatique pour adolescents au lycée regorge d’exemples de groupes intenses de filles (et parfois de garçons) exécutant des routines étroitement chorégraphiées pour soutenir l’exaltée équipe de football de leur institution.

Qu’ils soient les intimidateurs Bruyèresobjet d’obsession dans beauté américaineou les personnages compétitifs de Apportez-le; l’image de la pom-pom girl est cohérente : de jeunes femmes blondes et sportives en jupes courtes.

Cela pourrait alors vous surprendre que la pom-pom girl originale soit un homme nommé Johnny Campbell.

Avant Campbell, les premières années du cheerleading étaient dues à des millénaires de nature humaine qui poussaient les foules à crier et à chanter leur soutien aux stars du sport. Depuis les Grecs de l’Antiquité exécutant de l’épinikon (notez l’inclusion de « nike ») pour célébrer la victoire sportive jusqu’au 19e siècle, les gens ont chanté pour leurs athlètes préférés.

Le cheerleading, tel qu’on l’appelle aujourd’hui, a commencé à se former lorsque les Britanniques chantaient à l’unisson pour soutenir leurs équipes de football dans les années 1860. Aux États-Unis, la tradition a été abandonnée. Un premier exemple notable est le « Princeton Cheer », documenté pour la première fois en 1869 sous le nom de « Hourra ! Hourra! Hourra! Tigre! Ssst! Boom! Ahhh ! » Il est toujours utilisé par l’école aujourd’hui.

Jusqu’à présent, tout cheerleading se produisait par impulsion du moment, alors qu’une foule se rassemblait autour d’une équipe. Ce n’est qu’aujourd’hui, en 1898, que Campbell en a fait une activité dirigée.

Johnny Campbell et ses équivalents modernes
Johnny Campbell et ses équivalents modernes

Campbell, étudiant à l’Université du Minnesota, s’est levé de son siège dans les chevrons lors d’un match de football et s’est rendu sur le terrain. Il a sauté la clôture et depuis le terrain, a ordonné à la foule de chanter avec lui : « Rah, Rah, Rah ! Ski-u-mah, Hoo-Rah ! Hoo-Rah ! Université! Université! Université, Minn-e-So-Tah ! »

La puissance du coup de Campbell était évidente. Alors que les supporters du Minnesota se rassemblaient autour d’un seul morceau, les joueurs et les supporters de l’autre équipe ne pouvaient éviter la puissante impression d’une démonstration de soutien aussi singulière. Bientôt, toutes les équipes aux États-Unis ont nommé des Yell Leaders pour rassembler les supporters dans des manifestations similaires.

À partir de là, tout s’est développé naturellement. À un moment donné, les microphones sont devenus monnaie courante. Ce n’est qu’en 1923 que l’Université du Minnesota a autorisé les femmes à participer au cheerleading. Lorsque de nombreux hommes ont été emmenés hors du pays pour combattre pendant la Seconde Guerre mondiale, le sport a finalement évolué vers sa version plus féminine aujourd’hui. À partir de là, les manifestations sportives ont fleuri pour créer le sport que nous connaissons aujourd’hui.

Laisser un commentaire

16 + 3 =