« Réveil » : des changements radicaux sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris, prévient l'ONU

Jean Delaunay

« Réveil » : des changements radicaux sont nécessaires pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, prévient l’ONU

Un nouveau rapport des Nations Unies révèle qu’il faut agir davantage sur tous les fronts, depuis la façon dont nous mangeons et voyageons jusqu’à l’énergie que nous consommons.

Le monde n’est pas sur la bonne voie pour freiner le réchauffement climatique et davantage d’actions sont nécessaires sur tous les fronts, avertit vendredi un rapport historique des Nations Unies.

Il indique que même si l’Accord de Paris a « conduit à une action climatique quasi universelle », il est « encore inadéquat sur la base des meilleures données scientifiques disponibles ». La fenêtre permettant de maintenir l’objectif de réchauffement de 1,5 °C se « ferme rapidement ».

Le rapport Global Stocktake intervient à la veille de négociations internationales cruciales visant à endiguer la crise climatique croissante.

Il s’agit du dernier avertissement de l’ONU concernant les périls environnementaux et façonnera les négociations de la COP28 à Dubaï à la fin de l’année.

C’est là que les gouvernements du monde entier décideront quoi penser des verdicts et des recommandations du rapport sur l’action climatique.

Qu’est-ce que le Bilan mondial et pourquoi est-il important ?

Le rapport, point culminant d’une évaluation de deux ans des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat de 2015, rassemble des milliers de contributions d’experts, de gouvernements et de militants.

« L’Accord de Paris a conduit à une action climatique quasi universelle en fixant des objectifs et en envoyant des signaux au monde concernant l’urgence de répondre à la crise climatique », indique le texte.

« Alors que l’action se poursuit, il reste encore beaucoup à faire sur tous les fronts. »

AP Photo/Thibault Camus, dossier
Une œuvre d’art intitulée « Un cœur, un arbre » de l’artiste Naziha Mestaoui est exposée sur la Tour Eiffel à l’approche de la Conférence sur le climat de Paris 2015, à Paris, le 29 novembre 2015.

En 2015, près de 200 pays ont convenu à Paris de limiter le réchauffement à 2 degrés Celsius au maximum par rapport aux niveaux préindustriels et de s’efforcer de maintenir l’augmentation à 1,5 degré Celsius.

Bien que chaque pays soit responsable de décider de ses propres actions en faveur du climat, ils ont également convenu de soumettre un rapport d’étape d’ici 2023 pour voir ce qui devrait être fait de plus.

L’ONU a déclaré que les engagements nationaux existants en matière de réduction des émissions étaient insuffisants pour maintenir les températures sous le seuil de 1,5°C.

Plus de 20 gigatonnes de réductions supplémentaires de CO2 étaient nécessaires au cours de cette décennie – et zéro émission nette à l’échelle mondiale d’ici 2050 – pour atteindre les objectifs, indique l’évaluation.

Que recommande le rapport de l’ONU ?

Le rapport exhorte les pays à réduire l’utilisation de l’énergie au charbon « sans relâche » de 67 à 92 % d’ici 2030, par rapport à 2019, et à l’éliminer pratiquement comme source d’électricité d’ici 2050.

L’électricité à faible émission de carbone ou sans carbone devrait représenter jusqu’à 99 % du total mondial d’ici le milieu du siècle, et les défis technologiques qui freinent le captage du carbone doivent être résolus.

Le rapport appelle également à débloquer des fonds pour soutenir un développement à faible intensité de carbone, soulignant que des milliards de dollars sont encore investis dans les combustibles fossiles.

« Cela constitue une liste de tâches audacieuses pour les gouvernements visant à limiter le réchauffement à 1,5°C et à protéger les populations du monde entier contre la dévastation climatique », a déclaré Tom Evans, conseiller politique en diplomatie climatique au sein du groupe de réflexion britannique sur le climat E3G.

Un engagement est nécessaire pour éliminer progressivement les combustibles fossiles, fixer des objectifs d’expansion des énergies renouvelables à l’horizon 2030, garantir que le système financier finance l’action climatique et lever des fonds pour l’adaptation et les dommages, a-t-il déclaré.

« Toute autre solution ne suffira pas à répondre aux étapes nécessaires énoncées dans ce rapport. »

Les dirigeants doivent venir à la COP28 avec de réels engagements

L’Ambassadeur Pa’olelei Luteru, président de l’Alliance des petits États insulaires, a déclaré que pour les petites îles confrontées à une énorme crise, le Bilan mondial « porte un autre coup dévastateur ».

« Le rapport confirme que le monde est terriblement en retard en matière d’action climatique pour plafonner les émissions et limiter le réchauffement climatique à 1,5°C – et nos petits États insulaires en développement continueront de payer le prix de l’inertie des grands pays. »

Le Dr Luteru a ajouté que les conclusions et recommandations formulées par l’ONU doivent être un « signal d’alarme et un déclencheur pour une action convaincante ».

Le sultan Al Jaber, qui présidera le sommet aux Émirats arabes unis (EAU) plus tard cette année, a déclaré à Reuters que le bilan donnait une bonne direction. Il a exhorté les États et les dirigeants du secteur privé à venir à la COP28 avec de réels engagements.

Laisser un commentaire

18 − huit =